Tunisie
 : Un prix Nobel qui ne cache pas les défis


Le Quartet, coalition d’institutions civiles, recevra jeudi le prix Nobel de la paix. Son travail de médiation a permis à la Tunisie d’avancer, malgré les difficultés. Celles-ci ne sont pas pour autant écartées.

1348inter

Tiraillée entre la lutte contre le terrorisme et la défense des libertés individuelles, l’évolution de la jeune démocratie est attentivement observée. (Photo : Maryline Dumas)

La Tunisie recevra jeudi 10 décembre, à Oslo, en Norvège, le prix Nobel de la paix. Une récompense qui salue l’ensemble d’un pays pour sa transition pacifique de la dictature à la démocratie. Un modèle parmi tous les exemples du printemps arabe qui ne cache pas la réalité : le pays est en crise. mehr lesen / lire plus

Libye : Sebha, capitale des maux libyens

Sebha, principale ville du Sud, et ses habitants se sentent oubliés par les deux gouvernements qui s’opposent en Libye. Pourtant, cette capitale régionale mérite attention de par sa position stratégique, juste avant le désert, et les défis auxquels elle doit faire face.

Des combattants touaregs sur la ligne de front à Oubari, février 2015. (Photo : Maryline Dumas)

Des combattants touaregs sur la ligne de front à Oubari, février 2015. (Photo : Maryline Dumas)

Tension et paranoïa, voilà ce qui pourrait décrire Sebha, capitale du Fezzan, la région Sud libyenne. Et il y a de quoi. Kidnappings contre rançons, terroristes islamistes de passage, conflits entre tribus, absence d’autorité, tous les maux libyens sont réunis dans cette petite ville, dernière porte avant le Sahara. mehr lesen / lire plus

Libye : L’accord de l’ONU rejeté

Les deux clans rivaux libyens ont fait part de leur mécontentement face à la proposition d’accord de l’ONU, annoncée après 13 mois de négociations.

1342inter

« Une paix trompeuse est plus nocive qu’une guerre ouverte » – caricature de Bernardino León sur la place des Martyrs de Tripoli, octobre 2015. (Photo : Maryline Dumas)

Un échec. La Chambre des représentants, le parlement reconnu par la communauté internationale, a annoncé officiellement, ce lundi, son refus du gouvernement d’accord national tel que proposé par l’ONU. Dimanche, des représentants du Congrès de Tripoli avaient déjà fait part de leur réticence. Annoncé par Bernardino León, le chef de la mission de l’ONU en Libye (Unsmil), le 8 octobre dernier, cette proposition était pourtant le fruit d’un an de négociations entre les deux camps libyens. mehr lesen / lire plus

Tunisie : la loi de réconciliation qui enflamme les esprits

Le gouvernement tunisien soutient un projet de loi portant sur la réconciliation dans le secteur de l’économie. Les opposants dénoncent une amnistie envers les corrompus de l’ancien régime.

1338InterTunisie1

1.000 à 1.500 Tunisiens ont défilé à Tunis, le 12 septembre… (Photos : Maryline Dumas)

Les députés n’ont pas commencé à travailler sur le projet de loi sur la réconciliation économique, censée « apaiser les tensions », que la scène politique s’enflamme déjà. Manifestations, débats et autres mots politiques ont déjà commencé autour d’une loi qui pourrait être votée facilement à l’Assemblée, étant donné la forte majorité du gouvernement en son sein (plus de deux tiers). mehr lesen / lire plus

L’État islamique en Libye : Pousse-à-la-paix ?


Alors que l’État islamique prend de plus en plus de poids dans le centre libyen, des responsables, comme ceux de Misrata, tentent d’instaurer la paix pour faire face à l’organisation terroriste.

1335inter2La région centrale de Syrte en Libye attire aujourd’hui tous les regards. Et inquiète, telle une cocotte-minute oubliée trop longtemps sur le feu. Après être entré dans Syrte en février (woxx 1312), l’État islamique (EI) a pris en juin dernier le contrôle total de la ville et de quelque 200 kilomètres de côtes aux alentours. Cette zone, d’où était originaire Mouammar Kadhafi, est aujourd’hui la principale base de l’EI en Libye. mehr lesen / lire plus

Libye : Les kadhafistes condamnés à mort

Après un procès chaotique de 16 mois, neuf responsables de l’ancien régime ont été condamnés à mort. Les organisations internationales dénoncent une procédure « inéquitable ».

