Les frères Wachowski: Matrix Reloaded

Keanu Reeves, alias Néo, en train d’en faire des tonnes, comme cela se doit pour „Matrix Reloaded“.

System failure

„Matrix Reloaded „, le deuxième volet de la trilogie autour de Néo, Morphéus et compagnie, déçoit. En effet, une longue chorégraphie de combats somptueux ne suffit pas à meubler un peu moins de deux heures de film.

Depuis quelque temps, pas moyen de prendre le métro à Bruxelles sans croiser une immense tête de mouche, entendez un de ses visages émaciés affublés de lunettes noires dernier cri. Il en existe quatre modèles: celles de Néo, celles de Trinity, celles de Morphéus et celles du méchant (pas les plus moches d’ailleurs). Il ne s’agit ici évidemment pas de la dernière campagne pour lunettes chic et pas chères du bon docteur Aflelou, mais plutôt d’un déferlement habilement calculé, afin d’éveiller la curiosité d’un public cinéphile toujours à l’affût. Un parfum de „Matrix“ semble planer dans l’atmosphère, quoi que l’on fasse, on n’y échappe pas.

Ceux qui, comme au Grand-Duché, ne prennent pas le métro, n’auront qu’à surfer sur Internet, charger le jeu vidéo ou le DVD: „The Animatrix“ comprenant neuf courts métrages inédits, explorant l’univers de Néo, pour se rendre compte que la matrice est partout.

Le fan de la première heure se pose alors la question pertinente: certes, l’emballage est somptueux, mais qu’en est-il du contenu? Mieux vaut ménager l’effet de surprise, après tout, cet article n’en est encore qu’à son introduction et l’armada de commercialisation n’apprécierait pas de voir tout son travail mis à mal par une critique indélicate. Donc, tenons compte des efforts entrepris, depuis près de douze mois pour faire de la sortie de „Matrix reloaded“, un événement incontournable.

L’idée maîtresse de cette campagne était de jouer sur la longueur et la discrétion. Pas de matraquage intempestif pouvant écoeurer le public. Tout a commencé le 16 mai 2002, avec la projection d’une mini bande-annonce diffusée avant l'“Attaque des clones“, deuxième épisode de la „Guerre des Etoiles“. Ensuite, nada Néo, néant total jusqu’en janvier 2003, avec la diffusion de la bande-annonce pendant le „Superbowl“, événement sportif majeur aux USA. Pour le Vieux Continent et afin de gagner en respectabilité, le film a même eu droit à une avant-première cannoise, qui fit grand bruit sur la Croisette.

Après analyse de l’emballage, nous voilà confrontés au contenu. Souvenons-nous que dans le premier épisode, nous ne savions rien de la matrice et comme Néo, le héros, nous découvrions avec de grands yeux étonnés cet univers parallèle, cette humanité asservie que l’Elu devait sauver. Agrémenté de quelques théories mystico-fumeuses – en témoigne le choix des prénoms: Morphéus, Trinity etc. -, le film des frères Wachowski parvenait quand même à mettre du sens, là où beaucoup ne se seraient contentés que des effets spéciaux.

La suite, „Matrix Reloaded“, bénéficie d’un meilleur budget, et donc, d’effets spéciaux proprement époustouflants. Mais une longue chorégraphie de combats somptueux ne suffit pas à meubler un peu moins de deux heures de film. Le personnage de Morpheus (Laurence Fishburne), si charismatique dans le premier épisode, perd beaucoup de sa superbe, tant il s’embourbe dans une mystique à deux sous. Le couple Néo-Trinity reste le joyau de la série, leur amour constituant l’infime soupçon d’humanité dans ce „reloaded“ qui en fait des tonnes.

A retenir: l’extraordinaire scène d’ouverture montrant Trinity à l’ouvrage, s’achevant par une chute vertigineuse avec échange de balles simultané. On sait d’emblée à quoi s’attendre. Le film s’enlise ensuite dans la description de la fameuse cité mythique de Zion et il faut une bonne demi-heure pour repartir en force avec la scène, non pas de la multiplication des pains, mais bien celle de la multiplication de l’agent Smith à la puissance 100. On embraye ensuite avec une extraordinaire course-poursuite sur autoroute où voitures, camions, motos se croisent et se décroisent dans le bon sens comme à contre-sens, cela décoiffe même Néo!

Les jeux sont faits

Que peut-on attendre de plus du prochain et dernier volet de la série? On n’en sait trop rien, si ce n’est que la sortie est prévue simultanément dans le monde entier, le même jour à la même heure locale, et cela dans pile six mois. Une prouesse de plus. „Matrix Révolutions“ étant déjà terminé, les frères Wachowski n’ont plus qu’à s’en remettre à l’incroyable efficacité du bureau marketing de la „Warner Company“, les jeux étant déjà faits.

On n’a donc pas fini d’entendre parler de la Matrice, que les annales retiendront toujours comme un sommet du genre.

Séverine Rossewy

A l’Utopolis et au Ciné Sura


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.