RÉFORME DES RETRAITES: Faut-il croî(t)re ?

Les Verts trouvent la réforme de Mars Di Bartolomeo courageuse et nécessaire. Mais selon eux, le ministre surestime la croissance et n’est pas allé suffisamment loin.

Le débat sur la réforme des retraites proposée en début du mois par Mars Di Bartolomeo (woxx 1148) a du mal à démarrer. Après les critiques cinglantes mais superficielles de la part du DP d’un côté, de la gauche radicale de l’autre, les Verts ont présenté une analyse plus élaborée et nuancée le 17 février.

Bien entendu, ils n’ont pas manqué de signaler qu’ils demandent une réforme depuis plus de dix ans. Cela les honore en effet, même si leur attachement au système par répartition n’a pas été infaillible. Cette fois-ci, le député Felix Braz s’est tout de même gardé de comparer le système luxembourgeois à un jeu de la pyramide frauduleux, ce qui est aussi un des arguments favoris des vendeurs de retraites complémentaires. Cela ne l’a pas empêché, avec la co-présidente du parti Sam Tanson, de noircir le tableau : « si on ne fait rien, on court à la catastrophe », « dans un laps de temps bref, il faudrait trois millions d’emplois ». Il est vrai que dans un laps de temps non négligeable – plusieurs décennies – on risque d’avoir de sérieux problèmes, mais c’est justement pour cela que le gouvernement a décidé d’agir.

Les Verts estiment d’ailleurs même que l’approche de Di Bartolomeo est la bonne. Le rejet du projet par le DP leur paraît dangereux, car un échec rendrait politiquement impossible toute réforme pour de longues années. L’objet de la critique verte est donc d’améliorer les changements envisagés.

Le principal désaccord concerne l’hypothèse de croissance à la base des calculs du ministre : 3 % en termes de PIB, 1,5 % en termes d’emploi. Si on envisage une croissance du PIB de 2 % seulement, le taux de cotisation de 8 % aujourd’hui devrait doubler d’ici 2060, au lieu de se stabiliser autour de 10 % vers 2035. Certes, afin d’éviter cette explosion des cotisations, la réforme de Di Bartolomeo prévoit alors des baisses de prestations allant au-delà de ce qui est annoncé aujourd’hui. Mais justement, les Verts estiment qu’il s’agit d’une malhonnêteté intellectuelle et qu’on se prive ainsi de la possibilité d’atténuer les baisses de prestations en les étalant sur une durée plus longue.

Or, d’un point de vue historique, l’hypothèse de croissance de 3 % est moins fantaisiste que ne voudrait le faire croire le parti écologiste. Certes les dernières années n’ont pas été fameuses, mais il en a été de même au début des années 80. Or, la croissance a ensuite atteint 4 % un quart de siècle durant. Cela peut se reproduire, même si cela paraît improbable sur une durée encore plus longue.

La dénonciation de l’optimisme gouvernemental paraît donc hasardeuse. Mais les Verts ont bien raison de reprocher au gouvernement de miser sur une croissance soutenue sans pour autant se préoccuper des problèmes infrastructurels que cela entraînerait : logements et écoles pour la main d’oeuvre immigrée et plus de moyens de transports pour les frontaliers.

Enfin, la principale mesure proposée par les Verts est une annulation pure et simple des ajustements, donc des adaptations des retraites à l’évolution des salaires. Pourtant, faire bénéficier les retraités, le cas échéant, de la prospérité ambiante fait partie de la philosophie du système par répartition. On peut certes trouver que le niveau général des retraites est trop élevé, mais il y a des mécanismes plus élégants et plus sociaux pour corriger cela.

Signalons aussi que les Verts ne se sont guère intéressés à ce qui est sans doute le point le plus faible de la réforme : l’absence de perspectives d’embauche pour les séniors, conduisant à des baisses de prestations de fait. En effet, nombreux seront celles et ceux auxquels on ne laissera pas le choix de garder leur emploi durant la période supplémentaire imposée par la réforme pour obtenir une pension complète.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.