INSTALLATIONS: Regard déconstruit

L’artiste américaine Devorah Sperber expose en ce moment à la galerie Zidoun, sous le titre « It’s All in Your Head » – ses installations sont des trompe-l’oeil un peu spéciaux.

Superman, tout en bobines – une vision de l’artiste Devorah Sperber.

Fans de Star Trek, réjouissez-vous ! Après avoir parcouru l’infini de l’espace, le capitaine Kirk et son équipe ont finalement atterri dans la dimension de l’art contemporain. Et c’est Devorah Sperber qui leur a permis ce passage, en les « beamant » directement dans la galerie Zidoun à Luxembourg-Ville. Malheureusement, leur matérialisation ne semble pas vraiment achevée, vu qu’ils n’y sont présents qu’en deux dimensions, représentés à nos yeux humains par des petites perles en verre attachées à des cordes qui pendent du plafond. Pourtant, la représentation de ces héros de série télé en émouvra plus d’un, surtout parce qu’il doit regarder deux fois de suite pour les reconnaître, car l’artiste est une spécialiste quand il s’agit d’induire en erreur son spectateur.

Mais elle ne le fait pas pour se moquer de lui, « pour lui montrer quelles capacités extraordinaires sont contenues dans le cerveau humain, surtout quand il s’agit de reconnaître des icônes », comme elle l’a dit dans une interview. Ce sont surtout ses autres installations qui démontrent cette assertion.

D’abord, elles ne ressemblent à pas grand-chose, des bobines coloriées comme on les utilise dans la couture assemblées verticalement, dans ce qui paraît ne suivre aucun ordre particulier. Et pourtant, un regard à travers les petites sphères transparentes qui se trouvent devant chaque tableau nous donne une tout autre image. Ainsi, ce qui une seconde avant semblait être un ramassis fortuit de toutes les couleurs devient très vite une icône connue, par exemple Superman, ou encore une canette de « Campbell’s Soup » – motif célèbre d’Andy Warhol -, voire la Joconde ou simplement une coupe de crème glacée.

On l’aura compris : pour Devorah Sperber, ce ne sont pas les contenus des icônes qui importent, mais notre façon de les voir. En d’autres termes, plutôt que de déconstruire un sujet, elle déconstruit notre regard sur ce même sujet. Et questionne en même temps notre approche du monde et nos certitudes. En même temps elle montre que, dans une civilisation sursaturée d’images en permanence, on peut toujours tomber sur des surprises et que notre cerveau, aussi adapté soit-il aux nouveaux médias, peut toujours être pris au piège par une centaine de bobines arrangées d’une certaine façon.

Ce qui impressionne chez Devorah Sperber, outre ses idées un peu farfelues, ce sont avant tout sa patience et son savoir-faire, acquis par le biais de décennies d’expérience et qu’elle a perfectionnés avec le temps. Malheureusement, la galerie Zidoun est trop exiguë pour montrer une de ses pièces-maîtresses, aussi en bobines, la célèbre « Dernière Cène », d’après Léonard de Vinci dans une installation au moins grandeur nature.

En tout, « It’s All in Your Head » est une exposition ludique avec une certaine profondeur philosophique, donc tout à fait à voir.

Jusqu’au 3 août.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.