CD-JAZZ: Le retour de l’exilé

Le nouveau CD du pianiste français Jean-Michel Pilc est à l’unisson de sa prestation époustouflante d’il y a quelques semaines au Melusina: ça pétille, ça virevolte et ça surprend. Avec ses fidèles compagnons, le contrebassiste François Moutin et le batteur Ari Hoenig, il fonce et fait voler en éclats les standards les plus rebattus. Seule différence face au concert: les pièces sont plus courtes, l’énergie plus canalisée. Le titre du CD „Welcome home“ a une connotation amère: La Grande Nation avait royalement ignoré son pianiste prodigue qui a dû et su conquérir le public new-yorkais avant que le label français Dreyfus Jazz (sic!) ne s’intéresse à lui. mehr lesen / lire plus

Lauer Christof: The Sting Project

Inspecteurs de Police

(jitz) – Le répertoire de jazz continue de puiser dans les chansons de la variété américaine des années ’30 à ’50, comme si les fignoleurs de belles mélodies et les architectes d’harmonies riches n’existaient plus de nos jours. Ils sont plus rares, certes, mais il en subsiste tout de même. Comme Sting, par exemple. Deux musiciens allemands, le saxophoniste Christof Lauer et le pianiste Jens Thomas, ont revisité en duo le répertoire de la vedette pop, en se promenant sur les mélodies de ses tubes pour ensuite s’en éloigner complètement et les rendre presque méconnaissables. Et c’est précisément en cela qu’une interprétation de jazz se différencie essentiellement d’une relecture „cover“ d’une chanson: on n’en fait pas une copie plus ou moins conforme, mais on n’utilise le matériel existant que comme tremplin pour se lancer dans quelque chose de nouveau et de personnel. mehr lesen / lire plus

JAZZ: Thielemans Toots

Toots tout doux

Emarcy 014722-2

(jitz) – Quelle maîtrise instrumentale, quel débordement de sentiments! Chaque fois que l’on entend Toots Thielemans, on reste pantois devant la faculté de l’harmoniciste belge de pouvoir insuffler autant de vie à son instrument apparemment si ingrat. Pour son nouveau CD, il n’a fait appel qu’à un seul partenaire: le pianiste Kenny Werner, avec lequel il a aussi parcouru le globe lors de ces derniers mois. Leur relecture de quelques mélodies mélancholiques et intemporelles (Legrand, Sinatra, Evans ou Disney) aurait pu sombrer dans le kitsch le plus pénible s’il n’y avait pas ce voile crépusculaire qui atténue le rose-bonbon de cette musique. mehr lesen / lire plus

Kauffmann Nadine: J’ai tout pris en main

Nadine Kauffmann, jeune prof de saxophone, savoure le plaisir de jouer et celui d’enseigner. Mais elle voudrait aller plus loin et est tentée par une carrière de soliste.

Nadine Kauffmann, une saxophoniste passionnée qui sait franchir des obstacles avec une volonté incroyable.
Photo: Christian Mosar

SAXOPHONE CLASSIQUE

Nadine Kauffmann joue du saxophone avec une vélocité et un entrain inouïs au Luxembourg. Amplement nantie de diplômes glanés à Luxembourg, Enschede, Bruxelles et Strasbourg, elle a tout naturellement décroché le poste de professeur au Conservatoire d’Esch-sur-Alzette. Mais elle ne veut pas s’arrêter là.

Parallèlement à son activité dans l’enseignement musical, Nadine Kauffmann mène aussi une carrière de concertiste. mehr lesen / lire plus

Demuth Marc: Contrebasse, passionnément!

Marc Demuth est l’un de ces jeunes musiciens de jazz luxembourgeois qui s’exilent pour mieux pratiquer leur art. Nécessité due à la petitesse du pays et à l’absence d’une vraie culture du jazz au Luxembourg.