Les accusés lors de l’annonce du verdict, mardi, à Tripoli. Au deuxième rang, Abdallah Senoussi (gauche) et Baghdadi Mahmoudi (droite), tous deux condamnés à mort.

Les accusés lors de l’annonce du verdict, mardi, à Tripoli. Au deuxième rang, Abdallah Senoussi (gauche) et Baghdadi Mahmoudi (droite), tous deux condamnés à mort.

« Je suis triste. Je trouve le verdict trop dur. Je ne mérite pas la peine de mort. Je n’ai pas compris comment le processus judiciaire a fonctionné », réagit Baghdadi Ali al-Mahmoudi, l’ancien premier ministre de Mouammar Kadhafi, au lendemain de sa condamnation à mort.

Mardi 28 juillet, neuf hauts responsables de l’ancien régime, parmi lesquels Baghdadi Mahmoudi, Saïf al-Islam Kadhafi, fils de l’ancien dictateur, et Abdallah Senoussi, beau-frère du Guide et chef de la sécurité intérieure, ont été condamnés à mort. mehr lesen / lire plus

Tunisie : Le drame djihadiste secoue le pays

Le pays touristique est de nouveau ébranlé par un attentat. Les conséquences sur son économie, déjà faible, s’annoncent graves.

1326InterTunisie

Des touristes et des Tunisiens ont rendu hommage aux victimes de l‘attentat en déposant des fleurs sur les lieux du drame. (Photo : Maryline Dumas)

Après l’attentat du musée du Bardo (22 morts), le 18 mars dernier, la Tunisie a de nouveau été touchée vendredi dernier. L’attaque sur une plage de Port El-Kantaoui, près de Sousse, dans le nord-est du pays, a coûté la vie à 38 personnes. Une quarantaine d’autres ont été blessées.

Il est environ 11h40 lorsque celui qui sera identifié plus tard comme Seifeddine Rezgui par les autorités ouvre le feu sur la plage qui se trouve devant l’hôtel Imperial Marhaba, un établissement en « all inclusive » (tout compris) apprécié des Anglais et des Allemands. mehr lesen / lire plus

Migration : La Libye se sent seule


Pays affaibli par des crises successives, la Libye tente de limiter l’afflux de migrants clandestins. Mais l’ancienne Jamahiriya ne se sent pas soutenue par les pays occidentaux.

1322inter1

Maryline Dumas Dans le centre de détention de Karareem, 18 février 2015. (Photos : Maryline Dumas)

Les chiffres de Frontex ne trompent pas. Selon l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’UE, 1.700 personnes sont décédées en tentant de rejoindre l’Europe par la Méditerranée lors du premier trimestre 2015, contre 17 à la même époque en 2014. Les deux premiers mois de 2015 ont enregistré une augmentation de 42 pour cent des franchissements irréguliers par la mer par rapport à 2014. mehr lesen / lire plus

Libye : Benghazi : la guerre oubliée

La seconde ville libyenne est en guerre depuis bientôt un an. Malgré les violences, la population tente de vivre normalement.

Khadija Mabrouk avec un de ses petits-enfants. La vieille dame vit dans une école depuis plusieurs semaines.

« Quand on a commencé la révolution en 2011, il y avait beaucoup de journalistes, ici, à Benghazi. Le monde entier nous regardait. Aujourd’hui, personne ne s’intéresse à nous » : le constat d’Ahmed Ali illustre la pensée de nombreux Benghaziotes. Depuis onze mois, leur ville est en guerre. Des combats qui ont fait plus de 1.600 morts, mais aussi des milliers de déplacés.

Le 16 mai 2014, le général à la retraite Khalifa Haftar a lancé l’opération « Karama » (Dignité) pour « nettoyer » la seconde ville du pays des « terroristes » – comprendre : islamistes. mehr lesen / lire plus

LIBYE: La menace de l’État islamique

Arrivée en octobre 2014 en Libye, l’organisation terroriste s’est rapidement développée et a poussé le gouvernement non reconnu de Tripoli à se lancer dans un nouveau front. Notre correspondante témoigne depuis Misrata et
Syrte.

