BELGIQUE: Une déroute annoncée?

La coalition arc-en-ciel aurait pu devenir un modèle durable, elle s’est transformée en siège éjectable.

Les conséquences de l’échec qu’a subi la famille politique verte chez nos voisins belges sont difficiles à mesurer. Si un recul en nombre de voix, après les résultats faramineux de 1999, était prévisible, personne n’avait envisagé une défaite d’une telle envergure. Agalev, le parti flamand, ne compte plus aucun député ni sénateur, alors qu’Ecolo, bien qu’ayant limité la casse, passe en-dessous de la cote qui lui donne droit à un groupe politique à la chambre des député-e-s. A ce recul en voix et en mandats s’ajoute une facture salée, car les deux partis seront amputés d’importants financements publics. Ceci un an avant les élections régionales non moins importantes.

Qui dit finances, dit aussi ressources humaines: plusieurs centaines de personnes travaillaient pour les verts en Belgique, développaient des projets, formulaient des propositions de loi, menaient des études. Ces troupes rayonnaient bien au-delà du seul appareil de parti. Inversement nombre d’instituts et d’organisations avaient trouvé dans les verts des alliés prêts à soutenir maints projets. Après des années de militantisme aigu, les verts avaient enfin su développer un certain professionnalisme qui commençait à trouver ses marques, pour disparaî tre du jour au lendemain. Quel gâchis.

La question que chacun se pose, c’est si l’écologie politique ne doit pas se méfier tout simplement de toute participation au pouvoir. Le projet politique vert est ambitieux et il vit mal les compromis que toute participation au pouvoir rend indispensable. Mais le sort subi par Ecolo et Agalev présente quand-même des caractéristiques qui lui sont particulières. Ainsi la coalition arc-en-ciel dans sa globalité sort victorieuse des élections de dimanche passé. Les chrétiens-démocrates, désavoués en 1999, n’améliorent pas leur score – bien au contraire. Seuls les verts se voient sanctionnés et perdent leurs voix essentiellement au profit des socialistes, pourtant partenaires et cosignataires du même programme de coalition et coresponsables des mêmes types de compromis.

On a pu s’attendre à un recentrage au sein de l’arc-en-ciel, qui aurait mené à une pondération différente au sein de la coalition. Pour les socialistes, il était important de gagner en poids pour enrayer la domination des libéraux. Il l’ont fait au détriment des verts, mais le début difficile des négociations pour une nouvelle coalition montre que le cadeau est non seulement involontaire mais risque aussi d’être quelque peu empoisonné: si les libéraux n’aiment pas les verts, il se montrent parfois encore plus dégoûtés des rouges.

A cela s’ajoute le problème des spécificités linguistiques: Ecolo et Agalev étaient les seuls a constituer un groupe commun à la Chambre, mais comme on le sait, le régionalisme a le vent en poupe en Belgique. On reproche aux verts d’avoir été trop mous et trop dogmatiques à la fois. Accepter la vente d’armes au Népal mais maintenir son opposition contre la publicité du tabac à Francorchamps – difficile d’y entrevoir une logique, si on ignore les chantages et les tractations internes à la coalition arc-en-ciel au sujet de ces dossiers.

Quitter un gouvernement deux semaines avant l’échéance des élections, c’est difficile à comprendre à la fois pour ceux ou celles qui étaient contre la participation dès le départ et ceux ou celles qui appuyaient le projet d’une participation gouvernementale.

Les résultats inattendus de 1999 qui faisaient des verts la troisième force politique ont laissé croire qu’ils correspondaient au poids politique effectif des écologistes. On sait maintenant qu’ils ne constituaient qu’une hypothèque dont la contrepartie n’était que mal connue.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.