DÉI GRÉNG: Et maintenant ?

Considérés généralement comme vainqueurs, les Verts ont indéniablement obtenu des résultats formidables. Ils continueront à explorer les possibilités et les limites de la participation au pouvoir quand on est – un peu – différent des autres partis.

Les Verts sont-ils, à l’issue des élections communales, devenus la troisième force politique du pays, comme l’avance le Wort dans son éditorial de lundi ? Pas encore, car ils sont absents d’un certain nombre de communes et ne sont leaders nulle part où l’on vote à la proportionnelle. Le DP, traditionnellement établi comme troisième parti, a présenté une liste presque partout, remporte le meilleur score dans neuf communes, et occupe plusieurs postes de bourgmestres, notamment à Luxembourg et à Differdange. Mais il est vrai que les Verts ont continué à rattraper leur retard sur les bleus, et que dans un certain nombre de communes, ils jouent le rôle d’arbitre typique pour une « troisième force ».

« Déi Gréng, vainqueur évident des élections », c’est ce que proclame le communiqué du parti publié mercredi. Ce n’est pas faux, même s’il est difficile de mesurer exactement le degré de succès de chaque parti. Ainsi, si l’on considère l’accroissement relatif du nombre d’élus, le KP et « Déi Lénk » devancent les Verts. Voilà sans doute la raison pour laquelle le parti a concocté un graphique représentant « les gains des partis dans les communes à scrutin proportionnel ». Les chiffres utilisés ne présentent aucun intérêt statistique – ils font notamment abstraction des pertes, importantes pour les trois grands partis. Mais ils ont l’avantage de faire apparaître les Verts en tête de peloton…

Il n’empêche que par rapport aux attentes modestes, le parti « Déi Gréng » a obtenu un résultat excellent – qui lui vaut à nos yeux le titre de vainqueur ex aequo avec « Déi Lénk » et le KPL. En effet, ses scores varient entre 8,5 et 33,5 %. Ce dernier niveau a été atteint à Remich, tandis qu’ils ont obtenu 31,5 % et 28,9 % à Betzdorf et à Mersch. Dans les deux premières communes, cela leur permet de talonner un CSV qui a moins d’un point de pour cent d’avance. En outre, et contrairement à ce qu’on attendait, les Verts ont amélioré leur score dans les trois grandes villes où ils gouvernaient déjà : Luxembourg, Esch et Differdange. Rares sont les communes où ils essuient des pertes en pourcentages, et Diekirch est la seule commune où ils cèdent un mandat.

Pourtant, le parti s’était imposé certains « handicaps ». D’une part, ses listes étaient en principe composées de manière paritaire d’hommes et de femmes – avec quelques aménagements, puisque seulement 46 % des candidats étaient féminins, et la plupart des têtes de liste masculines. D’autre part, les Verts avaient 60 étrangers sur leurs listes, ce qui en fait le parti le plus ouvert en nombre absolu.

Contrairement aux partis établis, la démarche et le succès de la gauche radicale sont aussi pris en considération par « Déi Gréng ». La présidente Sam Tanson, citée par le Quotidien, estime que « l’hypercapitalisme fait peur aux gens » et que les Verts partagent certaines idées de cette gauche, mais ne le communiquent pas assez bien. Les négociations sur les accords de coalition à Luxembourg, Esch et Differdange fourniront une première occasion de remédier à cela. En effet, dans la capitale, le rapport de force est désormais de 1 à 2, et le nombre de dossiers épineux, notamment au sujet des caméras de surveillance et de la création de comités de quartier. Le zèle avec lequel les Verts défendront certains points de leur programme au niveau communal donnera une première idée de ce qui restera des idéaux verts lors d’une hypothétique participation gouvernementale.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.