CHANSON: Valérie Mischler (chant) et Catherine Bedez (piano)

Bernard Dimey s’était avant tout rêvé écrivain, mais c’est en tant qu’auteur de chansons à succès („Syracuse“, „Mémère“, „Mon truc en plumes“ …) et de „poète du pavé parisien“ qu’il est passé à la postérité. Pas le pavé frondeur du Boul‘ Mich‘ des années 68, mais bien celui de la Butte Montmartre qu’il grimpait inlassablement pour mieux s’abîmer dans l’alcool et les nuits blanches. De vingt ans d’excès et d’errances nocturnes naîtra aussi une oeuvre considérable d’émotion, d’originalité et de drôlerie à laquelle le duo Valérie Mischler (chant) et Catherine Bedez (piano), vient aujourd’hui apporter sa touche personnelle. Â l’image des „p’tits bonheurs du jour“ chers à Dimey, c’est, en 12 titres, un régal de malice, de fausse ingénuité et d’impertinence féminine …, à découvrir et à déguster, en partie, dans le CD-Tip de Radio ARA (103.3 mehr lesen / lire plus

ALLAIN LEPREST: Nu, je continue

Éléments épars d’une passion durable et subjective pour le dénommé Allain Leprest.

„C’est bien simple, je considère
Allain Leprest comme un des plus foudroyants auteurs de chansons que j’aie entendus au ciel de la langue française.“
(Claude Nougaro, 28 novembre 1993)

Peut-on, raisonnablement, ne pas vouloir un jour se retrouver en tête à tête avec celui ou celle dont on a écouté les disques pendant des années en se disant à chaque fois „Quel talent …“? Évidemment que non. Et voilà donc pourquoi ce qui suit aurait tout aussi bien pu vous arriver …

Pourquoi t’as si tôt
Couché les glaïeuls
Ça t’aurait fait beau
Des rides sur la gueule
Rimbaud …

C’est, de mémoire, à ce quatrain là, attrapé au vol durant une émission de radio, que je dois mon premier contact avec Allain Leprest. mehr lesen / lire plus

Chanson: Josette Kalifa et David Venitucci

Chansons de Léo Ferré et de Jean-Roger Caussimon

(md) – Plus ou moins convenus, plus ou moins laborieux et, souvent, plus ou moins obligés, les „hommages“ à répétition, qui marquent la fin de cette première décennie „sans Léo“, ont aussi l’avantage de favoriser l’émergence de quelques talents authentiques, parmi lesquels Josette Kalifa, accompagnée par David Venitucci à l’accordéon. En quatorze plages, ce flamboyant duo propose un survol réussi du répertoire de l’immense „graine d’anar“ que fut Ferré – et ce, autant par la relecture originale de titres „grand public“ („La vie d’artiste“, „Jolie môme“, …), que par la reprise de chansons souvent méconnues comme „La lune“, „Paris c’est une idée“ ou „Ça t’va“. mehr lesen / lire plus

Chansons: Charles Suberville

(md) – C’est un personnage attachant, d’aucuns préciseront même une „tronche“ ou une „gueule“ du microcosme artistique local, devenu aujourd’hui incontournable: Charles Suberville. Il est de toute l’actualité des dernières semaines: présentation d’un nouveau CD au Centre culturel français le 21 mai, série de concerts privés à la mémoire de Jacques Brel à la Cour grand-ducale, récital impromptu (et remarqué) au théâtre d’Esch le 18 juin, ou émouvante participation à l’hommage rendu à l’historien Marcel Jullian, résistant rescapé du Grund des années sombres, sont autant de points de repère pour évoquer la carrière d’un comédien-chanteur qui, du „Petit conservatoire de Mireille“ des années 60, aux plus récentes productions du TOL, n’aura, aux côtés des plus grands, eu à coeur que de servir „la grande dame de la chanson“, avec respect et talent. mehr lesen / lire plus

CHANSON: Jean-Marc Le Bihan

Croisé dans la rue

Marginal assumé, pourfendeur inlassable – et souvent tonitruant – de toutes formes d’injustice et d’aliénation dans notre société, Jean-Marc Le Bihan donne, depuis un bon quart de siècle, dans l’activisme artistique et social désintéressé. C’est d’ailleurs pourquoi ce „Breton- Lyonnais“ n’a jamais été un locataire très assidu des salles de spectacle conventionnelles. La plupart de ceux qui le connaissent l’auront croisé un jour dans la rue, une usine ou un café, là où, dans une confrontation quasi „physique“ avec son auditoire, il martelait d’une voix rauque les vers désespérés de sa poésie profondément humaniste. Huit ans après la sortie du „Migrateur“, le dernier et magnifique album original dont il nous avait gratifiés en 1994, Jean-Marc Le Bihan vient d’enregistrer Histoires vécues. mehr lesen / lire plus

