AFFAIRE BIEVER: A l’attaque

Finalement, le gouvernement a survécu à la journée de tous les périls. Les socialistes veulent rétablir la confiance en se maintenant dans la coalition. Mais tout indique que c’est le contraire qui arrivera.

A l’avenir, il faudra rappeler aux responsables politiques d’éviter de créer de grands événements les jeudis. Ne serait-ce que par compréhension pour les journalistes travaillant dans des hebdomadaires paraissant le vendredi, comme le woxx par exemple.

A l’instar des semaines précédentes, cette semaine a été riche en rebondissements. D’une manière dont le Luxembourg n’a que peu l’habitude. Et jeudi matin – avec la conférence de presse du procureur d’Etat général Robert Biever – l’affaire a sombré dans le glauque. Le woxx l’avait déjà signalé vendredi dernier sur les réseaux sociaux (une manière comme une autre autre de pallier aux rigidités imposées à la presse écrite) : le Srel aurait non seulement tenté de piéger Biever dans une sombre affaire de pédophilie en Thaïlande, mais il aurait également enquêté dans des milieux homosexuels (l’on appréciera l’ignominie du parallèle). Une question qui avait quelque peu été éclipsée par l’affaire Frieden (que notre journaliste Renée Wagener regrette par ailleurs dans l’édito de ce numéro rédigé avant la conférence de presse de Biever), mais qui a brutalement refait surface. Cerise sur le gâteau, le premier ministre lui-même a eu vent de cette rumeur et en a touché mot à Biever à sa manière : « Alors, il paraît que tu tiens un bordel à Esch ? ».

Une question d’honneur

L’honneur est un mot qui est tombé à plusieurs reprises cette semaine. Tout d’abord par le ministre Luc Frieden. Mais aussi par Biever, visiblement dégoûté et ce à juste titre, victime d’une des plus horribles accusations que l’on puisse porter. Biever n’a certainement pas choisi par hasard le moment de son intervention publique. Quelques heures plus tard, la Chambre des députés devait se prononcer sur les motions de confiance déposées par le DP et les Verts. Le CSV s’était déjà rangé derrière son ministre. Toutefois, l’affaire est plus complexe pour le LSAP, le partenaire de coalition. Les réunions se sont succédées entre les deux partis, les chefs de parti ainsi que le premier ministre. Unisono, tous les membres du gouvernement ont assuré leur soutien au ministre des Finances.

Néanmoins, à quelques minutes de l’ouverture de la séance plénière au parlement, les rumeurs selon lesquelles le pays se dirigerait vers des élections anticipées s’amplifiaient. Car les discussions au sein du LSAP allaient bon train. Même quelques membres du parti ont pris ouvertement position contre Frieden, comme la conseillère eschoise Taina Bofferding, le président de la section du LSAP dans la capitale Franz Fayot (connu pour son tempérament modéré, à l’image de son père). Même le président des Jeunesses socialistes, Sammy Wagner, est allé plus loin en évoquant sur les ondes de RTL une démission de Jean-Claude Juncker.

Hara-kiri socialiste

Mais finalement, les parlementaires socialistes se sont comportés en bons sociaux-démocrates. Le chef de la fraction Lucien Lux a longuement parlé d’une perte de confiance qu’il faudrait redresser le plus rapidement possible. A ce moment, l’on se dit que le LSAP choisit de quitter le gouvernement afin de sortir du bourbier dans lequel il se trouve. Mais, l’alternative proposée par Lux (et en ce sens les paroles de Gaston Vogel étaient prémonitoires : « Lux blablate mais les socialistes ne feront rien ») avait de quoi étonner, avec le dépôt d’une propre motion dont nous n’avons pas connaissance à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Ce gouvernement aurait donc survécu à cette journée. Mais il n’est pas certain que le LSAP sorte indemne de cette étrange attitude.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.