Les troupes de Fajr Libya se rassemblent près de Syrte le 16 mars pour partir au combat contre l’Etat islamique.

À l’automne 2014, la Libye est devenue la première base hors de la zone irako-syrienne de l’État islamique. Attentats, propagande et exécutions s’enchaînent depuis à une vitesse inquiétante.

Tout a commencé en octobre 2014 à Derna, petite ville de la côte est et réputée pour être conservatrice. mehr lesen / lire plus

LIBYE : Les errements de la communauté internationale

L’ancienne Jamahiriya est divisée depuis des mois sans qu’aucune solution n’émerge. La communauté internationale conduit des négociations, qui se révèlent difficiles, depuis janvier.

Des combattants de Fajr Libya à Ben Jawad, ville qui leur sert de base arrière pour obtenir le contrôle du port pétrolier de Sidra.

« Une dernière chance à saisir » : c’est ainsi que l’Union européenne a qualifié les discussions entre Libyens à Genève, sous l’égide de l’ONU. Ces discussions ont débuté le 15 janvier. Après une semaine de pause, elles ont repris le 26 janvier. Si l’ONU a déclaré ces négociations « constructives » et « se déroulant dans une atmosphère positive », le résultat est bien loin d’être acquis. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Un pays fragmenté

Deux gouvernements, deux parlements, deux armées et plusieurs fronts : la Libye semble se décomposer de jour en jour, politiquement et militairement.

Les combattants de Fajr Libya sur le front à Kikla avant qu’ils ne soient repoussés par les Zintanis.

A l’est, les combats sont concentrés à Benghazi, la capitale de la Cyrénaïque. Les groupes radicaux, dont Ansar Al-Charia, milice classée terroriste par l’Onu le 19 novembre dernier, s’étaient emparés en juillet de la seconde ville du pays. Mais mi-octobre, les forces fidèles au général à la retraite Khalifa Haftar, qui avait lancé l’opération « Karama » (Dignité) contre les « terroristes islamistes » le 16 mai dernier, ont effectué une nouvelle offensive. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Le pouvoir divisé

Depuis les combats qui ont fait rage en Libye cet été, le fossé s’est élargi entre les Libyens. Aujourd’hui, le pays possède deux parlements et deux gouvernements.

Manifestations des supporters de Fajr Libya, le 5 septembre, sur la place des Martyrs à Tripoli. (Photo: Maryline Dumas)

Qui dirige la Libye ? C’est la question que tout le monde se pose, à commencer par les Libyens. Depuis la fin des combats qui ont touché Tripoli, il existe quasiment deux Etats. La Libye est divisée et donc paralysée.

A Tobrouk, près de la frontière égyptienne, se trouve la Chambre des représentants. Elue le 25 juin dernier (voir woxx 1272), cette assemblée a vu un large recul des islamistes en son sein. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Dans la tourmente

L’ancienne Jamahiriya est en proie depuis quelques semaines à des violences, jamais égalées depuis la révolution de 2011. En cause, des brigades rivales qui s’affrontent.

Des soldats de l’armée régulaire libyenne à Tripoli.

Quasiment coupée du monde, la Libye est en proie à des violences diverses depuis plusieurs semaines. Les représentations étrangères quittent peu à peu le pays. La mise en place du nouveau parlement début août est considérée, par beaucoup de Libyens, comme le dernier espoir.

Symphonie de roquettes

A Tripoli, les violences ont débuté le 13 juillet dernier. Ce jour-là, à 6 heures du matin, la « Force de sécurité et de règlement en Libye », une coalition de brigades islamistes et originaires de Misrata – fief révolutionnaire situé à 210 kilomètres de la capitale -, a attaqué l’aéroport international de Tripoli. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Des élections sur fond de crise

Les Libyens s’apprêtent à élire pour la deuxième fois depuis 2011 des députés. Des élections qui interviennent alors que les institutions politiques du pays semblent dans l’impasse.

Débat politique entre quelques candidats à Tripoli.

