Thurston Moore : By the Fire

Le dernier disque en date du poète noise et cofondateur des légendaires Sonic Youth reflète bien l’étendue de ses capacités : de l’intime vers le spectral, tout est sur « By the Fire ».

(©thurston_moore)

Ce n’est probablement pas un disque à écouter en famille assis devant la cheminée, même si certaines chansons s’y prêtent. Car les aficionados de Sonic Youth le savent, mieux vaut ne pas croire au calme dans les chansons composées par Thurston Moore. Presque dix ans après la séparation du groupe iconique qui a apposé sa marque sur des générations de musicien-ne-s dès les années 1980, il apparaît clairement que si Sonic Youth avait été les Beatles, le rôle de Paul McCartney aurait été pour Moore. mehr lesen / lire plus

Réfractaire et résistant : Émile Hemmen : le « dernier retranchement »

« Visage et discours sont liés. Le visage parle. Il parle en ceci que c’est lui qui rend possible le discours. »
Emmanuel Levinas

Émile Hemmen est décédé le 8 janvier 2021. Pour le woxx, trois poètes qui l’ont bien connu évoquent sa mémoire.

À l’annonce de sa disparition, une poignée de mots nous sont spontanément revenus à l’esprit et au cœur :

Arrose les pierres,
un jour
elles fleuriront.

Ces quelques vers, extraits du recueil « Dans le miroir du temps [1] », témoignent de la patience et de la passion qui ont caractérisé la démarche non seulement de la poésie d’Émile, mais aussi de sa pratique de la vie en général. mehr lesen / lire plus

Émile Hemmen (1923-2021) : « À hauteur d’homme »

Le poète, doyen des lettres luxembourgeoises, est décédé hier à l’âge de 97 ans. La dernière livraison des « Fundstücke-Trouvailles » du CNL lui avait consacré en novembre dernier deux articles scientifiques et publié un cycle de poèmes.

C’est un poète qui se distingue « par sa discrétion, par la profondeur de sa réflexion et par la haute tenue poétique de ses écrits », constate Laurent Fels dans son analyse du recueil-CD « Nocturnes » (paru en 2014) dans les « Fundstücke-Trouvailles ». Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, Émile Hemmen a d’abord écrit en luxembourgeois et en allemand, avant de fixer sa poésie en langue française avec le recueil « À hauteur d’homme » en 1981. mehr lesen / lire plus

Serge Basso de March : Triptyque d’un horizon aperçu

On avait quitté Serge Basso poète sur un livre d’aphorismes… le voici de retour avec un recueil grave en forme d’oratorio.

Sa retraite de la Kulturfabrik semble avoir stimulé sa créativité poétique : Serge Basso vient de publier « Triptyque d’un horizon aperçu » en France, aux éditions Lanskine, alors qu’il vient tout juste de remporter le deuxième prix du Concours littéraire national. Dans ce nouveau recueil − les connaisseurs et les connaisseuses y reconnaîtront le travail dont il avait lu des extraits à la librairie Alinéa en 2017 déjà −, l’auteur nous emmène en musique vers un horizon pas franchement désirable, où la mort et le vieillissement le disputent au peu de temps qui reste à vivre. mehr lesen / lire plus

Prix Batty-Weber : Trois questions à Pierre Joris

Le woxx a déjà consacré plusieurs articles à Pierre Joris. Il était donc tout naturel que notre hebdomadaire s’entretienne avec lui pour célébrer le prix national de littérature qui lui a été attribué. Langues, confinement, poésie, nomadisme et Celan : retour informel sur une carrière bien remplie.

Quelques livres parmi la soixantaine que Pierre Joris compte dans sa bibliographie.

woxx : Même si tu as quitté le Luxembourg pour d’autres horizons rapidement en raison de l’étroitesse de son milieu littéraire de l’époque, tu y as toujours maintenu des attaches. Elles se sont souvent concrétisées par des projets artistiques. Comment perçois-tu ce prix Batty-Weber au regard de ta relation spéciale à ton pays natal ? mehr lesen / lire plus

Marché de la Poésie: Zum ersten Mal in Luxemburg

Ein Hauch Paris und Place Saint-Sulpice in der Abtei Neumünster? Das könnte klappen, denn eins der wichtigsten Lyrik-Events Frankreichs legt heute seinen ersten Zwischenstopp in Luxemburg ein.

