Jean Portante et David Hébert : L’Aquila

1335_kulturspalte_portante_aquila_2« Où va l’âme d’une ville quand elle s’évapore ? » C’est au fond à cette question qu’essaye de répondre Jean Portante dans son premier livre post-« écriture baleine », une période qu’il a symboliquement close avec la réédition récente d’un ensemble quasi exhaustif de ses poèmes (woxx 1279). L’écrivain luxembourgeois n’a pourtant pas renoncé à ses thèmes de prédilection, puisqu’il évoque ici à nouveau, comme dans « Après le tremblement » (2013), le séisme de L’Aquila, survenu dans la nuit du 5 au 6 avril 2009. La famille de l’auteur, originaire de la région, joue un rôle important dans cet entrelacs littéraire que tissent souvenirs d’enfance et impressions de l’après-catastrophe, tout comme l’éternel écartèlement entre Nord et Sud. mehr lesen / lire plus

Poésie et migrations
 : Bienvenue, poète !


Les hasards de la vie l’ont mené au Luxembourg il y a neuf ans. Antoine Cassar, éternel expatrié, a donc tissé depuis le grand-duché un réseau poétique à base de lyrisme multilingue et d’investissement dans l’humanitaire. Rencontre avec un poète engagé.

Antoine Cassar, 38 ans, poète engagé : ici lors d’une lecture pour le collectif « Keen ass illegal ». (Photo : © Carole Reckinger)

« La langue est la matière première avec laquelle je travaille. » De son activité de traducteur dans les institutions européennes, Antoine Cassar ne dira pas plus. Car de cette matière première il forge aussi des poèmes qui transcendent les frontières, des poèmes à vocation clairement universelle. mehr lesen / lire plus

Poésie
 : Éloge de la contrainte

Après qu’une grande partie de sa bibliothèque d’Eschweiler est partie en flammes, Lambert Schlechter s’est installé à Wellenstein pour reprendre sa routine de collectionneur de livres. Retour sur 60 ans de lectures passionnées et d’écriture insatiable.

Lambert Schlechter, 73 ans, au travail sur sa nouvelle terrasse à Wellenstein. (Photo : woxx)

Lambert Schlechter, 73 ans, au travail sur sa nouvelle terrasse à Wellenstein. (Photo : woxx)

Difficile de savoir par où commencer un portrait de Lambert Schlechter. C’est que l’écrivain et philosophe luxembourgeois semble atteint d’une boulimie de lecture, d’écriture et de participation à des festivals de poésie qui peut donner le tournis à qui ose pénétrer son univers. « Dès 1955, vers l’âge de treize ans, j’ai pris le pli d’écrire, et ça n’a jamais cessé. mehr lesen / lire plus

Poésie : Traduire, transcrire, grandir


Depuis sa création en 2009, la revue littéraire « transkrit » diffuse depuis la Kulturfabrik d’Esch une conception toute luxembourgeoise de la poésie, entre langues et cultures, la saupoudrant de photographies. Coup d’œil sur le numéro 7 d’une publication atypique.

Jean Krier (1949-2013), poète luxembourgeois à l’honneur du numéro 7 de la revue « transkrit » (Photo : © Yves Noir / Robert Bosch Stiftung)

Sur le stand 606 du Marché de la poésie, qui s’est tenu pour la trente-troisième fois le mois dernier place Saint-Sulpice à Paris, une drôle de revue attendait les visiteurs. Sur ses fonts baptismaux poétiques, la problématique de la traduction. mehr lesen / lire plus

Ardentes ondines de l’Alzette

Nous, ardentes ondines de l’Alzette
nous cheminons à travers les caresses de l’eau qui dort
serpentons d’un gave lorrain en vallons pentus
berçons les hameçons de pêcheurs lyriques
longeons prés et clairières avant de rejoindre au couchant
les moulins fantômes de la capitale endormie
frôlant de nos membres immatériels et pourtant graciles
le héron cendré solitaire du pont des Bons-Malades

Nous, ardentes ondines de l’Alzette
nous sifflons dans les roseaux de la campagne endormie
claironnons à qui veut l’entendre notre ostensible mélopée
déclamons des vers libres et des strophes muettes
soupirons lorsque nous entrons en Sûre
dans un patois que nous seules pouvons entendre
balayant de nos essors factices et pourtant vertigineux
les reflets d’un pont rouge du sang des suicidés

Nous, ardentes ondines de l’Alzette
nous rêvons de la pureté virginale de notre lit
songeons sans ambages aux ballons perdus dans nos flots
échafaudons les projets d’écoulement les plus extraordinaires
dressons l’inventaire de notre court royaume
où jadis officiaient maints artisans désormais caducs
berçant de nos sucs chimériques et pourtant nourrissants
un jardin potager où trône Mélusine

Nous, ardentes ondines de l’Alzette
nous crachons les gouttelettes de la fureur
exhalons les parfums capiteux de l’abondance aqueuse
surgissons à l’improviste au détour d’un orage
recouvrons en un instant la prétention des hommes
aveuglés par notre feinte bonhomie
expulsant nos ires idylliques et pourtant ravageuses
puis à pas feutrés retirant le fruit de notre déchaînement

Nous, ardentes ondines de l’Alzette
nous craignons les miasmes qui nous sont donnés en présents
redoutons vos traîtresses accolades
détournons notre ruissellement du voisinage de votre espèce
fuyons crânement tant que nous le pouvons
avec l’agilité des créatures qui savent leur faiblesse
déployant nos ailes invisibles et pourtant puissantes
pour bannir ce destin qui nous menace inexorablement


Voir la page complète : 1299_1300p9.pdf

mehr lesen / lire plus

Poésie : Une voix luxembourgeoise qui porte

Trente ans de poésie, c’est ce que propose l’épais recueil « Le travail de la baleine », consacré au poète Jean Portante et paru aux éditions Phi. Une occasion rare de plonger de manière quasi exhaustive dans l’univers d’un auteur luxembourgeois qui a su rayonner au-delà des frontières nationales.

Depuis 1983, Jean Portante « effaçonne » une œuvre poétique appréciée et traduite tant en Europe qu’en Amérique latine. Ce recueil nous en propose l’essentiel.

Il n’est pas rare que la poésie en langue française suscite chez certains des peurs ataviques, tant elle leur rappelle de pénibles heures passées à théoriser les formes classiques ou les subtilités de la versification. mehr lesen / lire plus