Marc Demuth: „Il n’est pas nécessaire de tout comprendre et de piger toutes les subtilités techniques pour pouvoir apprécier le jazz. Je pense que les gens qui nous écoutent sentent bien si on affectionne notre musique.“
Photo: Christian Mosar

JAZZ LUXEMBOURGEOIS

Marc Demuth a 24 ans et de l’énergie à revendre. Trimballant son instrument encombrant à travers le Benelux, il est pour l’instant de tous les bons coups. mehr lesen / lire plus

Jazz: Haynes Roy

Roy Haynes: Birds of a feather. FDM 36625-2.

Batteur nostalgique

(jitz) – En 1949, un rêve se réalise pour le batteur Roy Haynes: il est engagé dans la formation de Charlie Parker, alors au sommet de son art. Maintenant, à l’âge de 76 ans, il rend hommage à son idole d’antan en consacrant tout un disque à la musique interprétée jadis par le grand „Bird“. Il s’est pour cela entouré d’une belle brochette de musiciens bien plus jeunes: Kenny Garrett, saxophone, Roy Hargrove, trompette, Dave Kikoski, piano et Dave Holland, contrebasse. La machine avance comme sur des roulettes, la mécanique est huilée et rodée. mehr lesen / lire plus

Modern: Harrell Tom

Paradise

Tom Harrell: Paradise BMG 09026063738 2. A écouter sur 100,7 dans l’émission „Blue Note“ du 10 décembre à 20h30.

Thérapie musicale

(jitz) – La musique du trompettiste Tom Harrell sonne comme si elle n’était pas tout à fait de ce monde. On se croit en terrain connu pour être surpris subitement par des inflexions mélodiques inhabituelles, avec un parfum d’inaccessibilité. C’est que le personnage doit vivre dans un monde clos. Souffrant d’une forme de schizophrénie, il est sous médication permanente, qui le plonge dans une léthargie d’où il ne sort que lorsqu’il embouche sa trompette. Sa musique est à l’image de sa biographie: outrageusement romantique, parfois à la limite du kitsch, et dans tous les sens hors du commun. mehr lesen / lire plus

Jazz: Krall Diana

The Look Of Love

Diana Krall: „The Look Of Love“, Verve 549846-2.

Blonde, belle et bof!

Un disque de jazz dans le top ten mondial deux semaines après sa parution, c’est du jamais vu! La chanteuse et pianiste Diana Krall a réussi cette prouesse commerciale avec son CD „The Look of Love“. Fidèle à son concept, elle n’interprète que des standards langoureux archi-connus. La saccharification que ce répertoire a dû subir de la part de l’arrangeur Claus Ogerman le réduit toutefois à de la musique d’ascenseur, qui siérait aussi à illustrer un navet de Noël des studios Disney. Si l’on compare les premiers disques de Diana Krall à cette galette de guimauve, on doit constater qu’avec le succès grandissant, elle a abandonné bien de ses qualités musicales. mehr lesen / lire plus

Jazz: Moeller Lars

Kaleidoscope

Lars Moeller: Kaleidoscope, Naxos Jazz 86022-2.

Bon et pas cher

Le label Naxos Jazz est une aubaine pour ceux qui cherchent du bon jazz à petits prix. Pas de grands noms toutefois, pas de grosses productions, mais du cousu main par de très bons musiciens inconnus du grand public. Par exemple, le CD „Kaleidoscope“ du saxophoniste danois Lars Moeller nous révèle un fin technicien qui s’exprime avec la profondeur mélancolique chère aux musiciens scandinaves. De son quartette, il faut retenir aussi un batteur d’une subtilité rare, Ole Theill, qui sait aussi manier les tablas indiens et les marier aux pulsations du jazz. mehr lesen / lire plus

Jazz: Brecker Michael

Nearness of you

Michael Brecker: Nearness of you. Verve 549705-2.

Brute assagie

La tempête breckerienne aura duré 30 ans. Le calme qui suit est d’autant plus déroutant. Michael Brecker vient de sortir un CD de ballades, après s’être imposé comme le saxophoniste le plus véloce et le plus féroce de la planète. Il s’est entouré d’un „dream-team“ (Herbie Hancock, Pat Metheny, Charlie Haden, Jack DeJohnette) pour des méditations où le choix des sons est bien plus important que la frime technique. Ces musiciens qui n’ont plus rien à prouver dominent aussi ce sujet: on joue avec les tensions, on choisit et on caresse les notes jusqu’à obtenir des miniatures langoureuses et définitives. mehr lesen / lire plus

BENEDICT JAZZ FESTIVAL : Completorium cum swing

L’Oesling semble être une terre féconde pour le jazz, puisqu’on annonce la deuxième naissance d’un festival pour cette année. Après Wiltz au printemps, c’est au tour de Clervaux d’accueillir un festival d’été, bien plus modeste cependant.

