ARCELOR: Ballet ou roulette russe?

Le coup de théâtre de la fusion probable Arcelor/SeverStal a remis en question la stratégie Mittal. Il demeure néanmoins important de savoir avec qui Arcelor veut s’unir pour résister à l’appétit du numéro un mondial de l’acier.

Décidément, le monde de la grande finance a de quoi surprendre même les plus avertis. Afin de parer l’offre hostile de Mittal Steel, Arcelor se jette dans les bras d’un obscur oligarque. Alors que tout le monde savait que le management du géant luxembourgeois cherchait du côté russe, l’alliance avec SeverStal a provoqué l’effet attendu: remettre en cause l’offre de Mittal. Parions au moins qu’en apprenant la nouvelle, Lakshmi Mittal a perdu son éternel sourire et grincé des dents. Même s’il maintient son offre et se contenterait d’une part minoritaire dans le cas d’une mega-fusion entre les trois groupes.

Mais ce que certains voient comme une victoire d’Arcelor et donc aussi du patriotisme économique luxembourgeois, pourrait s’avérer pire que la proposition du magnat indien. Arcelor essaie de combattre le feu avec le feu, et semble prêt à paier n’importe quel prix pour déjouer son concurrent, en devenant numéro un mondial à sa place. En s’ouvrant à SeverStal, ils feront entrer Alexej Mordachov dans le conseil du groupe. Celui-ci, à part de s’être enrichi pendant la période des privatisations sauvages, est aussi un ami du Kremlin. Cela est certainement bon pour la stabilité future d’Arcelor, car au moins Mordachov ne risque pas de tomber en disgrâce et de finir en prison comme son „collègue“ Chodorkovski, anciennemment l’homme le plus riche de la fédération russe et ex-patron de Youkos. Mais soutenir la politique russe dans tous ses excès, ne serait ce que pour survivre, est un signe de manque de moralité et peut-être pas la meilleure pub pour Arcelor. Car être l’ami personnel de Vladimir Poutine est un jeu donnant donnant. Par exemple: si la dernière chaî ne de télévision libre Ren-TV devient trop critique aux yeux du Kremlin, que fait l’ami Mordachov? Il l’achète – en s’unissant pour le coup avec Bertelsmann, géant européen des médias, auquel appartient aussi RTL – et met les journalistes critiques à la porte. Cela jette une ombre sur les affirmations qui entourent le patron de SeverStal dans la presse. Il y est en effet décrit comme étant à l’écoute de ses employés, engagé pour leurs retraites et possédant même une âme d’écolo! On croirait que cet homme est un saint, alors qu’en réalité il n’est seulement pas bête. Car en fusionnant avec Arcelor, SeverStal ne gagne pas seulement accès à la haute technologie, mais Mordachov peut aussi mettre son capital hors de la zone d’influence du gouvernement russe.

De plus si cette fusion se fait, il entrera au conseil du groupe luxembourgeois et en deviendra le directeur. S’il patiente pendant quatre ans, Mordachov pourra augmenter son capital dans Arcelor à 45 pour cent et ainsi contrôler le groupe. D’autant plus que les acteurs d’aujourd’hui, principalement Joseph Kinsch et Guy Dollé, couleront à ce moment des jours tranquilles en retraite. Ainsi la voie sera libre pour Mordachov qui avait déjà proclamé haut et fort que son but était de faire entrer SeverStal dans le Top Five des groupes sidérurgiques du monde.

Que penser alors du management d’Arcelor? Que ce soit pour des raisons d’égo qu’ils ne veulent pas céder à Mittal, comme le pense un commentateur dans la presse, n’est pas crédible. Pas plus crédible que de prétendre que la fusion avec SeverStal apporterait plus d’avantages à l’avenir de la sidérurgie, une étude de la Commerzbank démontre aisément le contraire. De plus, Mordachov sortira comme le seul grand gagnant de cette fusion. La seule certitude dans ce cas est que dans un vieux bâtiment de l’avenue de la liberté l’aspect moral de la finance ne compte pas vraiment.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.