Climat : avec ou contre la Chine ?

Son engagement ne serait pas compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 degré, entend se dire la Chine. En insistant sur son droit au développement (voir 2060 fois raison), elle n’a pas tort. Ni tout à fait raison.

Avoir plus de vélos électriques que de centrales au charbon ne suffira pas pour sauver le climat.
(Wikipedia ; Vmenkov ; CC BY-SA 3.0)

Faut-il que la Chine fournisse l’essentiel de l’effort climatique, puisque c’est désormais elle la plus grande pollueuse mondiale en termes de CO2 ? C’est ce que suggèrent les diplomates occidentaux, comme l’Américain Todd Stern, reprochant à Pékin que ses engagements actuels étaient insuffisants pour maintenir l’augmentation de température en dessous de 1,5 degré.

Les choses ne sont pas aussi simples, car la Chine peut faire valoir une responsabilité historique des pays industrialisés dans le changement climatique, ce qui lui donnerait le droit de maintenir ses émissions de CO2 afin de réussir son rattrapage économique. Ainsi, les plans climatiques prévoient actuellement d’atteindre le zéro net carbone en 2060 seulement. Cependant, la Chine – et avec elle l’ensemble des pays en développement à des degrés divers – ne peut faire abstraction des résultats scientifiques : il faudra bien viser le zéro net carbone pour 2050, et il n’y a pas de marge pour exempter la plus grande émettrice mondiale. La question initiale gagnerait toutefois à être reformulée : faut-il demander à la Chine, comme on le demande à tout le monde, d’augmenter ses efforts, et qui peut porter cette revendication ?

Greenpeace critique Pékin

Clairement, ce ne sont pas les pays occidentaux, avec leurs promesses trahies, et surtout pas les États-Unis, avec leur politique du yo-yo dans le domaine climatique. Restent les institutions internationales et les ONG, sans malheureusement pouvoir compter sur la société civile chinoise, paralysée par la répression gouvernementale (voir 2060 fois raison). Ainsi, Greenpeace East Asia, établie en Chine, qui en tant que structure internationale se permet encore de critiquer Pékin, a récemment publié une analyse du plan de relance de 2020. Le résultat, tel que rapporté dans le journal indépendant « South China Morning Post » : seulement un petit pourcentage des investissements vont dans des projets liés au développement vert et durable.

Le journal cite aussi Lin Boqiang, un universitaire qui relativise la critique : « Puisque la Chine est encore un pays en développement et que le plan de neutralité carbone a démarré l’an dernier seulement, il faudrait tenir compte de l’augmentation des investissements verts plutôt que de seulement considérer leur pourcentage dans le total. »

En réponse à Todd Stern, dans le cadre d’un webinaire, le diplomate chinois Xie Zhenhua a argumenté de manière encore plus explicite, comme le rapporte un autre article du « South China Morning Post » : différents pays se trouvent à différents niveaux de développement économique et ont des ressources énergétiques différentes – aux économies développées de prendre leur part juste de responsabilité, au vu de leur industrialisation plus longue, en atteignant le zéro net carbone avant les pays en développement et en aidant ces derniers à faire de même. Xie a mis en doute l’opportunité de la critique de Stern : « Ce qui est à l’ordre du jour, c’est d’agir et de réaliser nos engagements, et non pas de débattre s’il faut viser 1,5 ou 2 degrés. »

La Chine entre obstruction et coopération

C’est précisément ce type de justification qui est désormais de moins en moins acceptable – et Xie a habilement laissé entrevoir une ouverture : « Si le monde doit parvenir à zéro carbone en 2050, les pays développés devraient y parvenir en 2040, contribuer des émissions négatives en 2050 et fournir un soutien technologique et financier aux pays en développement. » Effectivement, des scénarios avec une Chine au zéro net en 2050 et les pays industrialisés plusieurs années auparavant pourraient permettre de limiter l’ampleur du réchauffement global. L’enjeu pour Pékin ne se limite cependant pas à l’échelonnement des réductions de CO2 ; il s’agit aussi de renforcer la coopération Nord-Sud. Le message est clair : si l’Occident souhaite que la Chine joue un rôle constructif dans la lutte contre le changement climatique, il ne peut pas la traiter comme une paria dans les domaines de la politique et de l’économie internationale.

Le mouvement citoyen climatique mondial ne partage évidemment pas les intérêts géostratégiques du gouvernement chinois, notamment le souhait qu’on traite ses violations des droits humains comme une affaire intérieure. Mais quand la Chine suggère de s’en remettre à la coopération internationale technologique et financière, plutôt que de procéder sur base de logiques nationales et de mécanismes de marché, le mouvement peut reprendre l’idée à son compte. Cela représente en effet la réponse logique de l’humanité face à un défi planétaire qui nécessite une approche de recherche du bien commun – et cette coopération est réclamée, au-delà de la Chine, par la vaste majorité des pays en développement.

 


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.