Parlement européen : Pas si simple

Une motion sur le sauvetage en mer des réfugié-e-s a été rejetée au Parlement européen par les voix des député-e-s du PPE et de l’extrême droite. Ce qui a provoqué une vague d’indignation, qui a atteint jusqu’au Luxembourg. En y regardant de plus près, l’affaire est pourtant assez compliquée.

Deux voix de plus et la motion aurait été adoptée. C’est donc une des rares fois où les eurodéputé-e-s luxembourgeois-e-s auraient pu faire une différence de taille. Mais cela n’a pas été le cas. Or, les parlementaires CSV Isabel Wiseler-Lima et Christophe Hansen ont voté avec leur groupe et donc contre la résolution. Tandis que Nicolas Schmit du LSAP et Monica Semedo du DP n’ont pas participé au vote.

Le fait que les fractions du PPE et l’extrême droite du Parlement européen ont fait chuter cette résolution a immédiatement mis en marche à gauche la machine à s’indigner. Il est vrai que cette constellation laisse une drôle d’impression. Pourtant, il faut relativiser. Interrogé-e-s par le woxx sur les raisons de leur vote, Isabel Wiseler-Lima et Christophe Hansen mettent en avant le fait que leur groupe parlementaire avait aussi soumis une résolution sur le même thème – elle aussi refusée.

Les deux parlementaires soulignent que la résolution de la gauche aurait aussi simplifié la vie des passeurs. En donnant toutes les informations sans filtre des « Rescue Coordination Centers » à tous les bateaux en zone méditerranéenne, les passeurs sauraient aussi comment échapper à la police ou aux missions de la Frontex en se tenant à l’écart des zones de sauvetage. « Les positions sur lesquelles nous prenons des décisions au Parlement européen doivent ouvrir des perspectives et en aucun cas motiver plus de personnes de faire le voyage dangereux en Méditerranée. Sinon nous ferions le jeu des passeurs sans aider personne. C’est pourquoi nous devons prendre des positions responsables sans être naïfs. Les aspects sécuritaires doivent être ancrés légalement et ne doivent pas manquer dans une telle résolution », explique Isabel Wiseler-Lima.

C’est une façon de se défendre, d’autant plus qu’il y avait quatre résolutions sur le même thème en discussion au plénum – et qu’aucune n’a obtenu une majorité. Mais refuser une résolution au nom de la lutte contre les passeurs et s’appuyer sur un détail qui pourrait sous certaines conditions les aider est un peu mince comme argumentation quand il y a des milliers de vies en jeu. Le faire avec le soutien de l’extrême droite n’aide certainement pas à évacuer la sensation nauséabonde que beaucoup de commentatrices et commentateurs, pas seulement de gauche, ont ressenti en découvrant ce vote.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.