POLITIQUE COMMUNALE: Poker menteur

Depuis une bonne semaine, la bataille autour de l’ancien abattoir de Hollerich fait rage. Tandis que le chef de l’Atelier était sûr et certain d’avoir remporté la mise, le collège échevinal doit faire marche arrière face à la fronde et aux élections d’octobre.

Portes ouvertes
pour l’« A-battoir » ?
Rien n’est moins sûr…

Le rêve de Laurent Loschetter, le patron de l’Atelier, est tout à fait compréhensible : « Ce sera une salle dans l’esprit de l’Ancienne Belgique à Bruxelles », dit-il à la caméra de « lesoir.be », sur le site duquel la vidéo reste toujours visible. Avec son air d’écolier un peu gêné par tant d’attention, les yeux souvent rivés vers le sol et en arrière-fond une scène de concert avec amplis et broussailles de câbles, Loschetter donne l’impression de quelqu’un de modeste qui essaie d’atteindre son rêve qui est sur le point de se réaliser. Pourtant, ce sont les phrases qu’il a prononcées avant cette petite comparaison qui ont provoqué un scandale parmi la population de Hollerich et qui ont donné du fil à retordre au collège échevinal bien forcé de faire marche arrière devant une assemblée de citoyens en colère jeudi soir il y a deux semaines.

Les propos qui ont choqués, les voici : « Dans le dossier A-battoir, toutes les décisions sont prises, le collège échevinal l’a adopté à l’unanimité. Tout est en ordre du point de vue juridique, une étude de faisabilité a été effectuée, les plans seront divulgués aux médias et le déménagement est prévu – si tout se passe bien – pour dans deux ans ». Cette déclaration, faite le 13 janvier 2011, n’est pas exactement en harmonie avec les déclarations du bourgmestre Paul Helminger face à la foule d’habitants d’Hollerich en colère, lors de la réunion entre responsables politiques et citoyens qui a eu lieu le 3 février. Lors de ce petit raout, l’équipe Helminger a tenté de calmer les ardeurs et s’est surtout livrée à quelques magnifiques pirouettes.

Bien forcé d’admettre que des contacts avaient eu lieu entre les gérants de l’Atelier et la mairie, Helminger a expliqué que « dans le cadre des discussions autour du réaménagement de la porte de Hollerich, nous avons été approchés par les personnes en charge de ladite salle de concert. Ils nous ont fait savoir qu’eux aussi avaient des projets pour l’ancien abattoir. En retour, nous leur avons fait savoir que nous apprécions ce projet. Voilà tout ! », a-t-il asséné l’audience.

Donc, l’affaire « A-battoir », du nom du projet que les tenants de l’Atelier ont choisi pour leur hypothétique nouvelle demeure, est-elle classée ? Loin de là. D’un côté, parce que Paul Helminger et son équipe, même s’ils n’ont pas arrêté de répéter que « rien n’était décidé dans l’affaire » et qu’un comité d’accompagnement incluant tous les acteurs sur place allait être mis sur pied, n’ont pas réussi à démentir formellement qu’il n’y aurait pas de salle de concert privée à Hollerich. De l’autre, parce que depuis que la polémique a éclaté, l’Atelier, d’habitude si friand de présence médiatique, pratique un étonnant silence radio et ne s’est pas joint aux déclarations politiques qui tentent de rouvrir le débat tout en calmant les vagues.

