Mudam : la communication est banquée

Après le départ abrupt de José da Costa, que le woxx avait révélé, le Mudam se montre plus loquace sur son remplaçant, Yves Hoffmann, qui réunit le meilleur de l’art contemporain et… de la place financière.

Début mai cette année, le Mudam licenciait José da Costa après même pas une année de service (il avait été engagé en août 2018). Et le conseil d’administration n’a apparemment pas traîné des pieds pour trouver un remplaçant. Après avoir épluché 90 candidatures, le choix s’est porté sur Yves Hoffmann. À compter du 2 septembre il est chef de département et responsable « des services mécénat & partenariats, communication, presse et édition » et « assurera l’élaboration et le pilotage de la stratégie globale de communication » du musée, comme le précise le communiqué envoyé à la presse.

Hoffmann, qui a commencé sa carrière en tant qu’assistant scientifique au MNHA, s’est vite tourné vers le privé en ouvrant sa propre galerie d’art contemporain à Paris en 2003, avant de rejoindre la galerie g-module, toujours dans la capitale de l’Hexagone. Cette dernière, qui était située dans le quartier huppé du Marais, s’était spécialisée dans l’art contemporain new-yorkais sous l’égide du curateur, directeur et administrateur Jeff Gleich, originaire de Brooklyn. La galerie a cependant fermé boutique en juin 2008.

De retour au pays, Hoffmann s’engage donc dans la communication pour la place financière, d’abord chez MeesPierson (une succursale de Fortis et banque de la famille royale néerlandaise), puis chez Banque générale du Luxembourg/Fortis banque Luxembourg et Fortis Consumer Finance en Allemagne. Après un rebond dans la communication institutionnelle chez LuxairGroup de 2008 à 2012, il revient dans la finance, d’abord chez BGL BNP Paribas, puis à la BIL en 2016.

Bref, si la stratégie du conseil d’administration est de ne pas vouloir un musée populaire, mais plutôt un endroit réservé aux élites financières pour bien rester entre elles, ce choix s’explique…

(©Mudam)

 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.