Campagne électorale: Bettel se range derrière RTL

Réponse rapide à une question urgente, mais réponse décevante tout de même: face au boycott de RTL des spots de Déi Lénk et Volt, le premier ministre et ministre des Médias Xavier Bettel se lave les mains en public.

« Xavier Bettel n’a même pas répondu à toutes nos questions. Nous lui avions demandé une appréciation politique de l’affaire et il se dérobe. Ce qui est tout de même curieux pour un ministre qui dans d’autres cas de figure – comme l’affaire Lunghi – n’a pas mâché ses mots. » La déception du député Déi Lénk David Wagner est visible. Dans sa réponse à la question parlementaire urgente posée par les deux députés Déi Lénk, Bettel reprend point par point l’argumentaire de RTL. « Comme Ponce Pilate, il s’en lave les mains », commente Wagner. Une réponse d’autant plus étonnante que, selon nos sources, tous les partis présents dans la commission des Institutions et de la Révision constitutionnelle, où l’affaire a été discutée mardi dernier, s’en étaient fortement émus.

Et ils ont raison, car le communiqué de RTL  sur « Les messages électoraux en français », concernant la coordination entre les médias, l’Alia et les partis ne tient pas la route. Pour RTL, cette dernière « consiste notamment à garantir à tous les partis le même temps d’antenne, à répartir équitablement ce temps d’antenne sur la durée de la campagne électorale et à communiquer au préalable aux partis les règles techniques à respecter ».

Le problème est que dans ces règles techniques, RTL a inscrit la condition de la langue luxembourgeoise. Ce qui n’était nullement une condition nécessaire, vu que la radio 100,7, également partenaire de la campagne par son statut de radio publique, n’y voit aucun inconvénient et diffuse les spots en langue française. S’y ajoute que le français est constitutionnellement une des trois langues officielles du grand-duché et que pour les européennes, les résident-e-s originaires d’autres pays de l’UE disposent du droit de vote actif et passif. Autant d’arguments donc pour ne pas limiter le débat à la seule langue luxembourgeoise : ces élections européennes concernent le pays en entier, et pas uniquement celles et ceux qui disposent de la nationalité luxembourgeoise.

Dans cette perspective, la conclusion que tire RTL dans ledit communiqué (« RTL ne s’oppose évidemment pas à l’utilisation d’autres langues dans les messages électoraux officiels, mais est d’avis que les règles doivent être identiques pour tous les partis ») est tout simplement fausse. Premièrement parce que les spots francophones sont bel et bien diffusés sur la radio 100,7 (et donc c’est RTL qui brouille l’équilibre) et deuxièmement parce que cette fiche technique ne fait pas partie de l’accord conclu avec l’Alia et les partis.

On peut donc s’interroger sur la raison pour laquelle RTL et surtout sa régie publicitaire, IP Luxembourg, préfèrent s’en tenir coûte que coûte à un détail d’une fiche technique (imposée de façon unilatérale) plutôt que de garantir un vrai équilibre entre les partis représentés aux élections européennes. Est-ce un moyen de montrer les muscles à l’Alia, qui vient de prendre pour une première fois en main l’organisation de la campagne électorale ? En tout cas, le comportement de RTL est du pain bénit pour l’ensemble des populistes de droite…

En même temps, l’autre parti concerné par le refus de RTL, le mouvement paneuropéen Volt, vient aussi de s’exprimer. Plutôt réticent au début, Volt a diffusé un communiqué de presse, expliquant que la chaîne a refusé la diffusion d’un spot dans lequel une de ses candidates – Julia Elisabetta Pitterman, que le woxx a interviewée la semaine dernière – s’exprime en français pendant dix secondes interminables. Décidément, chez RTL, ils sont pingres… au point d’en devenir mesquins. Et Bettel, en se rangeant derrière cet argumentaire, montre une fois de plus, en bon libéral, qu’il est du côté des grandes entreprises, même quand celles-ci bafouent les droits démocratiques.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.