SCHULE: „Stillstand heißt Rückschritt“

Luxemburgs Schulpolitik braucht dringend einen Kurswechsel, so das Fazit von Pisa-Chef Andreas Schleicher. Tatsächlich entdeckt das Bildungsministerium allmählich die professionelle Schulentwicklung.

Sie macht ihre Hausaufgaben. Luxemburgs Bildungsverantwortliche auch? (Foto: Archiv)

Mehr als 20 Projekte habe er schon mitgemacht. Keines sei konsequent evaluiert worden. Nun habe er keine Lust mehr. Die wahre Geschichte eines frustrierten Lehrers, die Bildungsministerin Mady Delvaux-Stehres auf einer LSAP-Veranstaltung am vergangenen Dienstag erzählte, ist kein Einzelfall. So dürfte es vielen engagierten Lehrkräften ergehen.

Und noch einen Vorfall wusste die Ministerin in ihrem Vortrag „Was gibt es Neues in der Schulpolitik?“ zu berichten: Auf einer Visite im Régime préparatoire traf sie auf einen ausländischen Schüler, der vor der siebten Klasse lediglich die erste und zweite Klasse der Primärschule besucht hatte – der Neuankömmling war zudem noch sitzengeblieben. mehr lesen / lire plus

LITTERATURE: Se souvenir du passé

Dans son roman „El vano ayer“, l’écrivain espagnol Isaac Rosa s’interroge sur la perception actuelle de la période franquiste. Entretien sur des questions de mémoire.

woxx: Au début de votre roman, vous posez la question ‚Sera-t-il possible, finalement, que le roman ne soit pas vain, mais nécessaire?‘ Nécessaire pour qui et pour quoi, en fait?

Isaac Rosa: Le voeu que le roman ’ne soit pas vain, mais nécessaire‘ relève plus de mes intentions en tant qu’auteur que de la perception éventuelle qu’en ont les lecteurs. Pour moi, un roman ’nécessaire‘ doit tenter d’esquisser une image du franquisme et ouvrir un débat, poser les bonnes questions, c’est-à-dire, son but ne doit pas être seulement de distraire le lecteur. mehr lesen / lire plus

CINEMA: Travesty Show

„Stage Beauty“ de Richard Eyre, une comédie d’époque ambitieuse sur les rôles et identités sexuels, n’est pas une réelle alternative à la „Cage aux folles“.

L’idée était attrayante: se servir d’un décor de théâtre du 17e siècle afin d’y situer une réflexion sur les rôles que doivent jouer les femmes et les hommes dans la société. Et le fait qu’en Angleterre, les femmes n’avaient avant 1660 pas encore accès à la profession d’actrice se prêtait à merveille pour aborder des sujets comme l’émancipation, l’homosexualité, la travestie, la prostitution ou même la concurrence sur le marché du travail.

Sur scène, un gentleman déguisé en femme est en train de jouer la Desdémone dans „Othello“ de Shakespeare. mehr lesen / lire plus

MARK FORSTER: Finding Neverland

Im Utopolis (Luxemburg) und im Le Paris (Bettemburg)

Schon mit „Monster’s Ball“ bewies Regisseur Mark Forster dass er ungewöhnlich gute Filme zustande bringt. Allerdings ist sein neuestes Werk „Finding Neverland“ etwas rührselig geraten, doch die gelungen in Szene gesetzten fantastischen Exkurse der Hauptfigur sind trotz allem auch für manchen Lacher gut. Johnny Depp zeigt sich bartlos und mit leichtem schottischen Akzent von seiner Schokoladenseite. Zum Weinen schön – nicht nur für Michael Jackson Fans. mehr lesen / lire plus

GIORGIO MORANDI: Soyons réalistes

Jusqu’au 27 mars.

Actuellement, le Musée national d’histoire et d’art à Luxembourg présente deux expositions qui ne sont pas faciles d’accès pour les non initié-e-s: d’une part celle sur Giorgio Morandi et d’autre part celle dédiée au peintre français André Fougeron (1913-1998). Fougeron, peintre autodidacte, militant et membre du Parti communiste, appartenait dans les années 30 au groupes des „Indélicats“. Il s’agit d’artistes qui refusaient l’abstraction au profit d’un art réaliste susceptible de véhiculer un message politique. Le tableau „Les Parisiennes au marché“ (1947-1948) témoigne de cet engagement, de même que „Les Paysans français défendent leurs terres“ (1953). Plus tard, Fougeron allait se consacrer davantage au travail sur l’histoire de la peinture, en réinterprétant et en disséquant des oeuvres de l’artiste français Gustave Courbet. mehr lesen / lire plus

ELECTIONS: Volontarisme

Alors que la communauté étrangère démontre sa volonté à participer au processus de décision, la passivité de la classe politique devient de plus en plus intenable.

Lorsque naissait à Larochette le mouvement contre la destruction du site de Meysembourg, on a assisté au Luxembourg à une première. Dans la commune qui compte le plus de citoyen-ne-s non-luxembourgeoises, la liste imposante de recours contre le projet contesté d’un lotissement et d’un golf comportait une part non négligeable de noms portugais. Ce n’est pas le seul signe que l’intégration a atteint une nouvelle qualité, du moins au niveau de la participation politique: mardi, le Sesopi a pu relever lors de la présentation de sa dernière étude que le taux d’inscription des résident-e-s non-luxembourgeois-e-s est passé de 12 pour cent en 1999 à 15 pour cent en 2005. mehr lesen / lire plus