Le fiasco satellitaire

En refusant à l’opposition la commission d’enquête sur les dysfonctionnements du projet LUXEOSys, la coalition gouvernementale perd encore en crédibilité politique.

La Chambre, parlement d’opérette. (Wikimedia ; Cayambe ; CC BY-SA 3.0)

Le satellite d’observation militaire LUXEOSys coûtera cher, 309 millions d’euros, alors que le budget initial, voté en 2018, était de 170 millions. Le satellite coûte cher aussi à Étienne Schneider et à son héritage politique. Son image de politicien trop proche du patronat, mais efficace en matière d’économie, est en train de s’effondrer – rejoindra-t-il bientôt le club des sociaux-démocrates ripoux qui ont contribué à l’effondrement de leur famille politique ces dernières décennies ?

Enfin, il reviendra cher aussi à François Bausch, Vert « réalo » s’il en est, et qui n’a pas su gérer le projet-épave laissé par son prédécesseur. L’abandonner aurait été le choix le plus logique, dans la lignée de la tradition pacifiste verte. Il a fait le choix de l’adopter, de le défendre comme une bonne idée, mal exécutée par Schneider (woxx 1589 : Le satellite sur la sellette). Cette « bonne idée » aurait pu gagner à Bausch l’appui du plus grand parti d’opposition, le CSV étant traditionnellement le parti des faucons en matière d’affaires militaires. LUXEOSys (« Luxembourg Earth Observation System ») aurait ainsi pu être présenté comme un projet cher, mais porté par une large majorité parlementaire. Cette sortie tactiquement favorable, le ministre de l’Armée l’a également laissée s’échapper.

L’opposition au coude-à-coude

Comme on a appris hier, l’ensemble de l’opposition votera aujourd’hui jeudi contre le projet de loi augmentant le budget du projet LUXEOSys. Cela ne surprend pas de la part du parti Déi Lénk, antimilitariste, et qui avait déjà voté contre en juillet 2018. Le Parti pirate – à la Chambre depuis octobre 2018 – s’est aussi montré à plusieurs reprises sceptique par rapport à l’efficacité et l’orientation de la politique militaire luxembourgeoise. Enfin l’ADR, sûrement pas un parti pacifiste, joue dans ce dossier la carte de l’opposition fondamentale.

Reste le CSV, qui avait laissé entrevoir que, malgré sa critique de la manière dont Schneider avait mené l’affaire, il pouvait appuyer le projet. Mais l’affaire a pris un tournant surprenant, qui a fait basculer le parti chrétien-social – et qui a cimenté le front de l’opposition toute entière face au projet de loi : la coalition gouvernementale veut empêcher que la Chambre instaure une commission d’enquête parlementaire sur les dysfonctionnements qui ont conduit au besoin de financement supplémentaire. Comme nous l’avions écrit en juillet : « Dans une démocratie qui fonctionne, il est difficile d’imaginer qu’une rallonge budgétaire soit décidée sans éclaircir auparavant les raisons des coûts supplémentaires. Dans une démocratie d’opérette par contre… » (online-woxx : Minister lügen nicht).

La Chambre contrôlant l’exécutif ?

Chose inhabituelle, hier, les quatre partis d’opposition ont tenu une conférence de presse commune pour annoncer leur refus de voter l’augmentation de budget du projet LUXEOSys. Pour rappel : il y a quatre mois, une telle conférence de presse commune avait porté sur la mauvaise communication entre gouvernement et parlement en matière de Covid-19. Que ce gouvernement parvienne à mettre d’accord contre lui quatre partis aussi disparates n’est pas bon signe pour la démocratie.

Pourtant, lors d’interviews données au printemps, interpellé sur les « erreurs de calcul » d’Étienne Schneider, François Bausch avait renvoyé la balle à la Chambre : ce serait à elle de tirer au clair l’affaire. Or, au fil des mois, la commission parlementaire du contrôle budgétaire a pu recueillir une série d’explications de la part des responsables de l’affaire. Ces explications étant contradictoires entre elles, les partis d’opposition souhaitaient aller au bout de l’affaire en mettant en place une commission d’enquête, qui dispose de plus de moyens. Fin octobre, les député-e-s de la coalition gouvernementale y ont opposé leur refus.

La majorité fait ce qu’elle veut

Que s’est-il passé ? Gageons que le LSAP n’a pas voulu exposer son ex-ministre, ni ses parlementaires en première ligne en 2018, au risque d’apparaître incompétent-e-s voire malhonnêtes dans cette affaire. Et au nom de l’entente entre les trois partis, ni le DP, ni les Verts n’ont cru bon d’insister. Ainsi, après avoir tenté de sauver le satellite en sacrifiant éventuellement Schneider, Bausch a fini par donner l’impression que le projet est tellement pourri qu’il ne tiendrait pas face à une commission d’enquête.

Dès juin dernier, nous avions recommandé d’abandonner le projet (woxx 1584 : N’en lancez plus !). En effet, l’utilisation des images fournies est difficile à contrôler – et peut aller jusqu’à l’implication dans des crimes de guerre. De surcroît, en ces temps de crise économique, les dépenses militaires ne sont pas forcément la meilleure idée. Et voici que la coalition gouvernementale choisit de faire passer en force son projet – et laisse une impression désastreuse.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.