Affaire « Capitani » : une poignée de main

La polémique autour de l’appel au casting pour la seconde saison de la série « Capitani » a récemment enflammé les réseaux sociaux et les médias. Quel est le résultat de la rencontre entre Finkapé, réseau afrodescendant au Luxembourg, et Samsa Production, société productrice de la série ?

Copyright: Anna Shvets/Pexels

C’est l’association Finkapé qui a déclenché la polémique autour de l’appel au casting de l’agence CastingLux pour la seconde saison de la série « Capitani », produite par Samsa Production. Les reproches de Finkapé, partagés par la suite par bien d’autres organisations, concernaient la reproduction de stéréotypes racistes. CastingLux cherchait entre autres de jeunes hommes africains, aptes à porter une arme, pour jouer des trafiquants de drogue. Le 20 mars, Finkapé et Samsa Production se sont réunis pour un échange. Le rapport de cette rencontre, signé par Antónia Ganeto – porte-parole de Finkapé – et Claude Waringo – producteur chez Samsa Production – a été envoyé à la presse cinq jours plus tard.

Le document contextualise les reproches évoqués par Finkapé il y a deux semaines : comme le confirment plusieurs recherches universitaires, « la représentation de personnes afrodescendantes dans des rôles négatifs (dealers-euses, criminel-le-s, prostitué-e-s) a tendance à perpétuer ces représentations et à produire un impact négatif sur le quotidien de ces personnes ». Le phénomène serait lisible dans les nombreux commentaires racistes qui auraient accompagné les articles de presse thématisant la polémique. « Il ne s’agit pas de restreindre la liberté de créer, mais de dépeindre de façon responsable la réalité de la société luxembourgeoise, sans renforcer des stéréotypes racistes », précise le communiqué.

Les membres de Finkapé et les représentant-e-s de la société de production ont qualifié la terminologie employée dans l’appel au casting de « maladroite » et non pas raciste, l’appel au casting ne permettant pas de refléter « l’histoire beaucoup plus complexe et nuancée » de la seconde saison de la série.

La discussion entre Finkapé et Samsa Production aurait tout de même fait émerger un problème majeur : le manque d’actrices professionnelles, d’acteurs professionnels et de technicien-ne-s issu-e-s de la diversité dans l’industrie du film au Luxembourg.

Un sujet que le woxx a abordé dans une interview avec l’actrice Céline Camara et brièvement dans un article sur la diversité dans le spectacle vivant en Europe (article en allemand). Pour donner un chiffre : parmi les 116 membres de lAssociation des actrices et des acteurs du Luxembourg, il n’y a que deux personnes afrodescendantes.

Finalement, Finkapé et Samsa Film ont défini quelques points qui pourraient améliorer la situation à long terme : « un engagement antiraciste pour une représentativité réaliste et diverse de la société luxembourgeoise ; favoriser la présence de personnes issues de minorités dans des rôles modèles et/ou figuratifs positifs ; œuvrer pour une plus grande diversité sur les plateaux de tournage de films et de séries, c’est aussi permettre aux jeunes de se projeter dans une carrière artistique ; travailler sur une terminologie appropriée pour les appels au casting ». Le dernier point surtout soulève la question de savoir pourquoi CastingLux n’a pas participé à la rencontre.

Le réseau Finkapé est en tout cas ouvert à l’échange de bonnes pratiques sans « compromettre la liberté artistique ou d’expression ». Un échange approfondi sur la représentativité avec le Film Fund Luxembourg est également prévu. Les actrices et les acteurs du cinéma luxembourgeois sont invité-e-s à se joindre aux discussions. L’évolution de la polémique ainsi que la sensibilité du public et des personnes impliquées donnent l’espoir que la situation est en train de s’améliorer.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.