Multimédia
 : La guerre en chantant

Jacques Tardi, dessinateur de bédé célèbre pour sa série « Adèle Blanc-Sec », sera au Luxembourg pour… un spectacle de chant consacré à la Grande Guerre. C’est Dominique Grange qui chantera, avec des dessins projetés en arrière-plan.

1379event

(© Tardi / Casterman)

Du bout des lèvres, vous murmurez un « Quelle connerie, la guerre ». Non. Vous ne vous en sortirez pas à si bon compte. La « Grande Guerre », dessinée par Jacques Tardi, l’appeler « connerie », ça ne le fait pas. Suivez la fière marche au front, entrez dans l’ouragan de feu des armes automatiques, voyez les hommes tomber tout autour. Écoutez le « Trommelfeuer », marchez sur les corps réduits en purée, respirez à fond l’enfer des tranchées et, pour finir, arrêtez-vous devant les petites croix blanches érigées sur une terre noire. Quelle abomination, la guerre.

Vendredi 15 juillet, à Neimënster, vous pourrez assister à un spectacle total. Pour « Putain de guerre ! », les planches de l’album éponyme constituent le fil conducteur d’une suite de textes et de chansons. Le spectacle met en œuvre une vidéoprojection, les musiciens du groupe Accordzéâm, Jacques Tardi pour la lecture et son épouse Dominique Grange pour le chant. Cette dernière interprétera les grands classiques liés à la Première Guerre mondiale ainsi que ses propres œuvres. Grange n’a pas la célébrité de son mari dessinateur, mais elle pratique depuis très longtemps la chanson comme un engagement politique. Et quoi de mieux, le lendemain du défilé militaire du 14 juillet, que d’entendre des textes antimilitaristes…

Pas sûr que ça fasse plaisir aux agents du Srel qui, normalement, devraient se trouver dans la salle. Car le couple d’artistes représente bien plus que d’inoffensifs esprits rebelles anciens soixante-huitards. Ainsi, au début des années 1970, Dominique Grange a milité au sein de la Gauche prolétarienne, a connu la clandestinité et a fait de la prison. Quant à Jacques Tardi, moins exposé, son œuvre est imprégnée de thématiques liées aux mouvements socialistes ou anarchistes – et, en toute logique, en 2013, il a refusé la Légion d’honneur. Pas surprenant alors qu’on retrouve le couple, fin 2015, parmi les signataires de l’appel « Nous manifesterons pendant l’état d’urgence ! ».

(© Tardi / Casterman)

(© Tardi / Casterman)

« Putain de guerre ! » constitue également une sorte de manifestation pacifiste, alors que depuis 20 ans, les discours sur la nécessité de faire la guerre au nom de l’humanitarisme, de la justice ou de notre sécurité sont de mieux en mieux acceptés. Rappelons que les histoires dessinées par Tardi, toutes plus ou moins dans le genre bédé noire, dépeignent la bassesse et la brutalité humaine sous de multiples aspects. Mais la forme la plus massive de brutalité présente dans ses albums est bien la guerre, surtout celle de 14-18. Cela va de l’entrée en matière du dessinateur avec « La véritable histoire du soldat inconnu » jusqu’à la chronique « Putain de guerre ! », en passant par la collection de témoignages fictifs « C’était la guerre des tranchées ». À lire et à relire.

Le spectacle multimédia du 15 juillet à Neimënster est donc l’occasion de découvrir l’œuvre de Tardi pour ceux qui ne la connaissent pas encore, et d’en découvrir de nouveaux aspects pour les autres. D’autant plus que le même jour a lieu le vernissage d’une exposition de plus de 100 dessins originaux, ouverte à partir du lendemain. Et que ce même 16 juillet a lieu une table ronde avec Tardi et Grange sur le défi de traiter la Première Guerre mondiale à travers la bédé.

Les 15 et 16 juillet à Neimënster, informations et réservations : 
www.neimenster.lu

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !

Flattr this!

Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.