Mehr als Schweizer Käse

Präsent ist die junge Schweizer Sängerin und Songschreiberin Sophie Hunger auf der Bühne allemal. Und bleibt dabei doch unnahbar.

SOPHIE HUNGER

„Shadow boxing, monologue and we talk and we talk and we talk“. Der jungen Schweizer Sängerin und Songschreiberin Sophie Hunger – die eigentlich Emilie Welti heißt – geht es in ihren bittersüßen Songs um die inneren Gespenster. Und das in einer Intensität die ihr eigen ist: Mal sehnsuchtsvoll-traurig wie im „Walzer für Niemand“, dann jazzig wie in „Round and Round“, mit Indie-Klängen in „The Boat Is Full“ oder Country-Blues-mäßig im „Sophie Hunger Blues“, wo sie den Dylan-Ausspruch „I let you be part of my dream, if I can be part of yours“, souverän mit: „I let you be part of my dream, if I can be part of your reality“ beantwortet. mehr lesen / lire plus

ELEKTRO: Trash 3.0

„The Toten Crackhuren im Kofferraum“ sind nicht unbedingt die weibliche Antwort auf „Die Toten Hosen“, sondern die konsequente Weiterführung der Trash-Glamour-Rebellinnen à la „Chicks on Speed“.

„The Toten Crackhuren im Kofferraum“ – hier eher halbtot.

Zugegeben, Fans von ausgefeilter Musik sollten bei „The Toten Crackhuren im Kofferraum“ besser weghören und schnell die Flucht ergreifen. Denn was die neun Mädchen und drei Jungs auf Platte pressen bewegt sich am untersten Niveau der Unterhaltungsmusik und kann höchstens als Beweis dafür dienen, dass heutzutage sogar bekiffte Orang-Utans einen Platinhit schreiben könnten. Aber schließlich kriegt ein Dieter Bohlen das auch immer wieder hin und auch dem Musikantenstadl scheint die Reserve nicht ausgehen zu wollen. mehr lesen / lire plus

ELECTRO: Toxic Twins

La Rockhal n’a qu’a bien se tenir ce 13 janvier car elle verra débouler sur ces planches la tonitruante machine de guerre à danser que sont les Chemical Brothers.

Vont célebrer la première messe
noire de l’année :
The Chemical Brothers.

A l’aube des années 90, deux fondus de musique électronique se rencontrent pour le meilleur et pour le pire afin de former ce qui deviendra le duo de musique electro probablement le plus en vue de toute la planète. Non il ne s’agit pas de Safri Duo, mais des Londoniens de Chemical Brothers qui avec leur mélanges de rythmiques détonantes, d’invités vocaux prestigieux (rappelez-vous de la présence de Noël Gallagher de feu Oasis sur « Setting Sun » ou bien encore Kele Okereke sur « Believe ») ont crée le style Big-Beat qui les a rendus célèbres dès 1992. mehr lesen / lire plus

SKA-PUNK: Vamos a la skaya ?

Si vous aussi vous souffrez tellement du froid qu’une bonne petite musique suffit pour vous réchauffer le coeur, alors notez le rendez-vous à la Rockhal pour le Ska-Punk-Festival annuel.

Viendront faire sauter de joie les amateurs de ska : Der Fall Böse.

Il y a certains rituels dans l’inconscient collectif luxembourgeois qui reviennent régulièrement, comme la fête nationale au mois de juin, la Schueberfouer en août, auquel s’ajoutera désormais le quasi-culte Ska-Punk festival à la Rockhal du mois de janvier. Une date qui s’est imposée depuis maintenant six années comme une sorte de grande messe du contre-temps et de la cool attitude. mehr lesen / lire plus

HOUSE/TECHNO: Spare X-Mas, Save Esch

Si vous appartenez aussi à cette – rare – espèce qui déteste Noël, vous pourrez du moins passer le 25 décembre en bonne compagnie à Esch.

A vos platines :
le 25 décembre sera dédié à la house…

Fin 2009, une fine équipe de personnes s’ennuyant dans la métropole du fer décida de prendre les choses en main et d’organiser ses propres soirées. Depuis, les soirées « Save Esch » sont devenues des rendez-vous branchés réguliers marqués dans les calendriers de tous ceux et toutes celles pour qui l’adjectif « alternatif » fait encore sens. En un peu plus de douze mois, l’ancien restaurant au-dessus du café Diva, derrière le théâtre d’Esch, a vu passer le gratin de la scène locale, des groupes venus de la Grande Région et de plus loin encore. mehr lesen / lire plus

ELEKTRO-JAZZ: Krautflimmern

Die Philharmonie macht den Liebhabern außergewöhnlicher Musik mal wieder einen Riesengefallen: Das „Kammerflimmer Kollektief“ aus Karlsruhe.

