Chômage : Schmit temporise

Alors que le taux de chômage continue d’aller de pic en pic – 6,4 pour cent fin janvier – les mesures étatiques pour contrer ce phénomène se font toujours attendre. L’Adem, qui vient pourtant de se doter d’une toute nouvelle direction, ne communique guère sur le sujet. Et pour cause, comme nos confrères de « L’essentiel » l’ont écrit cette semaine : leurs services sont complètement débordés. En moyenne, il y n’aurait qu’un conseiller professionnel, appelés « placeurs » auparavant, sur 285 chômeurs. Or, selon des études, une limite d’une centaine de dossiers par conseiller serait le maximum souhaitable pour garantir une certaine efficacité. Mais en temps de crise, il n’est pas sûr que l’Etat soit prêt à embaucher le personnel suffisant pour pallier à ce manque. Du côté des jeunes, il y a du moins une petite lueur d’espoir. Car finalement, les contrats d’incitation à l’embauche – qui furent longtemps critiqués, mais dont la non-prolongation en janvier 2013 posait tout de même problème – seront finalement prolongés et même changés, incluant des mesures pour éviter trop d’abus patronaux.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.