In Frankreich zählt der „Marché de la Poésie“ zu einem der wichtigsten Ereignisse der Lyrik-Szene. Seit nunmehr 37 Jahren versammeln sich dabei Dichter*innen, Autor*innen und Verlagshäuser fünf Tage lang an der Pariser Place Saint-Sulpice. Die damit verbundenen Veranstaltungen reichen seit 2004 weit über Paris und die französischen Grenzen hinaus. Dieses Jahr gibt sich auch Luxemburg die Ehre.

Das Institut Pierre Werner lädt zur poetischen Reise durch die Niederlanden – dem diesjährigen Ehrengast des „Marché de la Poésie“ –, Deutschland, Luxemburg und Frankreich ein. mehr lesen / lire plus

Leseabend: Lesbische Poesie

Im Rahmen des internationalen Tags für lesbische Sichtbarkeit am 26. April lädt das Cigale am kommenden Donnerstag zu einer thematischen Lesung ein.

@ Cigale

Was versteht man unter lesbischer Poesie? Ist eine universelle Charakterisierung überhaupt möglich? Diese und viele weiteren Fragen werden am 25. April thematisiert, wenn in den Räumlichkeiten des Cid Fraen an Gender ab 18 Uhr ausgewählte Gedichte von und über lesbische(n) Frauen vorgetragen werden. Im Rahmen des vom Cigale organisierten Leseabends stehen Autor*innen wie Audre Lorde, Eileen Myles oder Adrienne Rich im Fokus. „Chacune de ces écrivaines a contribué à définir le terme de ‘poésie lesbienne’ ainsi qu’à l’élargir et démontrent que le genre est aussi multiple et difficile à caractériser que les lesbiennes elles-mêmes“, ist im Beschreibungstext des Events auf Facebook zu lesen. mehr lesen / lire plus

Le Goncourt de la poésie pour Anise Koltz

La poétesse luxembourgeoise reçoit aujourd’hui vendredi 4 mai le prix Goncourt de la poésie – Robert Sabatier pour l’ensemble de son œuvre.

(Photo : woxx)

Si la nouvelle aurait dû seulement être annoncée ce jour, voilà déjà deux semaines que « Le Jeudi » l’a révélée au Luxembourg. Il faut dire que l’Académie Goncourt a eu l’étrange idée de mettre à jour, dès la mi-avril au moins, la liste des lauréats sur son site, facilitant ainsi le travail de confirmation des rumeurs. S’est donc ensuivie une (modeste, tout de même) couverture médiatique grand-ducale où perçaient à la fois une certaine fierté nationale et une admiration probablement sincère. mehr lesen / lire plus

Un « Cri de femme » festif pour dénoncer les violences

Ce samedi 10 mars aura lieu la huitième édition luxembourgeoise du festival « Cri de femme ». Petit regard sur une manifestation avec des artistes au grand cœur.

Miriam R. Krüger pendant le festival « Cri de femme » en 2016

Chaque année, en mars, a lieu le festival international de poésie et d’art « Cri de femme ». Cet événement a été fondé en République dominicaine par le Mouvement international des femmes poètes (Mujeres Poetas Internacional), et a essaimé dans le monde entier grâce au dynamisme de correspondantes locales qui, telles des franchisées, se démènent pour proposer des lectures et des performances dans leurs pays respectifs. mehr lesen / lire plus

Exposition et performances
 : Petit traité de domopoétique


La performeuse Nicole Peyrafitte et le poète Pierre Joris investissent la semaine prochaine la galerie Simoncini, le temps d’une exposition où foisonneront les disciplines artistiques. Coup d’œil en forme d’amuse-bouche sur ce qui attend les visiteurs.

