Almanach social 2017 : Les moins du plus

1,1 million d’habitants, le Luxembourg peut-il supporter cela ? Les réponses rassemblées par Caritas ne convainquent qu’à moitié.

Tous les ans, peu avant le discours sur l’état de la nation du premier ministre, paraît l’Almanach de la Caritas. Il fait le point sur les événements politiques et sociaux des douze derniers mois et propose une perspective pour l’année à venir. Mais l’édition présentée mardi dernier pourra en fait servir pour les 44 états de la nation à venir. En effet, le dossier 2017 est consacré au nombre magique d’1,1 million, le nombre d’habitants que le Luxembourg est supposé atteindre en 2060.

Une vision qui génère une certaine angoisse chez les habitants. Et pas seulement chez eux. Dès la préface, les éditeur-e-s de l’Almanach annoncent la couleur : « Il faut remettre en question cette vision. » Par citations interposées, ils et elles plaident pour mettre en cause le paradigme de la croissance lui-même. À défaut de quoi nous serions fatalement victimes du mur des pensions, de l’absorption de l’espace habitable par les bureaux et de la baisse de la qualité de vie liée à une densification de la construction urbaine.

Les contributions du dossier touchent à des sujets aussi différents que l’identité luxembourgeoise, la politique de logement, les concepts urbanistiques et l’épuisement des ressources en eau. La plupart de ces articles mettent en garde contre les conséquences d’un passage à 1,1 million d’habitants, qui serait notamment incompatible avec des objectifs de développement durable.

Le plaidoyer le plus clair est celui de Norry Schneider du mouvement de la transition, qui explique comment on pourrait en quelque sorte faire moins avec moins – moins de consommation superflue dans un scénario d’une moindre croissance. Si les arguments en faveur de la sobriété (Suffizienz) sont convaincants, ils relèvent d’une analyse très générale. Or, pour traiter de la question de la croissance démographique du Luxembourg, ne faudrait-il pas tenir compte de sa spécificité – celle d’avoir une empreinte écologique énorme, mais aussi de disposer de moyens exceptionnels de se transformer ?

Tous durables !

Bien sûr, réduire délibérément la croissance luxembourgeoise serait possible, mais ce n’est pas la seule option. Comme l’avait remarqué Reinhard Loske lors d’une table ronde en novembre dernier, un développement économique à l’échelle locale, avec une croissance dans certains secteurs et une décroissance dans d’autres, serait compatible avec les critères de durabilité. Le PIB par habitant-e devrait cependant plutôt baisser – le style de vie changerait plus vite pour plus de monde.

C’est vers les idées de Jeremy Rifkin qu’on pourrait se tourner pour faire plus avec plus. Hélas, dans l’Almanach, l’article qui leur est consacré nous laisse sur notre faim. Il est vrai que ces idées, prises au sérieux, nous obligeraient par exemple à transformer les frontaliers en résidents, et donc d’aller bien au-delà du 1,1 million – politiquement inacceptable.

L’option « moins avec moins » n’est pas vraiment plus populaire. Ce n’est malheureusement pas l’Almanach 2017 qui empêchera le gouvernement d’affirmer qu’il fera plus avec moins – ce qu’il appelle « croissance qualitative ». On regrette que la publication n’étudie pas l’idée de préparer un avenir à 1,1 million d’habitants. Et on craint que – toutes politiques égales par ailleurs – cela ne conduise à faire moins avec plus : moins de qualité de vie avec plus d’immigrés et de frontaliers, conséquence d’un double laisser-faire.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.