Bloss kein Kammerflimmern kriegen : Es sind nur Musiker, keine Berserker.

Zugegeben, denkt man an innovative Avantgarde-Musik die Jazz und Elektronika in einen intelligenten, atmosphärischen Maelstrom verwandeln, so gehen einem eher Orte wie Chicago oder Montréal (wo einige der bedeutendsten Post-Rock-Formationen herstammen) durch den Kopf als ausgerechnet Karlsruhe. Und doch: Die Klänge des 1999 gegründeten, aus losen Musikern um das Mastermind Thomas Weber bestehenden Kollektivs sind nicht nur ihren Cousins aus Übersee ebenbürtig, sondern faszinieren durch ihre Andersartigkeit.

Der Musik des Kollektivs wohnt eine große Unruhe inne aber auch der Versuch sämtliche festgelegte musikalische Formen aufzusprengen und neu zu arrangieren. mehr lesen / lire plus

KLASSIK: Die Kleine, die Reine, die Eine

Alte und neue Musik hat Christine Schäfer eingespielt, aber immer mit einer persönlichen Note. In der Philharmonie wird sie deutsche Lieder des frühen 20. Jahrhunderts vortragen.

Das Alte, neu belebt von
der ewig jungen Muse. Cover der CD „Apparition“.

Es passt so gar nicht zu ihr. „Dein Will‘ ist mir Gesetz. (…) Und dir gehorchen bringt mir Freude, Glück und Ruhm.“ Christine Schäfer singt mit heller klarer Stimme die Eva in Haydns Schöpfung, die Aufnahme von 1993 mit Helmut Rilling. Drei Jahre später, als sie die moderne Oper Lulu von Alban Berg einspielte, musste sie, durfte sie mit breiten Modulationen singen: „Wenn sich die Menschen um meinetwillen umgebracht haben, so setzt das meinen Wert nicht herab.“ mehr lesen / lire plus

THEATER: Schlagende Verbindung

Am 16. Dezember hat „Pegel der Gerechtigkeit“, das neue Stück von Nico Helminger Premiere in der Kulturfabrik. Die woxx unterhielt sich im Voraus mit der Regisseurin Natalie Ortner und Schauspieler Martin Engler.

Von ihrer Arbeit ganz gefesselt: Für Natalie Ortner ist „Pegel der Gerechtigkeit“ die erste unabhängige Regiearbeit.

Es ist lausig kalt an diesem verschneiten Mittwochmorgen in der Escher Kulturfabrik. Im Hof türmen sich vereinzelt Häufchen vereisten Schnees und im Theaterprobesaal der Kufa, „Graues Lino“ genannt, ist die Temperatur kaum höher als vor der Tür. Deshalb kauern Regisseurin Natalie Ortner und Schauspieler Martin Engler eng zusammen auf einer Sitzbank die ihrerseits beidseitig eingekeilt ist zwischen Holzpaneelen: das Bühnenbild für „Pegel der Gerechtigkeit“. mehr lesen / lire plus

FESTIVAL: Visions Supersoniques

Après déjà deux éditions au succès plutôt mitigé, la Rockhal ressort le festival Sonic Visions de son placard, mais cette fois-ci, l`affiche proposée, et surtout la liste des conférences, risquent de faire de cette édition un modèle à suivre pour les prochains festivals.

Termineront le festival en beauté :
Naive New Beaters.

Cette année donc, la Rockhal se veut à nouveau visionnaire et montre toute la palette du rock et du business musical grand-ducal. Après la soirée de jeudi, aux sonorités plutôt electro, la Rockhal ouvrira ses portes ce vendredi dès 14h pour une série de panels et conférences afin de guider les musiciens dans leurs démarches artistiques. mehr lesen / lire plus

ROCK: Some Kind of Monster

La toute jeune formation S.K.O.R. (traduisez Some Kind of Rock) va sortir son premier court format intitulé « The Journey to the Cold Side of the Sun: The Awakening » ce vendredi 19 novembre à la Rockhal.

S’imaginent des histoires entre hommes et dieux : S.K.O.R.

D’où vient S.K.O.R ?