À l’occasion de l’exposition, la galerie Simoncini édite « The Book of U / Le livre des cormorans » de Pierre Joris, traduit et illustré par Nicole Peyrafitte. (Peintures : Nicole Peyrafitte)

« Domopoetic Works », c’est le titre de l’exposition de Nicole Peyrafitte et Pierre Joris qui s’ouvrira le 20 octobre prochain avec une session d’« action painting ». Mais qu’est-ce donc que la domopoétique ? mehr lesen / lire plus

Serge Basso de March : Les concombres n’ont jamais lu Nietzsche

Après le polar, la pure poésie ou le théâtre, Serge Basso, directeur de la Kulturfabrik et littérateur éclectique, s’essaie donc à l’aphorisme, cet exercice de style un peu négligé dans le grand océan de la poésie contemporaine. Un genre fait pour lui, puisque l’impétrant n’a pas la langue dans sa poche et n’est jamais las de s’en servir. L’opuscule, publié en Belgique aux éditions du Cactus inébranlable, propose donc jeux de mots et réflexions à tire-larigot, dans de courtes phrases indépendantes dont tout gras a été élagué afin de mieux faire briller le trait d’esprit. En rapprochant les sens, en déconstruisant les clichés, en jouant d’homophonies approximatives et en triturant l’orthographe, Basso s’amuse et amuse son lecteur. mehr lesen / lire plus

Pierre Joris : Canto diurno

Bonne idée que cette anthologie personnelle de Pierre Joris en langue française. Jean Portante, par ailleurs codirecteur de la collection « Les passeurs d’Inuits » dans laquelle le livre paraît au Castor Astral, a assuré la coordination des traductions – avec la participation de l’auteur qui, rappelons-le, écrit exclusivement en anglais. Ce livre permet donc à un public francophone de découvrir un nouveau pan de l’œuvre de Joris choisi par le poète lui-même. Un aperçu intelligent, car il mêle les textes très modernes à la structure complexe, de lecture ardue pour un béotien (« Le livre de Luap Nalec », jeu de lettres sur l’auteur fétiche de Joris, Paul Celan) à des poèmes plus lyriques (émouvant « Matrosen Lied » : « Si j’étais un homme / qui tombe encore amoureux des marins / je tomberais sûrement amoureux de lui.  mehr lesen / lire plus

Poésie : Réveil en vers

Au sortir de la léthargie de l’hiver, quoi de plus approprié que de revivre au son de la poésie ? C’est ce que propose depuis début février le quatrième Printemps poétique transfrontalier. Il fera halte à Dudelange lundi prochain.

En mars 2014, pour l’édition inaugurale du Printemps poétique transfrontalier, elles étaient trois auteures francophones (Danièle Corre, Véronique Daine et Hélène Tyrtoff) à se partager les scènes de trois pays, accompagnées par le violoncelliste André Mergenthaler. Maintenant dans sa quatrième année, le projet a bien grandi. Depuis 2016 déjà, deux poètes allemands se sont ajoutés aux représentants de la Belgique, de la France et du Luxembourg pour cet événement itinérant à la fois pédagogique et littéraire. mehr lesen / lire plus

Poésie : Dhaka, Luxembourg et le monde


Anglophone mais basé au Luxembourg, Shehzar Doja reste un personnage discret mais très actif de la scène poétique nationale. À la faveur d’une double actualité, le woxx a choisi de le mettre en lumière.

Shehzar Doja, homme de peu de mots – mais poète puissant. (Photo : © private)

On l’a vu notamment à l’occasion des récents palmarès du Concours littéraire national , l’anglais devient une langue de plus en plus vivante sur la scène des lettres luxembourgeoises. Souvent, cependant, le bouillonnement créatif grand-ducal dans la langue de Shakespeare n’est visible que d’une petite minorité de passionnés. Et pourtant, il recèle un potentiel non négligeable de diversification de l’image artistique du pays. mehr lesen / lire plus

Poésie et cinéma
 : « On ne parle plus de la beauté »

Si la venue au Luxembourg de Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, n’a pas été saluée par les autorités culturelles du grand-duché, elle a en revanche obtenu un franc succès auprès des amateurs de littérature, d’art plastique ou de cinéma.

