Déi Lénk fait de l’astro-éco-socialisme

« Le gouvernement a vocation à financer des logements au Luxembourg plutôt que des voyages dans l’espace pour milliardaires. » Gary Diderich ne surprend personne en fustigeant le projet de loi gouvernemental sur le space mining lors de la conférence de presse de jeudi dernier. Son parti, Déi Lénk, s’affirme largement d’accord avec les critiques contenues dans l’avis du Conseil d’État. La gauche radicale serait-elle en fin de compte conservatrice ? Pas si sûr. Alors que le dossier de presse fourni penche plutôt vers le scepticisme, la réaction à chaud du parti – Étienne Schneider avait assisté à la commission parlementaire le matin même – fait plutôt dans la science-fiction. Ni le député Marc Baum, ni Diderich n’hésitent à évoquer une croissance économique sans bornes ou des écosystèmes spatiaux, mettant en garde contre la privatisation des ressources spatiales et d’éventuels accidents affectant des extraterrestres. On ne s’attardera pas sur quelques argumentations imprécises en matière de traités maritimes et spatiaux, car ces politiciens visionnaires mettent le doigt là où ça fait mal. Ainsi, ils reprochent au parti socialiste de pousser à la privatisation de l’espace au bénéfice de quelques milliardaires. Quant aux Verts, ils auraient sacrifié les idéaux de l’économie circulaire et du principe de précaution sur l’autel des profitables ressources spatiales. Reste Déi Lénk pour vouloir décréter – sur terre comme dans l’espace – le « salut commun ».


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.