S.K.O.R. est en fait l’évolution d’un autre projet dans lequel le bassiste, le guitariste et le batteur ont officiés auparavant. Le groupe formé en 2007 faisait du rock avec des paroles en allemand. Malgré beaucoup de travail, le projet appelé « Buntschatten », n’a jamais mis un pied sur une scène, ni enregistré d’album, car en 2008 le chanteur a décidé de quitter le groupe. mehr lesen / lire plus

POP: Caribouillage

Daniel Snaith et son projet de pop-rock psychédélique Caribou reviennent en force au Luxembourg pour un concert au Exit afin de présenter sa dernière perle « Swim ».

N’est définitivement pas une espèce en voie de disparition : Caribou.

Derrière ce sobriquet – le caribou étant un animal immortalisé en chanson par les Pixies quelques deux décennies plus tôt – se cache le Canadien multi-instrumentaliste Daniel Snaith. Un artiste qui s’est lancé au début de la décennie sous le nom de Manitoba. Nom qu’il sera obligé de changer en 2006 après un procès qui l’oppose au chanteur Richard Blum du groupe punk The Dictators qui a fait de Richard « Handsome Dick » Manitoba son nom de scène, même si rappelons-le, Manitoba est le nom d’une province canadienne. mehr lesen / lire plus

ZEITGENÖSSISCHE KLASSIK: Vorwärts zurückgespult

Die Philharmonie mal anders. Alljährlich zeigt das „Rainy Days“-Festival die klassische Musik von ihrer experimentellen Seite. In diesem Jahr stehen Zeitreisen auf dem Programm.

„Instrumentale konkrete Musik“, das ist die Spezialität von Helmut Lachenmann, dem „star guest“ der
„Rainy Days“. Es bedeutet nichts anderes als mit Hilfe von Musikinstrumenten erzeugte Geräusche.

Zur Eröffnung des Festivals „Rainy Days“ am 19. November sollte es besser nicht regnen. Geplant ist nämlich, das Gassatim-Konzert der zeitgenössischen Komponistin Olga Neuwirth in der Luxemburger Altstadt uraufzuführen. Rund hundert MusikerInnen werden dabei eine Collage von Musikstücken aus 250 Jahren aufführen – von Joseph Haydn bis Jimi Hendrix.

„Star guest“ beim diesjährigen Festival ist Helmut Lachenmann, bekannt dafür, den Musikinstrumenten Geräusche statt Töne zu entlocken. mehr lesen / lire plus

POP: L’évolution de Darwin

A côté des mastodontes usuels, la Rockhal semble avoir compris que programmer des artistes un peu plus underground peut payer aussi. Comme le démontre la venue de Darwin Deez.

Déjà tellement culte, qu’on se demande s’il n’a pas rencontré Jésus : Darwin Deez.

Venu un peu de nulle part, avec son look improbable de chicano eighties, permanente et bandeau à l’appui, Darwin Deez est devenu en quelques mois la coqueluche des médias britanniques. Et ce simplement sur la bonne foi d’un single sorti l’année dernière : « Constellations ». Originaire de la « Grosse Pomme », Deez et sa formation sont un parfait symbole de ce qui se fait de mieux dans la mégapole américaine : un savant mélange d’indie aux influences multiples, de mélodies à la simplicité quasi ingénue mais au pouvoir séducteur irréprochable. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE CLASSIQUE: Chanteur de tête

« Artist in Residence » à la Philharmonie, le ténor Ian Bostridge donnera ses premiers concerts dans les semaines qui viennent. Et aura l’occasion de montrer toutes les facettes de son talent.

Ose le pathétisme comme moyen d’expression :
Ian Bostridge.

« Mein Herz, in diesem Bache… » Dans une baraque mal éclairée, assis devant un feu ouvert, un homme chante doucement. « Erkennst du nun dein Bild ? », reconnais tu ta propre image dans ce ruisseau ? L’attaque est ténue, suraiguë, typique des ténors, l’intonation un peu maniérée, mais dans l’esprit du texte. Le piano se met à jouer fort, la caméra zoome sur le chanteur : visage allongé, joues creuses, yeux grand ouverts, Ian Bostridge incarne de manière convaincante le jeune romantique fragile de la « Winterreise » de Franz Schubert. mehr lesen / lire plus

PERFORMANCE/RAP: Laboratoire militaire

Dans le cadre de ses résidences d’artistes, le Casino a invité Francisco Camacho, jeune artiste colombien, qui propose une expérimentation artistique sur le microcosme politique luxembourgeois.

Se plaisent dans les hautes sphères arty : De Läb.

