Climat : États, engagez-vous !

Avec le rapport récent sur les engagements insuffisants des gouvernements, l’ONU tire la sonnette d’alarme. Plus de réductions d’émissions à l’horizon 2030, c’est ce que réclament l’institution internationale et les ONG.

Réductions d’émissions conformes à l’accord de Paris.
(Wikimedia ; Genetics4good ; CC0)

« Une alerte rouge pour notre planète » : c’est ainsi que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a qualifié le rapport intermédiaire publié vendredi dernier dans le cadre de la convention-cadre internationale sur le climat UNFCCC. Il s’agit d’un rapport de synthèse sur l’état des contributions déterminées nationalement (NDC), l’accord de Paris stipulant que la lutte contre le réchauffement est basée sur ces engagements volontaires des États.

Le rapport montre « que les gouvernements sont loin d’avoir atteint le niveau d’ambition nécessaire pour limiter le changement climatique à 1,5 degré », constate Guterres. Il lance un appel à utiliser les plans de relance post-Covid-19 pour « reconstruire plus vert et plus propre » et à « lancer la décennie de transformation dont la population et la planète ont si désespérément besoin ». Quant aux NDC, Guterres estime que « les principaux émetteurs doivent se fixer des objectifs de réduction des émissions beaucoup plus ambitieux (…) bien avant la conférence (…) en novembre à Glasgow ».

Pour sauver le climat, il manque 44 pour cent

En effet, un certain nombre de grands pays n’ont pas encore soumis de NDC, notamment la Chine et les États-Unis (online-woxx : analyse). Le réseau d’ONG Climate Action Network (CAN) déplore néanmoins qu’avec les NDC déjà déclarées, les émissions de CO2 ne baisseraient que de moins d’un pour cent en 2030 – alors que, selon les expert-e-s, elles devraient baisser de 45 pour cent par rapport à 2010. CAN rappelle l’importance de mesures à court terme : « Les annonces d’objectifs zéro net pour 2050 ne peuvent pas être le seul signal de l’ambition climatique et ne suffiront certainement pas. » Greenpeace Luxembourg a également réagi à ce « cauchemar des NDC » et voit dans le rapport onusien un reflet de « l’histoire d’un système multilatéral, ruiné par les intérêts des industries fossiles, faisant obstacle à des mesures climatiques et mettant en jeu notre avenir commun ».

Sans mettre en question les signaux d’alerte contenus dans le rapport, Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de l’UNFCCC, a souligné que ce rapport ne constituait qu’un « instantané » de l’état des NDC et qu’un deuxième rapport plus complet serait publié avant la COP26, la conférence climatique à Glasgow. En attente des NDC manquantes, Espinosa a rappelé que d’autres avancées sont nécessaires d’ici novembre et « qu’une augmentation de l’ambition doit s’accompagner d’une augmentation significative du soutien à l’action climatique dans les pays en développement ».

 


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.