La paix en vingt pages

L’aperçu sur les affaires militaires qu’offre le Sipri Yearbook vient d’être résumé en langue française.

Le fameux Yearbook du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri), publié en anglais, est depuis quelques années rendu accessible en français par le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (Grip). En fait, le think tank bruxellois ne traduit qu’un résumé de cet annuaire, mais cela donne tout de même une vingtaine de pages de contenu dense. Comme le rappelle le Grip, le Sipri Yearbook « reflète les évolutions en matière de sécurité internationale, d’armes et de technologie, de dépenses militaires, de production et de commerce d’armes, de conflits armés et de gestion des conflits, ainsi que des initiatives de contrôle des armes classiques, nucléaires, chimiques et biologiques ».

Cette année, une grande partie de l’annuaire est consacrée aux armes de destruction massive, alors que la probabilité d’un emploi de ce type d’arme, notamment nucléaire, alarme les expert-e-s (voir notre série pour le 75e anniversaire d’Hiroshima). Mais les « armes classiques » ne sont pas négligées, puisque ce sont elles qui nourrissent ce que le Grip décrit ainsi : « nombre élevé de conflits armés dans le monde entier, avec peu de signes de règlements négociés ». Sont également abordés deux conflits potentiels : « la possibilité d’une guerre entre l’Iran et l’Arabie saoudite, et potentiellement avec les États-Unis » ainsi que l’« escalade entre l’Inde et le Pakistan – deux puissances nucléaires – à propos du Cachemire ».

Dépenses et ventes d’armements

C’est notamment avec ses analyses des dépenses militaires et des transferts d’armes que l’institut suédois s’est fait un nom. Ainsi, le résumé du Grip retient que la croissance de 3,6 % des dépenses militaires mondiales en 2019 « a été la 5e augmentation annuelle consécutive et la plus importante de la décennie 2010-2019, dépassant celle de 2,6 % en 2018 ». Le « peloton de tête » en termes de dépenses reste le même : États-Unis, Chine, Inde, Russie et Arabie saoudite, cette dernière ayant été au 3e rang en 2019. Au niveau européen, c’est la France qui fait figure de « championne », mais l’Allemagne est le pays dont les dépenses ont le plus augmenté.

Côté vente d’armes, on retrouve en partie les mêmes. Dans l’ordre : États-Unis, Russie, France, Allemagne, Chine. Si les transferts d’armes augmentent, l’élaboration d’accords permettant de limiter leur emploi piétine. Dans des domaines comme l’emploi d’armes incendiaires et explosives dans les zones peuplées (EWIPA), les cyberattaques, les « robots tueurs » et la militarisation de l’espace, les négociations ont donné des résultats décevants.

Menaces nucléaires, espoir de coopération

En matière d’armes nucléaires, le Sipri signale que « les stocks d’ogives nucléaires continuent de diminuer ». Hélas, il s’agit d’une fausse bonne nouvelle. D’une part, cela concerne surtout les États-Unis et la Russie ; d’autre part, cela n’empêche pas ces deux pays de « moderniser » leur arsenal. On est donc loin d’un processus d’élimination des armes nucléaires, pourtant prévu dans le fameux traité de non-prolifération. Par ailleurs, les négociations sur un renoncement de la Corée du Nord à ces armes n’avancent plus, tandis que l’avenir de l’accord multilatéral pour assurer la nature pacifique du programme nucléaire iranien est incertain.

Afin de conclure sur une perspective (un peu) plus optimiste, citons le dernier paragraphe de l’intro du Grip, consacré aux relations internationales : « La nécessité de coopérer concerne tant le changement climatique que d’autres défis majeurs de notre époque. L’ampleur des tensions et désaccords qui caractérisent la politique internationale, en particulier la Chine, la Russie et les États-Unis, est très préoccupante. Néanmoins, même les gouvernements les plus réticents à la diplomatie trouvent qu’il est pratiquement impossible de se passer d’approches coopératives pour résoudre des problèmes communs. La propagation de la maladie due au coronavirus (Covid-19) souligne que d’autres défis mondiaux actuels nécessitent également une coopération en faveur de la sécurité humaine et de la stabilité internationale. »

Le résumé sur le site du Grip (bientôt disponible en version papier aussi).
Le Yearbook sur le site du Sipri (un chapitre et le résumé sont disponibles gratuitement).

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.