Deal baltique sur l’énergie verte : Indulgence renouvelable

Le Luxembourg paye deux États baltes pour qu’ils l’aident à atteindre son objectif européen en matière d’énergies renouvelables. Débat au parlement.

Courlande : éoliennes lituaniennes… ou luxembourgeoises ? (Wikimedia/GiW/CC BY-SA 3.0)

Faut-il se féliciter que l’ADR siège à la Chambre ? En tout cas, sans l’intervention de Fernand Kartheiser, on aurait oublié la question de l’énergie nucléaire. C’était mercredi dernier, lors du débat sur le double accord conclu avec la Lituanie et l’Estonie sur l’achat d’énergie renouvelable. Non pas que le Luxembourg importerait cette énergie par une connexion directe : il s’agit juste de la mettre à son compte. Officiellement, on parle de « transfert statistique », mais cela ressemble fort au fameux commerce des indulgences (Ablasshandel) de l’Église d’avant la Réforme, qui permettait de racheter les péchés qu’on avait commis.

Le « péché » du Luxembourg est qu’il n’arrivera pas à atteindre l’objectif de onze pour cent d’énergies renouvelables sur sa consommation totale en 2020. Et Kartheiser d’insinuer qu’en plus, les dix millions d’euros payés à la Lituanie ne seraient pas investis, comme promis, dans de nouveaux projets d’énergies renouvelables, mais dans la construction d’une centrale nucléaire.

Renseignements pris, l’idée de cette centrale est en train d’être abandonnée. La Lituanie, partenaire principal du Luxembourg, fait figure d’élève modèle en matière d’énergies renouvelables, puisqu’elle a atteint son objectif – 23 pour cent, deux fois plus ambitieux que le grand-duché – dès 2014. S’il fallait lui chercher des poux, ce serait du côté du recours massif aux « biocarburants », fortement critiqués par les écologistes.

Clairement, l’ADR fait feu de tout bois pour attaquer le gouvernement, sans vraiment se prononcer pour une politique plus – ou moins ? – écologique. Mais même quand il se goure, cela contribue au débat. « Un accord plutôt cher », a critiqué Kartheiser. « Pas du tout », a répondu à la fin du débat le ministre de l’Économie, « ce sera l’énergie renouvelable la moins chère qu’on aura dans notre mix énergétique. » Étienne Schneider a, en passant, donné ainsi raison à Déi Lénk. « Le gouvernement transforme la politique climatique en un exercice de statistique focalisé sur l’optimisation des coûts », avait auparavant critiqué Marc Baum.

Le député Déi Lénk, vêtu d’un pull vert, a soulevé d’autres questions qu’on aurait sans doute entendues de la part de Déi Gréng s’ils et elles étaient encore dans l’opposition : pourquoi attirer Google au Luxembourg alors que cela augmentera encore les besoins en énergie ? et quand s’attaquera-t-on au tourisme à la pompe, facteur important dans la consommation d’énergie fossile ?

(Wikimedia/Algirdas/CC BY-SA 3.0)

Fierté de Déi Gréng

Un quart d’heure plus tôt, sans surprise, le député vert Gérard Anzia avait défendu le projet gouvernemental, qui sera d’ailleurs adopté contre les seules voix de l’ADR et de Déi Lénk. Anzia a insisté sur les projets que la Lituanie et l’Estonie ont promis de financer avec l’argent luxembourgeois – « un modèle pour la coopération entre États européens ».

Le député vert a aussi expliqué que les accords couvraient moins d’un cinquième des onze pour cent d’énergies renouvelables – le Luxembourg serait sur la bonne voie pour satisfaire le reste par ses propres moyens. Là encore, les « biocarburants » qu’il a évoqués – les ONG préfèrent le terme d’« agrocarburants » – contribuent à hauteur d’environ un tiers à l’effort luxembourgeois. Anzia a exprimé sa satisfaction sur la construction de nombreuses éoliennes et installations photovoltaïques ces dernières années. Une fierté qui passerait mieux si elle était assortie d’un peu de gêne concernant les accords sur les « indulgences ».


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.