Mudam : Marche arrière

Les remous continuent au Musée d’art moderne grand-duc Jean : selon un tweet de source crédible, le musée démentirait le départ du curateur en chef.

(© Hamilton Finlay)

Que ce soit lié à la réunion de crise du conseil d’administration du Mudam qui s’est tenue ce weekend ou non, le job du curateur en chef Clément Minighetti semble être pour le moment sécurisé. C’est ce que confirme sur Twitter la freelance de reporter.lu et ancienne rédactrice culturelle du Wort Marie-Laure Rolland. Le musée parlerait donc d’une « malheureuse rumeur » relayée par plusieurs médias sans vérification…

Reste la question : comment peut-on vérifier une information quand l’administration fait la muette et refuse tout commentaire pendant une semaine entière ? En effet, ni le woxx, ni le Land, ni encore Paperjam n’ont reçu de démenti par rapport à l’information que le poste de Clément Minighetti serait sur la sellette. Tout porte à croire donc que le conseil d’administration pensait pouvoir vraiment aller dans cette direction, mais a décidé de revenir sur ses pas face à la fronde qui risquait de se manifester. Car se libérer de ce poste ferait sens, si on suit bien les agissements du CA : au contraire d’Enrico Lunghi, la nouvelle directrice Suzanne Cotter n’est que directrice artistique et pas directrice générale comme le fut son prédécesseur. Donc, le pouvoir administratif n’est plus entre ses mains et ses moyens d’agir, limités. Et une directrice artistique plus un curateur en chef, ça ferait double emploi – d’où donc l’idée de supprimer ce poste.

Une autre chose qui donne à réfléchir, c’est le détail des réponses données par le ministre de la Culture Xavier Bettel au député Fernand Kartheiser, qui, pour une raison qui nous échappe, s’est préoccupé de la chapelle de Wim Delvoye. Quand Kartheiser demande à connaître l’opinion de Bettel sur le démontage, ce dernier s’en distancie en renvoyant à la responsabilité et l’indépendance de la direction. Or, au moment où la décision a été prise – lors du voyage à New York auprès de la « Leir Charitable Foundation » l’année dernière –, la nouvelle directrice n’était même pas encore nommée. Difficile donc de lui faire porter le chapeau.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.