INSTALLATION: Miss Huet et les cartes postales

Comme chaque année, le Casino Forum d’art contemporain accueille un-e artiste en résidence. Si en 2010, le choix était tombé sur le polémique Francisco Camacho et son travail vidéo et musique très politisé, le cru de 2011 s’annonce en couleurs plus pastelles mais non moins de qualité. Cette année donc, le Casino a choisi la jeune artiste française Elodie Huet, qui travaille en ce moment dans « l’aquarium » du Casino. C’est surtout ce lieu qui semble avoir décidé l’artiste à poser sa candidature pour la résidence d’artiste : « Je m’intéresse beaucoup à l’aquarium et aux rapports que je peux avoir avec l’extérieur à partir de ce lieu tout de même un peu spécial. Je regarde les gens et les gens me regardent et la question est de savoir les rapports de force qui naissent de ces rencontres informelles », déclare-t-elle. Curieusement, elle ne perçoit pas « l’aquarium » comme un lieu d’enfermement.

Le thème qu’Elodie Huet a choisi est justement la ville de Luxembourg, mais de son côté insolite. Non pas qu’elle se serait faufilée dans les casemates ou d’autres endroits fermés au public pour y dénicher quelque mystère, mais elle se concentre sur des détails, des choses, des vues qui sont présentes au quotidien mais qu’à force de les voir, on ne les voit plus. « C’est comme un petit jeu d’indices », explique Huet, « Je photographie des choses et des vues que les gens peuvent voir chaque jour sans peut-être s’y attarder. Ainsi, ils peuvent se reconnaître dans mes motifs ou ils peuvent découvrir des nouveaux points de vue ». Une sorte de travail de détective en somme, sans meurtre, ni braquage. De toute façon, son travail, comme elle le déclare, est dénué de toute revendication politique. Huet préfère travailler sur la forme et le volume des choses, comme dans d’anciens travaux, notamment une sculpture composée entièrement de tracts triés selon leur taille et leur couleur. Dans ce sens, le titre de son intervention au Casino – « Restore Hope », du même nom que l’intervention militaire américaine en Somalie au début des années 1990, qui s’est soldée par un énorme fiasco – est un leurre. Selon l’artiste : « C’est peut-être un petit clin d’oeil vers le fait qu’on peut se tromper sur les préjugés qu’on a envers d’autres pays, mais cela n’a rien à voir avec le contenu de mon travail ».

Le résultat de son travail d’enquêtrice de l’insolite est imprimé sur des cartes postales – une trentaine de motifs en tout – qui seront mises à disposition gratuitement aux visiteurs de l’exposition qui ouvrira ses portes le 8 juillet. Mais ce n’est pas tout. Ces cartes seront disposées dans des meubles spécialement conçus par Elodie Huet pour cette exposition dans l’aquarium. Entre-temps, vous ferez mieux de passer le plus souvent possible devant « l’aquarium » et de regarder l’artiste au travail et – qui sait ? – l’inspirer encore davantage.

A partir du 8 juillet au Casino-Forum d’art contemporain.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.