BENEDICT JAZZ FESTIVAL : Completorium cum swing

L’Oesling semble être une terre féconde pour le jazz, puisqu’on annonce la deuxième naissance d’un festival pour cette année. Après Wiltz au printemps, c’est au tour de Clervaux d’accueillir un festival d’été, bien plus modeste cependant.

(jitz) – L’appellation de ce festival peut induire en erreur: le „Benedict Jazz Festival“ n’aura pas lieu dans l’abbaye toute proche, mais dans l’enceinte du château de Clervaux. Peu de chances donc de voir un moinillon se déhancher au rythmes syncopés du jazz, si ce n’est qu’il viendrait en voisin visiter un concert dans la cour du château. Deux jours, six concerts, des formations luxembourgeoises et belges: la première édition de ce festival ne fait pas dans le gigantisme. A défaut de grands noms internationaux, les organisateurs ont programmé des formations régionales aux styles variés.

Clervaux-Rio

En ouverture de la première journée, le samedi, 18 août à 18 heures, on pourra découvrir le groupe D-Fused, une jeune formation luxembourgeoise qui, avec ses trois souffleurs, présente une musique solidement arrangée, avec des références claires au bop et au funk. Pas trop de surprises donc en expectative, mais du jazz entraî nant bien ficelé. Accordez une oreille attentive aux chorus du saxophoniste Laurent Pierre et du pianiste Claude Schaus, cela en vaut la peine! La suite sera assurée par la formation Papagaio de Stephane Martini, un guitariste belge qui s’est immergé dans la musique brésilienne. Bossa, samba, flûte et percussions, Clervaux-la-tranquille pourrait bien prendre des airs de Rio pendant quelques heures … En fin de soirée, on devrait assister à l’un des moments forts du festival: il s’agit des retrouvailles de deux musiciens luxembourgeois, dont l’un, le saxophoniste Roby Glod, s’est exilé depuis une dizaine d’années à Strasbourg, où il s’est fermement ancré dans la scène du jazz régionale sinon nationale, puisqu’il compte parmi les rares musiciens à avoir absolvé les classes de jazz du Conservatoire National à Paris. Il retrouve à Clervaux son pote d’antan, le pianiste Marc Mangen qui, mine de rien, caracole en tête des pianistes de jazz luxembourgeois depuis une vingtaine d’années. A ne pas manquer!

Le dimanche, 19 août, les premiers chorus résonneront dès 16 heures 30 avec la prestation du groupe belge Alchimie dont on ne sait que peu de choses, si ce n’est que ce jeune quartet pratique un jazz électrique inspiré du funk et du rock. A découvrir, donc. On poursuivra avec d’autres musiciens belges, un peu plus chevronnés ceux-là: le saxophoniste et chanteur Laurent Dumont s’est entouré d’un quintette où l’on retrouve quelques pointures de la riche scène du jazz belge: le bassiste Otti van der Werf et le batteur Bilou Doneux, assistés de deux musiciens, qui se produisent habituellement sur la scène pop en accompagnant Axelle Red, à savoir le guitariste Patrick Deltenre et le pianiste Bert Gielen. Et pour clôturer cette première édition du „Benedict Jazz Festival“, la comédienne Sascha Ley se présentera avec sa nouvelle formation, le Spire Trio, composé du guitariste Claude Pauly et du phénoménal contrebassiste Marc Demuth qui, en l’espace de quelques mois, a réussi à s’imposer comme la référence absolue de la basse au niveau luxembourgeois. On attend son envol international avec impatience.

Bémol de taille

Un bémol de taille ternit toutefois l’image de ce festival: voici un organisateur, qui bénéficie de l’aide de huit (!) sponsors, du soutien de la commune de Clervaux et du patronage du Ministère de la Culture, et qui ne se gène pas d’inviter de jeunes musiciens de jazz sous condition qu’ils ne demandent pas de cachet! Ce n’est pas très correct (on pèse nos mots), d’autant plus que les cachets modestes, d’usage dans nos contrées, suffisent à peine à couvrir les frais des musiciens. Sachez donc qu’il y aura au moins un groupe sur scène qui ne sera pas payé; vous pourrez en conséquence, sans vous gêner, exiger à la caisse une réduction substantielle du prix de l’entrée!

Informations:
www.jazzclervaux.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.