Art contemporain : Éternel capitalisme

Spécialement créée par Michelle Cotton pour le contexte luxembourgeois, qui voit l’industrie financière fleurir dans un pays où le numérique est érigé en stratégie, l’exposition « Post-Capital » propose au Mudam une immersion dans les concepts économiques les plus en vue aujourd’hui. À tort ou à raison… foi d’artistes !

Simon Denny, « Amazon Worker Cage Patent Drawing as Virtual Aquatic Warbler Cage », 2020. (Photo : Jesse Hunniford/MONA)

C’est un bruit de pompe qui accueille visiteurs et visiteuses dans le grand hall du Mudam. Une sorte de succion régulière, comme le battement d’un cœur (celui du capitalisme ?), comme une circulation sanguine : de la carcasse d’un MiG-21 soviétique sortent des tubes où se déplace un nutriment. mehr lesen / lire plus

Peinture : Me, myself and…

L’Institut Camões poursuit sa programmation automnale en invitant Nicoleta Sandulescu, qui vient présenter « Dans la maison du corps » : des « selfies » dessinés de l’artiste et de son « moi », lequel se démultiplie à travers les différents espaces d’une maison.

Nicoleta Sandulescu se met en scène et se réinvente dans une ribambelle de vignettes dessinées. (Photo : Nuno Lucas da Costa)

L’approche artistique de Nicoleta Sandulescu n’est aucunement narcissique, mais plutôt empreinte de sincérité dans une quête quasi ludique du « moi », frôlant par moments le sinistre. Ce qui n’est pas sans rappeler certains travaux de la peintre portugaise Paula Rego. mehr lesen / lire plus

Peinture et sculpture : Prélude aux frimas

La galerie Simoncini expose jusqu’à fin novembre les œuvres récentes de Stéphane Erouane Dumas. Celles-ci invitent à une plongée dans une nature inviolée et glacée, comme dans un Grand Nord rêvé.

Photos : woxx

En cette période de relatif redoux, le catalogue des pièces exposées a de quoi refroidir : entre « Hiver, forêt », « Wintertime », « Brouillard » ou « Frimas », on ne peut s’empêcher de ressentir un frisson parcourir l’échine. En effet, les huiles sur toile ou sur papier de Stéphane Erouane Dumas refusent de se parer de couleurs chaudes pour arborer, souvent, des bois de bouleaux qu’on imagine parfaitement se situer dans des régions glacées. mehr lesen / lire plus

Claire Morgan: Tod und Plastik

Die irische Künstlerin Claire Morgan stellt Gegensätze in den Raum: „Joy in the Pain“, ihre aktuelle Einzelausstellung in der Modernen Galerie des Saarlandmuseums im Saarbrücker Stadtzentrum, schwankt zwischen Tod und Leben, Natur und Kultur.

In der Ausstellung „Joy in the Pain“ von Claire Morgan lohnt es sich nach Details im Meer aus Kunststoff zu suchen. (Blei © Claire Morgan, Courtesy Galerie Karsten Greve, Paris, Köln, St. Moritz, Foto: Stiftung Saarländischer Kulturbesitz/Tom Gundelwein)

Beim Eintritt in den ersten Ausstellungsraum von „Joy in the Pain“ in der Modernen Galerie des Saarlandmuseums Saarbrücken, kommt man aus dem Staunen nicht mehr heraus: Die hängenden Skulpturen der Künstlerin Claire Morgan sind minutiös gestaltet und eindrucksvoll. mehr lesen / lire plus

Photographie : Un bol d’air photo

Clervaux n’est pas seulement la ville de « The Family of Man » : elle propose aussi plusieurs expositions photographiques de qualité en plein air. Petite balade automnale.

Deux expos particulièrement marquantes : « Mammoth Hunters » au jardin du Bra’Haus II… (Photos : woxx)

En se dirigeant vers le centre-ville depuis la gare, on rencontre rapidement la première exposition, « Champagner im Keller », de Nina Röder. Est-ce la localisation dans une rue passagère avec des véhicules garés qui gênent le recul, ou bien tout simplement le manque de contextualisation de ces clichés qui aspirent, on le sent, au décalage ? mehr lesen / lire plus

Rétrospective : De Brandenburger à Brandy

Cinquante ans de carrière, ça n’est pas rien : regard sur l’exposition rétrospective consacrée à Robert Brandy, au Musée national d’histoire et d’art.

« Hommage à Joseph Kutter », 1997. (Photos : Tom Lucas)

Sa silhouette, avec sa moustache et son chapeau vissé sur la tête, est devenue un symbole au Luxembourg. Actif depuis cinquante années, Robert Brandy est aujourd’hui aussi populaire que reconnu dans son pays, mais également à l’étranger. Le jeune artiste fait ses classes à Aix-en-Provence auprès de Vincent Bouliès, cheville ouvrière du mouvement Supports/Surfaces. Il décide de se consacrer exclusivement à la peinture dès 1972, d’abord dans le sud de la France, puis, rapidement et définitivement, au grand-duché, en 1976. mehr lesen / lire plus

Exposition historique : Nos légionnaires

En collaboration avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History, le Musée Dräi Eechelen propose « Légionnaires », une rétrospective sur les légionnaires luxembourgeois jusqu’à l’entre-deux-guerres. Plongée dans une époque troublée.

Photo : Musée Dräi Eechelen

Des « connotations ambivalentes », c’est ainsi que le premier panneau de l’exposition résume les sentiments que peut déclencher la Légion étrangère française dans les esprits. Et pour cause : synonyme d’aventure, de rédemption après un passé louche, de simple moyen de subsistance ou de passeport français garanti à la fin de l’engagement, ce corps d’armée si particulier provoque interrogations et fantasmes. Au moyen de nombreux documents d’époque – photos, plaques, médailles, lettres, sauf-conduits… –, l’exposition s’emploie, encore selon les panneaux explicatifs, à « casser les stéréotypes » à propos de l’engagement des Luxembourgeois en son sein. mehr lesen / lire plus

Photographie : Le cœur à Lhassa

Sous le titre « Tibet, 60 ans d’exil », l’ONG Les Amis du Tibet Luxembourg propose une exposition virtuelle sur la population tibétaine installée en Inde. Les douze clichés agrémentés de textes célèbrent le refus de perdre tout espoir de retour.

« Gelek Wangmo – la nonne doctorante », une des photos de l’exposition. (Photo : Tsering Topgyal)

Celles et ceux qui figurent sur les photographies de l’exposition sont maquilleuse, rappeur, médecin, infirmière, tatoueuse ou lycéenne. Leur point commun ? De Dharamsala à New Delhi, ils et elles représentent la communauté tibétaine en exil en Inde, toutes générations confondues. L’exode tibétain commence en mars 1959, après la révolte contre la Chine. mehr lesen / lire plus