(jitz) – L’appellation de ce festival peut induire en erreur: le „Benedict Jazz Festival“ n’aura pas lieu dans l’abbaye toute proche, mais dans l’enceinte du château de Clervaux. Peu de chances donc de voir un moinillon se déhancher au rythmes syncopés du jazz, si ce n’est qu’il viendrait en voisin visiter un concert dans la cour du château. Deux jours, six concerts, des formations luxembourgeoises et belges: la première édition de ce festival ne fait pas dans le gigantisme. mehr lesen / lire plus

jazz: Potter Chris

Gratitude

Talent confirmé

(jitz) – Avec ce premier CD pour un label renommé, le saxophoniste trentenaire Chris Potter joue définitivement dans la cour des grands, même s’il se montre encore très humble envers ses aî nés en dédiant chaque composition à un des maî tres du saxophone de l’histoire du jazz. On avait déjà pu apprécier son discours fluide et son imagination débordante en 1995, lors de deux concerts qu’il joua au Luxembourg, puisque le jazzclublëtzebuerg, en bon défricheur de talents, l’avait engagé à l’époque. Aujourd’hui, les critiques voient en Chris Potter le saxophoniste le plus prometteur de ce début de siècle. mehr lesen / lire plus

jazz: Redman Joshua

Passage Of Time

Evolution constante

(jitz) – Jusqu’où ira-t-il, Joshua Redman? Lui qui avait commencé sa carrière comme jeune saxophoniste brillant et fringuant, au discours enjolivé qui pourrait plaire à toute belle-mère potentielle, a pris un virage assez brusque. Son disque précédent avait annoncé la couleur, et avec la récente production Passage of time, il devrait faire taire tous ses détracteurs. Son disque est conçu comme une longue suite dont les différents morceaux s’enchaî nent avec cohérence, avec des improvisations collectives, abstraites et étonnamment ouvertes. Les nombreuses tournées ont bien rôdé les musiciens de son quartette de sorte qu’ils retombent à chaque fois sur des bases stables, quelque soit le degré de liberté qu’ils ont atteint durant leurs escapades imprévisibles. mehr lesen / lire plus

jazz: Rollins Sonny

This is what I do

La routine du colosse

Sonny Rollins, une des dernières légendes vivantes du jazz, a toujours le feu aux fesses. A soixante-dix ans passés, il est tout sauf un papy improvisateur. Ses concerts restent des modèles d’énergie et de générosité, et ses disques continuent de sortir à un rythme régulier. Sa production récente reste dans la lignée de ses derniers enregistrements: des mélodies toutes simples, réduites à l’essentiel, et des rythmes de calypso qui mettent du soleil dans vos baffles. Certes, les doigts de Sonny n’ont plus la vélocité d’antan, mais son souffle reste toujours gros comme ça et reconnaissable entre tous. mehr lesen / lire plus

jazz: Turner Mark

Ballad Sessions

Soft sax session

(jitz) – Normalement, les musiciens de jazz, et plus spécialement les saxophonistes, sortent un album consacré à l’art de la ballade lorsqu’ils ont tiré leurs meilleures cartouches et bien démontré leurs capacités techniques. Le jeunot Mark Turner s’y met déjà, sa trentaine à peine entamée. On l’avait découvert aux côtés du guitariste surdoué Kurt Rosenwinkel où il s’exprime avec un langage résolument différent de celui de ses compagnons de route. Sur ce disque, il nous dévoile qu’il a greffé sa vélocité bien contemporaine sur les influences des grands maî tres d’avant-guerre, Lester Young et Coleman Hawkins. mehr lesen / lire plus