La bombe est de retour

En laissant expirer le traité INF aujoud’hui-même, les États-Unis et la Russie lancent le monde dans une nouvelle course aux armements nucléaires.

Tout le monde en a, sauf nous… Les États-Unis sont inquiets par la prolifération des missiles nucléaires de portée intermédiaire dans des pays comme la Chine, la Corée du Nord, l’Iran, l’Inde et le Pakistan (Israël en dispose également).
(Source : US Missile Defense Agency)

Le 2 août 2019 apparaîtra-t-il comme une des dates décisives menant à la Troisième Guerre mondiale et à l’autodestruction de l’humanité, dans quelque manuel d’histoire extra-terrestre ? C’est aujourd’hui que le traité sur les « intermediate-range nuclear forces » (INF) expire et que la course aux armements nucléaires va sans doute être relancée.

« Le monde va perdre un frein de valeur inestimable contre la guerre nucléaire », a déclaré le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. Le traité, conclu en 1987 entre les États-Unis et l’Union soviétique, avait été dénoncé il y a six mois par Washington, puis par Moscou. Officiellement, les États-Unis avaient accusé la Russie d’avoir construit et stationné des missiles supposés de portée intermédiaire et donc interdits par le traité, avaient posé un ultimatum à Moscou, puis avaient dénoncé le traité. « Ceci va probablement augmenter, et non pas réduire, le danger posé par les missiles ballistiques », a analysé Guterres.

L’Europe spectatrice et victime

Il y a deux semaines, la haute représentante Federica Mogherini avait fait part des inquiétudes de l’Union européenne :  « Nous encourageons à sauvegarder les résultats obtenus grâce au traité INF. Compte tenu de l’accentuation des tensions, nous devons veiller à ne pas nous engager sur la voie d’une nouvelle course aux armements. » Enfin, le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas vient de publier une tribune libre mettant en garde contre l’écroulement du système de contrôle des armements. Tout en critiquant unilatéralement Moscou : « Malgré les appels et propositions de dialogue, la Russie refuse le démantèlement des missiles violant le traité et a stationné de nouvelles armes nucléaires dans notre voisinage. »

La réalité est un peu différente. La violation du traité par la Russie est loin d’être établie, et les États-Unis n’ont guère cherché le dialogue pour établir la nature des missiles incriminés. La manière brusque de dénoncer le traité n’a guère suscité l’enthousiasme des partenaires européens au sein de l’OTAN. Aux États-Unis, de nombreux experts estiment que la sortie du traité, qui enlève toute limitation sur les missiles intermédiaires russes, était une erreur. D’autres estiment que ce n’est pas la supposée violation russe qui a motivé la décision de Washington, mais la prolifération des missiles intermédiaires chinois, non limités par le traité (détails, voir online-woxx « Aus für den INF-Vertrag: Was nun? »).

Mes missiles sont gentils !

Si l’Occident opère avec des raisonnements fallacieux, en face, les déclarations ne sont pas plus encourageantes. Le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergei Ryabkov a fait savoir le 30 juillet que son pays n’allait pas revenir sur la décision de ne plus respecter le traité INF. Il a regretté la perte de confiance et expliqué que Moscou ne se fiait pas aux assurances des pays européens de ne pas déployer de nouvelles armes nucléaires de portée intermédiaire.

Le même jour, à travers l’agence officielle Xinhua, le ministère des Affaires étrangères chinoises s’est manifesté : « La Chine est inquiète par le possible abandon du traité suite au retrait unilatéral des États-Unis et s’y oppose. » Par contre, pas question de participer à l’élaboration d’un nouveau traité englobant d’autres pays comme la Chine. Pékin n’en voit pas la nécessité, puisque « la politique de défense de la Chine est défensive par nature ».

Dans le climat actuel, on conçoit donc difficilement une renégociation réussie du traité Start sur les missiles nucléaires de longue portée, qui va expirer en 2021. Raison de plus pour le mouvement pacifiste et toute personne attachée à la survie de l’humanité de forcer la main aux politicien-ne-s irresponsables.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.