DEMANDEURS D’ASILE: Rien de rien

C’est fait : dorénavant, les demandeurs d’asile qui auraient l’impertinence de toquer à la porte du grand-duché devront se contenter de 25 euros par mois. Entre-temps, la ministre de la famille peine à caser ceux qui veulent bien vivre sous ces conditions.

Foto: flickr takvr

Est-ce un hasard du calendrier ? Le 20 juin, la journée mondiale des réfugiés – dont on n’a d’ailleurs pas beaucoup entendu parler dans les médias – le gouvernement publie au mémorial le règlement grand-ducal qui fixe les aides aux réfugiés à 25 euros par mois. « Un montant risible », critique le Collectif Réfugiés Luxembourg, qui regroupe les principales ONG qui viennent en aide aux demandeurs d’asile et qui – faut-il le rappeler ? – font en grande partie le travail dont le gouvernement s’avère incapable et qui semble s’être accommodé de cette situation.

De plus, comme l’indique à juste titre le Collectif, même si ces 25 euros par mois seront complétés par des bons et des aides en nature, leur système de distribution n’est pas précisé dans le règlement grand-ducal. Donc, les demandeurs d’asile, en plus d’être précarisés et pénalisés davantage, sont à la merci du bon vouloir des services gouvernementaux. Encore pire, le chapitre 2 du règlement, qui prévoit les conditions sous lesquelles le ministère peut retirer ou diminuer cette « aide sociale », qui ne mérite pas vraiment ce nom : par exemple dans le cas où « le bénéficiaire de l’aide sociale ou un membre de sa famille l’accompagnant s’est comporté de manière violente ou menaçante envers les personnes assurant l’encadrement des bénéficiaires de l’aide sociale ». Cela pose la question de qui décide de ce qui est une menace ? Le personnel du gouvernement, la police, les juges ? Rien n’est précisé. Et au-delà de cette imprécision, le fait de sanctionner toute une famille pour le mauvais comportement d’une personne est à la limite de l’illégalité. Sous le joug nazi, on avait un nom pour ce principe : « Sippenhaft ». L’objectif du règlement grand-ducal est clair : décourager l’immigration des pauvres demandeurs d’asile vers le Luxembourg. Alors qu’en même temps, d’autres ministres vont à la chasse aux « high net worth individuals » qui – peu importe leur origine – peuvent s’installer ici sans problèmes. Non, seulement est-ce dégoûtant, mais la tactique risque de ne pas payer. Combien de fois faudra-t-il répéter que personne ne quitte son domicile juste pour le plaisir ? Et que la pauvreté est un motif pertinent d’émigration ? Si elles étaient un peu fair-play, les autorités consentiraient du moins aux demandeurs d’asile le droit de travailler, question d’améliorer leur maigre argent de poche.

D’ailleurs, depuis ce mercredi, la très puissante cour constitutionnelle allemande analyse l’octroi d’aides aux demandeurs d’asile outre-Rhin, qui n’ont pas été haussées depuis 1993, alors que la loi oblige les gouvernements de le faire. Pourtant, les aides sociales aux réfugiés chez nos voisins allemands sont beaucoup plus généreuses que celles que s’apprête à déverser le gouvernement luxembourgeois.

Quant au logement des demandeurs d’asile, qui n’est pas une faveur mais une obligation internationale, la ministre de la famille revient à la méthode camping. Certes dans des containeurs cette fois, mais l’aspect provisoire reste tout de même visible. Et de toutes les communes appelées à être solidaires, seules trois ont répondu à l’appel de la ministre : Pétange, Mamer et Kehlen. C’est loin d’être une victoire et pourtant la vague xénophobe qui submerge notre société est loin de tarir.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.