Francisco Camacho est un homme discret. Du moins si on le met dans le contexte de sa dernière ?uvre qu’il est en train de créer au Casino forum d’art contemporain. Se disant inspiré par Beuys pour son essai de création d’un langage politique artistique et par Wagner et Verdi en ce qui concerne leur vision d’ensemble, il propose une ?uvre qui devrait refléter notre microcosme grand-ducal en son ensemble. mehr lesen / lire plus

THEATER: Abgeklärt

Etwas fällt zu Boden und zerbricht. Eine Schale. Eine Beziehung. Ein ganzes Leben… „Zerbrochen“, geht dem Phänomen Gewalt gegen Frauen auf den Grund.

Wie kommt es dazu, dass Frauen sich im Alltag erniedrigen lassen, dass sie sich von ihrem Partner bevormunden, manipulieren, anbrüllen und schlagen lassen? Wie kommt es, dass sie nicht aufschreien, sondern sich im Gegenteil sogar schämen, sich zurückziehen, sich nahezu willig im Alltag erniedrigen lassen?

Die Inszenierung „Zerbrochen“ im Kasemattentheater versucht diesen Fragen auf nüchterne Art auf die Spur zu kommen. Ausgehend von dem Stück „Die zerbrochene Schale“ der finnischen Autorin Merja Repo hat Carole Lorang das Stück mit Textauszügen von Kafka, Gottfried Benn und Heiner Müller angereichert und um wissenschaftliche Texte ausgebaut. mehr lesen / lire plus

NOISEROCK: En Vrac ?

On aurait plutôt pensé que Shellac ferait résonner les murs de la Kulturfabrik tant leur musique singulière se prêterait à l’ambiance des lieux. Mais c’est finalement l’Atelier, plutôt habitué aux leaders des charts, qui aura l’honneur d’accueillir le groupe de sieur Albini.

Préfère le côté brut de la musique : Steve Albini de Shellac.

Quand on pense à Steve Albini, on pense rapidement à son travail de production, notamment sur « In Utero » de Nirvana, « Surfer Rosa » des Pixies ou bien encore « Rid Of Me » de PJ Harvey. Pourtant, Shellac, le groupe qu’il forme depuis 1992 avec ses compères Bob Weston à la basse et au chant et Todd Trainer à la batterie, est sans conteste aussi influent que son travail de production. mehr lesen / lire plus

POP: Owner of a Lonely Heart

Les Suédois de Hunt sont un peu la réponse féminine à un post-rock normalement sous domination mâle. A découvrir à l’Exhaus.

La Suède – patrie de la pop, du métal et des mélancoliques.

Le saumon fumé, les Krisprolls, les meubles en kit ultra-design, il y a tant de choses auxquelles nous fait penser la Suède. Pourtant, et ce depuis maintenant près de quarante ans, la Suède est devenue le troisième exportateur mondial de musique, derrière les Etats-Unis et l`Angleterre. Depuis l`explosion d’Abba au concours de l`Eurovision en 1977 avec son tonitruant « Waterloo » et sa ribambelle de hits planétaires qui ont suivi, les Scandinaves sont parmi les players du marché. mehr lesen / lire plus

FESTIVAL: Planète Lorraine

Une fois n’est pas coutume, un des plus grands festivals messins va faire escale au Luxembourg : La Kulturfabrik abritera cette année la première journée du festival Zikametz.

Les pandas,
ça le déprime :
Pierre Lefeuvre
de Saycet.

La Grande Région, c’est un terme utilisé à outrance, et ce particulièrement dans le domaine culturel, qui semble bien plus exister sur le papier que dans une réalité où les collaborations (la barrière des langues semble toujours insurmontable pour les uns, tandis que la bureaucratie fait aussi ses ravages) sont plus que difficiles à mettre en place. Le festival de musiques nouvelles Zikametz semble pourtant se défaire de toutes ces barrières : le premier jour du festival se déroule à la Kulturfabrik. mehr lesen / lire plus

THEATRE: Bien épicé

Dimanche prochain, la « Theaterfederatioun » va ouvrir les portes de l’abbaye de Neumünster pour y montrer ce dont elle est capable.

Comme s’il manquait encore de l’huile sur le feu dans les multiples différends qui opposent le monde culturel à la bureaucratie étatique et communale, la « Theaterfederatioun » a choisi les épices les plus brutales qui soient – les piments – pour logo de son édition 2010 du « Theaterfest ».

« Schaarf op Theater » – ce qu’on pourrait traduire par « chaud pour le théâtre » ne se veut pas uniquement une manifestation théâtrale qui doit montrer au public le bilan de la fédération. mehr lesen / lire plus