LUXEMBOURG: La disparition des statuts

Un mouvement des intermittent-e-s qui bloque des festivals entiers comme en France est encore, pour des raisons inhérentes au secteur, impensable au Luxembourg. Pourtant, la libéralisation de la culture est bel et bien en marche.

(© flickr Charlotte Henard)


Il y a plusieurs explications au fait que le grand-duché n’a pas encore connu de mouvement de masse d’intermittent-e-s et autres précaires dans le secteur culturel. Et aucune d’entre elles ne tient expressément au fait que les conditions seraient meilleures ici. D’abord, le secteur culturel luxembourgeois n’est que très faiblement organisé. Par exemple, aucune structure représentant exclusivement les intermittent-e-s face au ministère de la Culture – ou d’autres – n’existe. Certes, il y a la Fédération du théâtre, tout comme l’association rassemblant toutes les institutions culturelles décentralisées et d’autres encore, mais aucune de ces fédérations ne défend exclusivement les intermittents. Cela tient aussi au fait que les intermittent-e-s luxembourgeois travaillent dans des secteurs très différents, comme le cinéma, le théâtre et plus récemment la musique, tout en étant moins de 500.

Pas de « vrai statut » au Luxembourg

Mais la différence de taille avec la France est qu’on ne peut pas parler d’un vrai « statut » d’intermittent. Au Luxembourg, il s’agit plutôt d’un ramassis de conditions à remplir pour accéder à des aides sociales mises en place pour les travailleurs précaires de la culture. Et, contrairement à nos voisins, l’intermittent du spectacle dispose d’un carnet de travail où sont consignés ses jours d’activité – un système qui devrait d’ailleurs continuer sous la même forme avec la nouvelle loi amendée par la ministre Maggy Nagel (woxx 1279). En clair : l’intermittent doit travailler au moins 80 jours et gagner pendant cette période l’équivalent de quatre fois le salaire minimum social pour pouvoir accéder aux indemnités prévues en cas d’inactivité volontaire. De plus, cette activité doit avoir donné lieu à une affiliation au régime de l’assurance pension. Pas étonnant que de nombreux intermittents grand-ducaux aient recours à des conseillers pour remplir leurs déclarations fiscales, puisqu’il leur faut garder trace de toutes leurs activités rémunérées – un vrai casse-tête bureaucratique qui n’est pas près de s’alléger.

Alors que le régime intermittent luxembourgeois n’a jamais été un vrai statut, l’autre statut, celui de l’artiste – qui à la différence de l’intermittent est son propre employeur -, s’apprête à disparaître lui aussi avec la nouvelle loi. Jusqu’ici, ce statut d’artiste a rassemblé en grande majorité des artistes plasticiens ; peut-être que la nouvelle loi permettra à d’autres « artistes professionnels indépendants » d’accéder aux aides sociales prévues à cet effet.

En tout cas, avec la mise en place de systèmes d’aides sociales spécifiques au secteur culturel, le Luxembourg se dote d’un système plus flexible que celui pratiqué en France. Pas étonnant d’ailleurs que Maggy Nagel ait mis à la poubelle l’idée d’un « titre d’artiste » voulue par sa prédécesseure. La direction est claire : moins d’institutionnalisation, plus de marché.

Plus d’information sur les aides prévues pour les intermittent-e-s : www.culture.lu


Voir aussi « De l’argent, il y en a ! ».


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.