L`AUTRE BANQUE: Valeurs ajoutées

Le projet d’une « autre » banque, NewB, est né il y a deux ans en Belgique. Depuis, l’initiative s’est largement développée et s’étend maintenant au Luxembourg, où Marc Bontemps, son vice-président, tiendra une conférence ce lundi (1).

Marc Bontemps

woxx : En quoi cette « autre » banque se distinguera-t-elle des banques classiques existantes ?

Marc Bontemps : Nos valeurs de base sont différentes de celles des banques traditionnelles. Dans nos statuts apparaissent douze valeurs regroupées en quatre éléments principaux : nous voulons être une banque de l’économie réelle, transparente, sobre et participative. Et ceci à tous les niveaux de son activité : au niveau de la gouvernance, des services, des produits, de la relation aux clients, etc. Or, nous ne connaissons aucune autre banque qui ait ce point de départ.

Le temps des banques coopératives semblait être révolu. Pourquoi faire ce pas aujourd’hui ?

Je ne pense pas que ce temps soit révolu. Nous avons étudié de nombreux modèles actuels de banques coopératives ou locales, au Canada, en Italie, au Pays-Bas et en Allemagne. En Europe, 2012 était l’année des coopératives. En Belgique, de nombreuses initiatives ont vu le jour sous cette forme ces dernières années mais ces coopératives n’ont en fait pas de banques naturelles avec qui collaborer. La NewB pourrait être un partenaire financier naturel pour ces acteurs. Nous constatons qu’il y a aujourd’hui une prédominance de banques avec des intérêts plutôt liés à la bourse, et de notre point de vue il faut donner le choix au client de pouvoir participer à une banque qui met ses valeurs en évidence.

La coopérative fait ses débuts en Belgique et au Luxembourg. Pourquoi le choix initial de ces deux pays ?

Nous avons démarré en Belgique. Quant au grand-duché, nous pensons que le pays est économiquement très proche. En plus, nous avions un partenaire luxembourgeois, Etika, qui voulait prendre part à la démarche. Nous avons alors décidé de développer ensemble cette initiative. Une autre raison est notre volonté de créer une coopérative européenne. Dans ce sens, cela nous arrangeait d’avoir ce partenariat avec le Luxembourg et à l’avenir, nous envisageons de collaborer avec d’autres pays encore.

Si la banque voit le jour, comment fonctionnera-t-elle sans agences établies ?

L’idée, c’est d’être d’abord une banque internet. Mais à côté de cela, nous voulons aussi être une banque locale et avoir une bonne interaction avec les clients. Mais pour cela nous pensons qu’il y a d’autres formules que les guichets traditionnels. Bon nombre des membres ont à leur disposition des locaux qui pourraient être loués pour quelques heures, afin de développer un réseau de banquiers ambulants. Ceci combinerait des dépenses peu élevées et un dialogue direct avec les clients. Concernant la mise en place au Luxembourg, cela pourrait être un thème de discussion lundi soir.

Votre initiative pourrait-elle avoir un impact conséquent face au système bancaire en place ?

On le voit déjà aujourd’hui : il y a beaucoup de financiers qui réajustent leur communication. Notre projet est perçu par l’opinion publique. C’est une première étape. Nous voulons peser sur le monde bancaire. Et cette banque ne verra le jour que s’il y a un intérêt réel et de nombreux membres. C’est une responsabilité de nous tous. Il faut donc voir avec les citoyens et les associations luxembourgeoises comment mobiliser le plus grand nombre. En Belgique, nous avons un réseau de 101 ambassadeurs bénévoles qui font le relais dans leur communauté. Ce serait une possibilité pour le Luxembourg.

Plus de 42.000 parts souscrites, vos objectifs sont atteints ?

Absolument. Notre objectif était d’attirer 100 coopérateurs par jour pendant 100 jours, soit 10.000 personnes. En réalité, nous avons atteint cet objectif en 48 heures. Parallèlement, le nombre d’associations membres est passé à 89. Je ne connais aucun mouvement en Belgique qui ait eu une assise aussi large et diversifiée.

(1) Une autre banque est possible !
org. Etika, Exit07, lundi, 17.6.2013, 18h30.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.