A Tripoli, comme dans de nombreuses villes libyennes, les affiches des candidats au parlement recouvrent peu à peu les affiches des campagnes municipale et pour l’Assemblée constituante. Les habitants se préparent en effet à voter pour la troisième fois de l’année ce 25 juin. Ou pas. Seuls 1,5 million de Libyens sur un électorat estimé à 3,4 se sont inscrits pour participer à ces secondes élections législatives depuis la révolution de 2011. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Les Toubous se sentent oubliés

Les Toubous, ethnie nomade, s’inquiètent de leur perte d’influence en Libye depuis la fin de la révolution. En conflit larvé avec une tribu voisine et se sentant oubliés, certains envisagent l’autonomie.

Ramadan a cessé de travailler ses champs à cause du manque d’eau.

« Au début du 20e siècle, les Toubous vivaient sur plus de 65 pour cent du territoire libyen », affirme Adam Kerki, président de l’Assemblée nationale des Toubous, en pointant du doigt les zones en question sur une carte. Le représentant de cette ethnie nomade qui vit traditionnellement à cheval sur la Libye, le Tchad et le Niger s’inquiète d’une « arabisation » de son pays : « Le gouvernement ne veut voir la Libye que d’une seule couleur. »

Le dernier bastion

Son index s’arrête sur Al-Uwaynat, à l’extrême sud-est de la Libye, près de la frontière égyptienne : « Avant, il y avait des Toubous qui vivaient ici. mehr lesen / lire plus

LIBYE: En eaux troubles

Manifestations, élections et célébrations : le mois de février s’annonce particulièrement chargé pour la Libye. Autant d’événements à risque dans un pays aussi instable.

Une tente demandant la fin du mandat du GNC le 7 février a été installée place des Martyrs dans le centre de Tripoli.

« La Libye entre dans une zone de turbulences, c’est incontestable », estime un diplomate dans un café de Tripoli. Il a vu arriver le début de février avec inquiétude, car « c’est un mois chargé où chaque événement peut faire basculer la Libye. J’estime que les semaines qui vont arriver vont être déterminantes ».

Première date délicate, ce vendredi. mehr lesen / lire plus

LIBYE: La fin des brigades ?

Une vague de manifestations anti-brigades a submergé la Libye ces dernières semaines. Ces protestations, dont certaines se sont terminées en bain de sang, ont provoqué le départ des groupes armés de Tripoli.

Manifestation du 22 novembre, à Tripoli, pour rendre hommage aux personnes décédées le 15 novembre et soutenir la police et l’armée.

Est-ce la fin des groupes armés en Libye ? C’est en tout cas ce qu’espère une majorité de Libyens. Un mouvement en ce sens a débuté le 15 novembre dernier à Tripoli, mais rien n’est gagné pour l’instant.

Ce 15 novembre 2013 restera marqué dans les mémoires des Tripolitains comme le « vendredi noir ». mehr lesen / lire plus

LIBYE: Le Sud en proie à tous les dangers

Le Fezzan, région sud-ouest libyenne, est au coeur de toutes les inquiétudes. Porte ouverte entre l’Afrique et l’Europe, elle a fait l’objet de nombreuses promesses du gouvernement libyen, peu suivies de faits.

Un militaire touareg observant la vue sur Oubari

« Vous allez au Fezzan (région au sud-ouest de la Libye, ndlr) ? Faites bien attention, c’est très dangereux ! » : à Tripoli, le Fezzan est considéré comme un autre pays, voire un autre monde. Un monde inconnu et donc dangereux. Une fois effectués les 660 kilomètres séparant la capitale libyenne de Sebha, ville la plus importante du Fezzan, le discours change. Cette fois Tripoli devient l’autre monde. mehr lesen / lire plus

LIBYE: Les Tawerghas exilés dans leur propre pays

Considérés comme kadhafistes, les Tawerghas ont été chassés de leur ville en 2011. Ils avaient annoncé leur retour pour le 25 juin, ils y ont renoncé face aux tensions.

Faraj, libéré des geôles de Misrata, attend son retour à Tawergha.

Ville fantôme, Tawergha le restera probablement longtemps. A 50 kilomètres au sud de Misrata, l’ombre de cette ville est visible sur la route longeant la mer qui relie Misrata à Syrte. Les immeubles récents laissent entrevoir un vide : celui de ses habitants. Ceux-ci, réfugiés à Tripoli, Benghazi ou Syrte, avaient annoncé en mai qu’ils rentreraient chez eux le 25 juin. mehr lesen / lire plus