Budget 2020 : un vœu (partiellement) exaucé

Le budget 2020 vient donc de tomber et la ministre de la Culture, Sam Tanson, s’est déjà mise en avant sur Twitter pour proclamer une bonne nouvelle : la TVA pour artiste sera enfin adaptée, voire super-réduite.

C’était une revendication de longue date émanant des milieux du spectacle et avant tout du théâtre : l’application du taux de TVA de 17 % rendait certains projets très chers et constituait une absurdité en soi. Vu que la plupart des pièces de théâtre et autres spectacles sont payés d’une façon ou d’une autre par l’État – l’aide de subventions, de conventions ou de deniers communaux –, c’était en fin de compte ce dernier qui se surtaxait lui-même. La ministre s’est précipitée sur les réseaux sociaux pour poster la bonne nouvelle, d’ailleurs likée par son camarade vert (et ancien président de la Theaterfederatioun) Christian Kmiotek. 

Pourtant, l’extrait posté par la ministre révèle déjà une faiblesse de cette mesure, puisqu’elle ne concerne que les « services fournis par des écrivains, compositeurs et artistes-interprètes et les droits d’auteurs qui leur sont dus ». Quid des maquettistes, scénographes, metteuses et metteurs en scène, musicien-ne-s ou vidéastes qui contribuent aux mêmes ensembles ? Une question que se posent toutes celles et ceux qui restent derrière les rideaux. Interrogé par le woxx, le premier conseiller de gouvernement au ministère de la Culture, Jo Kox, confirme cependant que la réduction à 3% de la TVA ne s’appliquera qu’aux personnes visibles sur scène. Ceci dans un souci de professionnalisation de la scène, rappelle-t-il, lorgnant vers le fait que pas mal d’associations aux chiffres d’affaires importants (plus de 30.000 euros) n’ont pas de numéro de TVA non plus. Selon nos informations, les concerné-e-s ne seraient logiquement pas enchanté-e-s de cette demi-mesure et planifieraient de communiquer leur désaccord sous peu. 

En attendant une analyse plus approfondie du budget culturel à venir dans le woxx, une chose est déjà claire : le budget général de la culture n’a guère progressé et se situe toujours à 0,73 % du budget global – loin du 1 % revendiqué par le secteur. 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.