PHOTOGRAPHIES: Pour que ça change

En ce moment et jusqu’à début septembre, entre les panneaux entourant le chantier du futur nouveau « Biergerzenter » à la place Guillaume II, on peut identifier une série dix portraits d’hommes et de femmes « isrélo-palestiniens » engagés pour la paix en Israël-Palestine. Pour les deux initiatrices du projet, Nathalie Oberweis et Carole Reckinger, il était important de porter ce sujet, toujours délicat, sur la place publique. Elles ont ainsi préféré frapper à la porte de la mairie de la ville de Luxembourg plutôt que d’exposer leur travail dans une galerie qui n’attirerait qu’un public déjà acquis à la cause. Intéressées depuis longtemps par ce conflit et cette région qu’elles avaient déjà eu l’occasion de visiter, les deux journalistes freelance se sont joint au voyage d’étude et de formation en Israël-Palestine, organisé par le « Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient » en avril dernier. Des rendez-vous avaient été pris avec un certain nombre d’acteurs publics engagés dans la recherche d’une solution de paix à ce conflit. Loin des tractations politiques officielles, des discours enflammés et haineux, il existe en effet sur les deux côtés des personnes condamnant la situation actuelle et oeuvrant en faveur de solutions de paix alternatives. Ces personnes-là ont été portraités par Nathalie Oberweis et Carole Reckinger à l’aide d’une photographie et de réponses à deux questions posées : Qu’est-ce qui vous motive à travailler pour la paix ? et Quelle est votre vision du futur ?

Sur une vingtaine de personnes interrogées, dix ont été retenues pour l’exposition. Leur point commun ? Travailler pour la paix certes, mais avant tout ensemble. Leur engagement pour la paix est ainsi motivé par un refus du racisme, de la politique coloniale et d’apartheid, un sens profond pour l’égalité et une humanité certaine. Quant à la vision du futur, la seule solution est celle du vivre ensemble, le vivre ensemble par le bas, au niveau des citoyens. L’humain prime sur les formes institutionnelles à inventer, sur la question d’un ou de deux Etats, sur des identités nationales ou sur le statut de Jérusalem. Néanmoins, il est question d’une fédération économique entre la Palestine, Israël, le Liban, la Syrie et la Jordanie ou encore de la création d’un Etat unique. L’envie de faire table rase, de passer enfin à autre chose sans pour autant oublier l’histoire, se fait fortement ressentir. La série de portraits est accompagnée d’une série de photographies illustrant dans leur majorité le mur de séparation entre Israël et la Palestine. On trouve aussi un très bref historique, sous forme de cartes, du soi-disant conflit israélo-palestinien.

Change – Ten Portraits of Actors for Change in Israel and the Occupied Palestinian Territories, jusqu’au 15 septembre au Biergerzenter, place Guillaume.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.