Paris+5 : Assez de promesses trahies !

À la place de la COP26, on a eu droit à un sommet climatique virtuel. Mais l’alliance du contre-sommet ne dort pas non plus et a clamé sa colère.

Écossaise, britannique, mondiale ? Les trois à la fois. La « COP26 Coalition » est un réseau d’ONG locales qui se sont alliées à des partenaires du monde entier afin de mettre la pression sur le gouvernement du Royaume-Uni et ses pairs dans le contexte de la conférence climatique COP26. Une conférence qui devait avoir lieu à la fin de cette année à Glasgow, mais a été repoussée d’un an à cause de la pandémie. Néanmoins, l’ONU et le gouvernement britannique ont improvisé un sommet virtuel, le « Climate Ambition Summit ».

« Le gouvernement britannique utilise ce sommet comme une occasion pour faire passer comme ‘ambitieux’ des objectifs de réduction qui nous mettent sur une trajectoire de 3 à 5 degrés de réchauffement climatique », critique le réseau dans un communiqué de presse. Il tient en particulier l’objectif de zéro émissions de CO2 nettes en 2050 pour insuffisant : « C’est une condamnation à mort pour des millions de personnes, frappant en premier lieu les pauvres, les classes laborieuses et les personnes de couleur. »

La relance que demandent les ONG

La COP26 Coalition, dont les membres vont de Friends of the Earth Scotland à l’Alliance des peuples indigènes du Brésil, en passant par le syndicat (britannique) des pompiers, entend profiter du temps jusqu’à la COP26 en novembre 2021 pour mobiliser. Elle exige notamment « de réduire les émissions et d’œuvrer à une ‘relance équitable’ afin de contrer la double menace du changement climatique et de la Covid-19 ».

Pour le Royaume-Uni, Mary Church de Friends of the Earth Scotland réclame « un plan solide avec un budget approprié afin de réduire rapidement les émissions durant la décennie à venir, en assurant une ‘transition juste’ pour les travailleur-ses et les communautés ». Sur le plan international, elle critique le fait que le gouvernement réduit l’aide au développement (woxx 1608 : Coopération en danger). Au contraire, il faudrait « renforcer le soutien aux pays en première ligne face à la crise climatique, qui ont le moins contribué à la causer, et surtout, arrêter de financer à l’étranger les projets liés aux énergies fossiles, polluants et piétinant les droits humains ».

Pour May Boeve de 350.org, l’argent de la relance « doit être investi dans des emplois plus sains et équitables, dans l’énergie renouvelable sous contrôle des communautés locales, dans des transports en commun et des habitations résilients par rapport au climat et dans le soutien et le rétablissement pour les communautés les plus touchées ».

Les leaders mondiaux en accusation

Le communiqué de presse de la COP26 Coalition cite encore Brandon Wu d’ActionAid USA, qui se montre sévère avec son pays d’origine. Alors que « le plus gros pollueur historique de la planète » s’apprête à rejoindre à nouveau l’accord de Paris, Wu se montre perplexe : « Ainsi que l’a montré de façon horriblement claire la pandémie, les États-Unis sont une société profondément allergique aux investissements publics face aux problèmes de grande échelle, particulièrement les problèmes mondiaux. » L’activiste souhaite que son pays tourne le dos à cette attitude et s’engage dans un avenir « dans lequel les États-Unis se transforment radicalement et construisent une société plus juste, ce qui inclut d’apporter entièrement la contribution qui nous incombe à l’action contre le changement climatique ».

Enfin, l’activiste Mitzi Jonelle Tan, engagée dans des mouvements de jeunesse comme Fridays for Future, apporte une touche plus personnelle au communiqué : « J’ai peur de mourir noyée dans mon lit. Mon pays est frappé par des cyclones et des crises à répétition, et que répondent nos leaders ? » Elle rappelle que partout, la jeunesse a été confrontée aux injustices et à l’oppression au cours des cinq dernières années. « Nous en avons assez des promesses trahies et des propos vides. Nous sommes écœuré-e-s par des accords qu’on célèbre mais qui ne mènent nulle part. Que les leaders mondiaux-ales se préparent, car nous allons demander justice. »

 

Lien vers nos articles dans le contexte du 5e anniversaire de l’accord de Paris.

 


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.