Au-delà du nimby

Le problème dans toute cette affaire, c’est que quelque chose sonne creux ou faux. Car il y a exactement deux possibilités, qui ne s’excluent pas d’ailleurs. Dans l’hypothèse « A », le bourgmestre de Luxembourg est un menteur quand il essaie de rebrousser chemin et de revenir sur des décisions qu’il ne pensait pas si difficiles à faire passer. L’argumentaire pour cette hypothèse tient surtout dans le fait qu’Helminger s’est embrouillé lors de la réunion du 3 février sur la date exacte de la prise de contact entre la mairie et L’Atelier. Une fois, cela ne faisait à peine plus de douze mois, l’autre fois, il était question de cinq ans. Sachant que les diverses rumeurs autour d’une éventuelle implantation de l’Atelier dans l’ancien abattoir vont bon train depuis au moins trois ans (le premier article sur le sujet dans le woxx a paru en décembre 2007) la vérité est certainement à chercher entre les deux. Contre cette hypothèse, aucun bulletin communal ne fait référence à ce projet et il n’a jamais été question d’un vote à l’unanimité pour le projet de l’« A-battoir ». Ce qui nous amène à l’hypothèse « B » : le patron de l’Atelier est soit mégalomane ou il n’est pas au courant des finesses du business politique local. Car en entendant ses dernières déclarations dans la matière, on est forcément conduit à supposer qu’il est absolument sûr de son coup. Et pourquoi ne le serait-il pas d’ailleurs ? Depuis une quinzaine d’années, sa boîte a acquis une renommée internationale, invite des artistes au grand-duché dont beaucoup de fans n’ont pas osé rêver les voir un jour chez eux, remplit régulièrement la Rockhal avec des grosses têtes d’affiches et organise depuis quelques années le seul festival open-air et grand public du Luxembourg, le « Rock-A-Field ». En d’autres mots, ce qui n’était qu’un petit garage à la fin des années 90 est devenu une success story épatante. Alors, pourquoi ne pas continuer sur cette lancée ?

Conflit d’intérêts ?

Le problème, c’est que cette fois-ci, l’Atelier dépasse les bornes. Premièrement le laisser s’installer sur ce site équivaudrait à laisser à un promoteur privé un terrain et des bâtiments publics. Et Loschetter a déjà déclaré en décembre 2007 qu’il voulait y implanter une entreprise commerciale et refusait tout net toute idée de salles de répétition pour jeunes groupes, piste de skate (qui s’y trouve encore actuellement) ou autres activités culturelles. On l’aura compris, l’Atelier n’est pas une institution philanthropique – même s’il continue à être subventionné à hauteur de 75.000 euros par an par la ville de Luxembourg. On se demande d’ailleurs comment une telle aide est justifiée pour une boîte qui avoue n’avoir que des visées commerciales, mais passons. Le manque de compromis affiché dès le début par le tenant de la salle de concert n’aura fait qu’envenimer une situation déjà rendue difficile par un autre fait. Le lien de parenté entre Laurent et Viviane Loschetter, qui sont frère et soeur. Donc, le soupçon de conflit d’intérêts contre l’échevine de soeur s’est tout naturellement imposé. Et a été renforcé par son frère lui-même, lorsque celui-ci déclarait face aux caméras que le collège échevinal avait pris la décision à l’unanimité, ce qui implique forcément Viviane Loschetter.

Face à ces accusations, Paul Helminger a déclaré : « Madame Loschetter s’est toujours retenue dès qu’il était question de l’Atelier. Elle n’a pas participé aux discussions à ce sujet ». Une version qu’on est bien priés de croire, faute de pouvoir vérifier. Quoiqu’il en soit, prise d’influence ou non, ce lien de parenté entre entrepreneur et échevine laisse un arrière-goût amer dans la bouche et pourrait bien plomber les ailes du projet.

Un projet qui mérite pourtant d’être réfléchi et cela sous tous les angles. Même celui de l’Atelier, car les motivations de déménager ne viennent pas uniquement de la volonté d’expansion due à l’exiguïté des locaux de l’actuelle salle, mais sont nés de la nécessité de déménager au plus tard quand les projets de la ville de Luxembourg autour de la nouvelle porte d’Hollerich seront réalisés – car il n’y aura plus de place pour l’Atelier à son ancienne adresse. Dans ce sens, la ville s’est empêtrée dans un problème qu’elle a elle-même crée. Toutefois, au lieu de vouloir faire passer l’« A-battoir » de force, ils feraient mieux de chercher une autre solution pour reloger la salle. Pour plusieurs raisons : la ville de Luxembourg et surtout les quartiers Sud manquent cruellement d’infrastructures pour jeunes et le skate park actuellement en place constitue un véritable oasis en la matière. Viennent ensuite les problèmes de transport et de parking, avec à l’horizon la perspective que dans quelques dizaines d’années, le Park&Ride Bouillon sera détruit. Finalement, c’est aussi une affaire de choix politique : les responsables veulent-ils une salle de concert que ne peuvent s’offrir qu’une minorité ou veulent-ils une culture politique ouverte à tous ? En tout cas, si la danse autour de l’abattoir ne vient que de commencer, la comédie dure déjà depuis longtemps.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.