Chanson: Padam

„Dopés“ à la sauce du swing

1998: un quintette acoustique, fraî chement créé sous le nom de Padam (en hommage à une certaine Édith ) se taille régulièrement de jolis succès dans les bistrots du 18e arrondissement de Paris où, sur des airs d’inspiration slave, tzigane et orientale, il interprète de surprenantes chansons réalistes, „dopées“ à la sauce canaille du swing, de la java ou du musette. Quatre ans après, les moineaux de „Padam“ n’ont rien perdu de la décapante énergie de leurs débuts, et s’ils continuent de faire connaî tre leur répertoire à travers de trop rares concerts, il existe heureusement maintenant un album éponyme (MDCD 718, distribution Epic / Sony) que tout amoureux de la chanson française de qualité se devrait bien de posséder. mehr lesen / lire plus

Folk: Arpetti Giuliano

Arpetti en solo

Arpetti en solo

(md) – Après avoir appartenu à différentes formations musicales (IC Blue, Natrium, Arthur FL) qui tutoyèrent les sommets du hit-parade de RTL avec des titres comme „Bad joke on me“ en 1994 ou „Cherche la lumière“ en 1997, Giuliano Arpetti tâte aujourd’hui de la carrière solo avec un album publié sous son propre nom. Intitulé Sans paroles, mille maux , ce CD regroupe dix chansons inspirées par l’air du temps ou la vie de tous les jours. Avant même la sortie officielle du disque, l’une d’entre elles („Surtout pas réfléchir“) a été primée par la SACEM „pour la qualité de son texte et de sa musique“. mehr lesen / lire plus

Rock: System Of A Down

Toxicity

Kann süchtig machen

Warning! Dieses Album kann süchtig machen. Und ich glaube, bei mir ist es schon zu spät, denn sobald man Toxicity von System Of A Down einmal gehört hat, muss man es immer wieder tun. Dieses Musik besitzt eine unglaubliche Kraft und Vitalität. Es ist schon lange her, dass man ein solches Album gehört hat. Vielleicht „White Pony“ von den „Deftones“ oder „Mer de Noms“ von „A Perfect Circle“. Man findet hier die variable Stimme von Serj Tankian und die aggressiven und doch melodiösen Riffs von Gitarrist Daron Malakian. „Toxicity“ wurde produziert von Rick Rubin, was ja auch schon so manches aussagt. mehr lesen / lire plus

Rock: Lifehouse

No Name Face

Gar nicht depressiv

(mide) – Endlich mal wieder eine Rockcombo, die mit qualitativ guter Musik aus der derzeitigen Flut von amerikanischen Alternative-Bands herausragt. Die vier jungen Musiker (19-21 Jahre) von Lifehouse machen handfeste Musik, mit schönen Melodien, die sich im Kopf verankern und einer guten Portion Melancholie, ohne jedoch zu depressiv zu werden. Vergleiche mit „Pearl Jam“ sind durchaus angebracht in punkto Musik und Stimme des Sängers. Dies liegt auch sicher daran, dass sich am Mischpult kein geringerer als Brendan O’Brien befindet, der schon alle „Pearl Jam“ CD’s abgemischt hat.

No Name Face, eine CD’s ganz ohne Durchhänger. mehr lesen / lire plus

chansons: Couturier Thibaud

Gasconnades

Calembours

Repéré aux Rencontres d’Astaffort d’octobre 1995, Thibaud Couturier a, selon Francis Cabrel, „un style qui sort de la norme actuelle, qui se distingue par la qualité et qui mérite une large audience“. Le compliment est de taille et suffit à lui seul à expliquer pourquoi ce „chanteur d’amour et d’humour qui écrit des chansons françaises à la main“ collectionne depuis quatre ans les premiers prix des concours de chanson auxquels il participe. Son deuxième album, Gasconnades …, vient tout juste de sortir et on y retrouve avec plaisir, tant sur le plan musical que sur celui de l’écriture proprement dite, une inspiration et une verve malicieuses qui classent Thibaud Couturier parmi les artistes les plus originaux du moment. mehr lesen / lire plus