Vinorama, premier magazine dédié à la viticulture luxembourgeoise

Le lancement aura lieu samedi à l’Expogast, dans le cadre de la Fête des vins et crémants.

Le Luxembourg est ainsi. Il regorge d’opportunités, il suffit de s’en saisir. La viticulture grand-ducale en est le parfait exemple : alors que le niveau des vins luxembourgeois n’a cessé de monter au cours de ces dernières années, le secteur peinait à gagner en visibilité. Et parfois, il faut la ténacité d’un Français, originaire d’une région moins connue pour ses vins que pour ses caractères forts (la Bretagne) pour trouver un moyen de faire découvrir une région viticole dont la renommée reste à faire.

Car c’est désormais chose faite : ce samedi, Erwan Nonet, ancien journaliste, présentera le premier numéro de son magazine Vinorama devant les visiteurs du salon Expogast, qui se tient ce samedi et jusqu’à mercredi au Kirchberg. « Trimestriel et gratuit », le but déclaré de Vinorama est de « mettre en lumière la richesse trop méconnue du vignoble mosellan et le talent de ses vignerons ».

Ambition respectée, a-t-on envie d’ajouter. Avec un passé dans l’archéologie, mais fort surtout de ses 12 ans d’expérience comme journaliste au Quotidien, responsable notamment de la page hebdomadaire Vignes et vignerons, Erwan Nonet dispose sans doute du savoir-faire nécessaire et du réseau indispensable pour raconter le vin luxembourgeois et le mettre en lumière.

Erwan Nonet

Pour preuve : la publication de 35 pages s’ouvre sur une interview avec le trompettiste de jazz Gast Waltzing (« Le vin ne donne pas d’inspiration. Les artistes deviennent soûls comme tout le monde ! »), mais renferme également un reportage sur le Palmberg d’Ahn, « falaise dolomitique qui emmagasine la chaleur la nuit pour la restituer la nuit», des portraits de vignerons, une recette de cuisine de Daniel Rameau (La Rameaudière), quelques pages d’histoire locale… a färdeg ass de Lack!

Tout cela, édité avec le soutien du Fonds de solidarité viticole et des ministères de l’Économie et du Tourisme.  Ne reste plus qu’à souhaiter bon vent à ce nouveau-né parmi les magazines spécialisés, rédigé aussi bien dans la langue de Molière que celles de Shakespeare et de Goethe.

Informations sur www.vinorama.lu et facebook.com/Vinorama.lu


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.