Feu de pailles et de gobelets

L’initiative pour combattre le plastique jetable de la Commission européenne a fait parler d’elle. Retour sur sa naissance et les changements qu’elle induit.

Le plastique en fait voir de toutes les couleurs à la mer.
(Wikimedia / Raceforwater / CC BY-SA 4.0)

Fantastique, le plastique ? Pratique en tout cas. Lunch au bureau, fête improvisée entre voisins, kiosque de boissons en été – plutôt que de consigner des assiettes et de laver des verres, on peut avoir recours à des produits en plastique jetables. Des produits qu’on retrouve ensuite… au mieux dans un incinérateur municipal, au pire en haute mer, contribuant à la formation de ces îles géantes de déchets qui ont défrayé la chronique.

Cette pollution va bientôt s’arrêter, grâce à une initiative de la Commission européenne : une proposition législative restreignant le recours à certains objets en plastique à usage unique. Si la proposition finit par être adoptée, elle permettra d’endiguer le flot des 36,4 milliards de pailles que les Européen-ne-s jettent tous les ans… mais pas les 46 milliards de bouteilles en plastique, ni les 580 milliards de mégots de cigarettes. Selon le site d’information Euractiv, « les ‘filtres des produits du tabac’ ne seront cependant pas limités, seulement soumis à un régime de responsabilité du producteur de type ‘pollueur payeur’ et à des initiatives de sensibilisation du public ». Quant aux bouteilles à usage unique, elles devront être collectées séparément – à partir de 2025.

Consommateur-trice-s citoyen-ne-s

Le woxx a consacré un certain nombre d’articles à la problématique des déchets plastiques ainsi qu’aux possibilités de recyclage et d’évitement. Bien évidemment, chaque consommateur-trice peut éviter à titre personnel d’utiliser du plastique. Mais cela ne remplace pas les actions collectives, telles les « Plastic Attacks » dont la première vient d’avoir lieu au Luxembourg. En laissant tous les emballages plastique à la sortie du supermarché, on interpelle, par exemple, les acteurs commerciaux sur leur responsabilité. En attendant que la politique crée un environnement qui incite tout le monde à un comportement plus responsable, alors qu’aujourd’hui celles et ceux qui cherchent à éviter les déchets se font encore facilement qualifier de « râleur-se-s » ou de « ringard-e-s ».

L’initiative européenne contribue-t-elle significativement à une réduction des déchets plastique ? Le réseau européen des « Amis de la terre » regrette en tout cas qu’il n’y ait pas « d’objectifs de réduction spécifiques à l’échelle de l’UE pour les conteneurs de produits alimentaires et de boissons ». Et le magazine allemand « Wirtschaftswoche » explique « pourquoi les nouvelles interdictions sur le plastique ne serviront à rien » (« Warum das neue Plastik-Verbot nichts nutzen wird »). Pour cela, il cite non seulement des industriels mécontents, mais aussi un expert du Wuppertal Institut. Henning Wilts doute de l’utilité de l’interdiction des pailles et des couverts jetables : « Par rapport aux 26 millions de tonnes de déchets plastique, cela représente des quantités infimes. » Il réclame une véritable stratégie, avec notamment des subventions pour les produits en plastique recyclé et pour les emballages collectables et réutilisables.

Une Europe sans plastique ?

Rappelons que le déclencheur de l’initiative de la Commission européenne est moins une prise de conscience aux étages supérieurs des institutions bruxelloises que l’urgence d’une décision politique chinoise. L’an dernier, Pékin, qui jusque-là récupérait la plupart des déchets plastique et autres des pays occidentaux, a décrété un arrêt des importations.

Et pourtant, l’initiative européenne, si elle n’est pas trop diluée par les lobbys industriels, peut représenter un premier pas important. En effet, une fois prises des mesures sévères contre certains articles jetables en plastique, il sera plus difficile de justifier l’indulgence pratiquée à l’égard du reste des objets en plastique. Le début de la fin de l’âge du plastique est en vue !

 

 

 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.