Musique classique : Mozart par-ci, Mozart par-là

Cahin-caha, la musique classique s’affiche toujours dans les salles luxembourgeoises. Si les stars internationales annulent souvent leurs venues, les formations et artistes locaux assurent le plaisir des mélomanes. Coup d’œil sur le prochain concert de l’OCL.

Déjà connu au Luxembourg pour sa collaboration avec Lucilin, Julien Leroy dirigera l’OCL lundi prochain. (Photo : julienleroy.com)

Malgré un changement de date – le Festival de l’orgue occupera ce week-end l’auditorium de la Philharmonie, seule salle de l’établissement pouvant accueillir les grands concerts en raison des mesures sanitaires –, l’Orchestre de chambre du Luxembourg fera bien retentir ses instruments lundi prochain. À sa tête, le chef invité ne sera pas un inconnu au grand-duché : depuis 2018, Julien Leroy est premier chef invité de l’ensemble Lucilin, avec lequel il avait notamment assuré la très réussie production de l’opéra « Kein Licht ». S’il excelle dans le répertoire contemporain, c’est cependant pour un programme éclectique et alléchant qu’il prendra la baguette.

En introduction, la « Symphonie no 32 » de Wolfgang Amadeus Mozart, avec ses trois mouvements concentrés sur moins d’une dizaine de minutes, entamera avec entrain ce rendez-vous musical. Le compositeur autrichien sera d’ailleurs le fil conducteur de ce programme, puisque la pièce suivante, « Hommage à Mozart », de Jacques Ibert, encore plus brève, fera dialoguer cordes, vents et cuivres dans le style ludique du musicien français, s’amusant avec des thèmes mozartiens tout en les agrémentant de son harmonie parfois clinquante, parfois espiègle.

Photo : Kaupo Kikkas

Mozart, toujours Mozart donc, avec le morceau qui suivra : « Dialog mit Mozart – Da Capo für Orchester » du Hongrois Peter Eötvös, une composition contemporaine où les nombreux solos mettront en valeur la technique des instrumentistes de l’OCL (certains passages sont pour le moins épineux), tout en requérant une précision méticuleuse du jeune chef français. Mêlés à des harmonies résolument modernes, agrémentés de force percussions, les thèmes de Mozart y sont déstructurés, triturés dans tous les sens dans un hommage à la conclusion ébouriffante et tout aussi espiègle que celle d’Ibert. Sans doute le morceau de bravoure du concert et une belle occasion de découverte pour un public généralement assoiffé de classiques. Mais retour auxdits classiques pour terminer, avec la « Symphonie no 36 », dite « Linz » de Mozart, la partition la plus longue de la soirée et bien sûr connue de toutes et tous. Une petite demi-heure de montagnes russes de sentiments après la solennelle introduction dans la tonalité lumineuse de do majeur, avec toute la maîtrise d’un compositeur au sommet de son art.

Autour d’un jeune chef qui incarne la relève de la direction d’orchestre française, l’OCL a donc concocté un programme marqué par la figure de l’illustre compositeur autrichien, en ménageant une place à la musique contemporaine et avec des œuvres à fort potentiel d’enthousiasme du public. Autant dire que c’est un concert idéal pour oublier l’actuel marasme culturel, qui voit tant d’événements annulés préventivement ou reportés faute de public. Si la plupart des concerts à la Philharmonie affichent complet, en raison des restrictions sanitaires qui forcent l’établissement à ne remplir que très partiellement ses salles, celui-ci, à l’heure de notre bouclage, affichait encore des places libres. Un peu de musique classique pour se changer les idées, alors ?

À la Philharmonie, le 9 novembre à 20h.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.