MUSIQUE: L’alternative des alternatives

Panoplie est une jeune association qui, en peu de temps, a fait bouger beaucoup de choses dans le monde musical local. Armée d’une forte conviction et d’un souci esthétique reconnaissable, elle a vite réussi à imposer sa marque.

(Illustration: Muriel Moritz)

Selon le Petit Robert, panoplie veut dire: „1. Ensemble d’armes présenté sur un panneau et servant de trophée, d’ornement. Ensemble d’acessoires, série de moyens.
2. Jouet d’enfant, comprenant un déguisement (vêtements et instruments) présenté sur un carton.“ Pour Robert Weis, „panoplie“ est surtout la réalisation de ses désirs. Ce jeune homme de 26 ans est mordu de musique. Mais contrairement à ces acolytes du même âge que lui, qui se restreignent le plus souvent au rôle de simples consommateurs, Robert Weis a choisi de devenir actif. Faute de talent ou de volonté, il ne fait pas de la musique en personne, mais organise des concerts et sort des CD avec son association fraîchement fondée et dénommée Panoplie.

Tout commence fin 2005, quand il organise un concert pour une chanteuse italienne, Christina Donà. Fan de musique italienne, non pas de la pop italienne mortifère qui infecte les pizzerias entre Marseille et Dresde, mais de la jeune scène innovative italienne qui casse les idées reçues sur le pays, il décide de faire venir à la Tuchfabrik de Trèves cette jeune chanteuse talentuée. Premier succès, qui met en marche une petite success story. Suit un concert en janvier, toujours à Trèves mais à l’Exhaus cette fois, avec Afterhours, le groupe alternatif du moment en Italie. Politiquement impliqués, jouant un rock qui varie entre tendresse et expérimentation, eux-aussi obtiennent un franc succès. Jusque-là, Robert avait évité de faire venir des artistes au Luxembourg. Les salles, si elles étaient convenables, coûtaient trop cher pour le budget d’une seule personne.

L’internationale pop

C’est pourquoi il décide de fonder une asbl avec le soutien d’une amie, la dessinatrice Muriel Moritz. Ainsi naît Panoplie. Le statut d’asbl sert à mieux se présenter comme organisateur auprès des grandes salles du grand-duché et en plus cela peut aussi servir à obtenir des subventions. Pour l’accès aux salles ça du moins, cela marche: en avril 2006 Panoplie invite les amoureux de musique à la Rockhal pour un premier festival baptisé „Fin du Frigo“. Avec à l’affiche des groupes comme Locas in Love ou Katze d’Allemagne ou encore la chanteuse française Emilie Bold, la soirée s’annonçait éclectique et intéressante. Malheureusement, le public n’a pas suivi, ni saisi l’occasion de découvrir ces artistes. La „Fin du Frigo“ a laissé les consommateurs de glace – une trentaine de personnes seulement ont trouvé le chemin des friches d’Esch-Belval.

Mais décourager Robert et Muriel n’est pas si simple. Délaissant à présent les grandes salles, les deux amis se concentrent sur les cafés. Une décision qui tombe à pic, car avec le „d:qliq“ vient d’ouvrir le music-bar dont ils avaient besoin. Ni trop underground, ni trop grand public et surtout issu d’une initiative de jeunes gens aussi mordus de musique que les Panoplie, le „d:qliq“ est un endroit cosy où ceux qui sont ou se veulent en vogue dans la „scène“ passent pour voir et être vu. Une sorte de substitut de la messe du dimanche matin, où l’on irait plutôt le samedi soir … La collaboration est en tout cas très fructueuse. En un minimum de temps, un maximum de concerts sont programmés dans la petite salle du premier étage de la rue du St-Esprit.

Mais ce n’est pas tout. On remarque sur les flyers et les affiches que l’association a aussi un concept graphique fort. C’est Muriel Moritz, l’autre moitié de Panoplie, qui est en charge du volet design. Illustratrice de livres pour enfants, sa réputation en ce domaine n’est plus à faire. Et ses idées font également mouche dans le domaine un peu différent des affiches de concert, qui sont facilement identifiables. On pourrait dire que les deux sont en train de se forger une vraie image de marque. C’est vrai surtout quand on considère le slogan „See Imagine Listen“ sur leur site internet. „Pour moi le fait d’organiser des concerts n’est pas tout“, explique Robert. „Il s’agit d’un concept global, dans lequel se rencontrent différentes disciplines d’art. Comme le dessin, l’écriture et la musique par exemple“.

Avec une telle approche, on est loin d’autres collectifs luxembourgeois, qui font eux aussi vivre à la scène locale des moments forts hors des grandes institutions. Mais souvent, ils essayent de communiquer à travers un certain langage de scène ultra-codé qui représente une barrière pour les non-adeptes du genre. Panoplie par contre se positionne volontairement hors de toute scène. L’association essaye plutôt de réunir des adeptes de différents genres autour d’une programmation qui peut faire consensus. Ainsi, toujours au „d:qliq“, les belges de Wixel – qui pratiquent une sorte d’electronic-folk instrumental – ouvraient début septembre la soirée pour „klez.e“, une des formations berlinoises les plus en vogue en ce moment.

See Imagine Listen

Le même souci d’éclectisme et d’internationalisme prévaut aussi sur la première compilation de Panoplie „Eskimo
Friends“, qui va être présentée au public ce vendredi, 29 septembre, au „d:qliq“ toujours. La particularité du CD est qu’il réunit des groupes luxembourgeois comme Couchgrass et The Astronoids par exemple et les mélange à des artistes allemands, belges, américains, français et italiens comme Cesare Basile, les Devics ou Yuppi Flu. De plus, il ne s’agit pas d’une simple compil, mais le concept graphique est aussi important que le reste. „Il y a une petite histoire dans le booklet, qui unit par les paroles et les dessins les chansons les unes aux autres. Nous avons voulu faire plus qu’un simple CD“, affirme Weis. „Eskimo Friends est plutôt une pièce de collection. D’autant plus qu’il y aura aussi une version vinyle avec un bonus track, pour les vrais amoureux du son.“

L’emploi du temps de Panoplie, en tout cas pour les mois à venir, affiche complet. La liste de concerts planifiés est impressionnante. On pourra ainsi savourer la pop indé israelienne de Shy Nobleman ou se bouger sur les vibes de Bernadette La Hengst, une ancienne punk-rockeuse allemande qui jouait dans un groupe dénommée „Die Braut die haut“. Les âmes plus romantiques pourront se régaler d’un concert-reading de Cesare Basile à la Kulturfabrik en novembre, co-organisé avec Salzinsel. Et ce ne sont que des extraits … En un certain sens, Panoplie est la preuve qu’on n’a pas besoin d’être révolté, végan et punk pour faire la différence au Luxembourg.

www.panoplie.lu

www.myspace.com/panopli.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.