Gao Xingjian avec le galeriste André Simoncini, à l’origine de sa venue, devant une toile peinte cet été. Le Printemps des poètes Luxembourg a également soutenu activement cette visite exceptionnelle. (Photos : woxx)

Gao Xingjian avec le galeriste André Simoncini, à l’origine de sa venue, devant une toile peinte cet été. Le Printemps des poètes Luxembourg a également soutenu activement cette visite exceptionnelle. (Photos : woxx)

woxx : Romancier, poète, essayiste, peintre, cinéaste, dramaturge, metteur en scène, photographe… comment faut-il vous présenter ?


Gao Xingjian : L’art pour moi n’est pas un métier, mais une passion. mehr lesen / lire plus

Lambert Schlechter : Inévitables bifurcations

1381kultur_kuerz_schlechterC’est un chantier titanesque que celui que Lambert Schlechter a commencé, voilà dix ans, en publiant « Le murmure du monde ». Chaque tome de cette série, dont « Inévitables bifurcations » constitue la quatrième livraison, explore « La trame des jours » (titre du deuxième volume paru en 2010) sous forme de fragments : des textes courts qui capturent l’essence du temps présent en épousant les contours des vagabondages de la pensée. Ici, l’auteur a choisi de livrer 77 chapitres de longueur égale. Sur deux pages, chacun chemine puis bifurque, inévitablement, vers d’autres horizons, ouvrant grand les possibles et l’imaginaire. mehr lesen / lire plus

Poésie
 : Marqueterie lyrique


Carla Lucarelli vient de publier aux éditions Phi « Dekagonon », un recueil de prose poétique bilingue en français et en allemand. Rencontre avec une prosatrice dans l’âme qui ne dédaigne pourtant pas de se laisser transformer en poétesse.

1379_kultur_lucarelli

Carla Lucarelli lors de la lecture marathon « Impossible Readings 7 », le 2 juillet dernier au Mudam. (Photo : Bohumil Kostohryz)

« Je me considère comme une écrivaine de prose. La poésie, c’est quelque chose qui me vient de quelque part et qui passe par moi. Quelque chose que j’ai besoin de coucher sur le papier. Ce sont des flashs, des impulsions en quelque sorte, plutôt que de l’inspiration. mehr lesen / lire plus

Poésie
 : Mots, gestes et sons à foison

La soirée de clôture de la biennale Poema se tiendra ce samedi à la Kulturfabrik et rassemblera bien sûr de nombreux poètes, mais aussi des acteurs, des musiciens et des danseurs. Coup d’œil subjectif sur cet événement poétique aux dimensions hors normes.

1377event_poema

Une nouvelle dimension pour la poésie, à consommer pendant cette soirée assaisonnée de musique ou de danse… (Photo : E. Salquèbre)

Poema, c’est un festival d’envergure qui, tous les deux ans, prend son bâton de pèlerin pour investir la partie francophone de la Grande Région, et qui pousse même jusqu’à Strasbourg ou… Valence. Cette année, depuis janvier, pas loin de 30 lieux ont été visités par une centaine d’intervenants, toutes disciplines confondues, pour un total d’une cinquantaine d’événements. mehr lesen / lire plus

Poésie
 : Des mots primitifs mais profonds


C’est au grand-duché qu’elle a accompli sa vocation artistique, et notamment publié trois recueils de poésie. Rencontre avec la poétesse et dessinatrice péruvienne Miriam R. Krüger.

 Miriam R. Krüger, après trois recueils de poésie, veut se consacrer désormais à l’écriture et au dessin combinés sous la forme du livre d’artiste. (Photo : woxx)


Miriam R. Krüger, après trois recueils de poésie, veut se consacrer désormais à l’écriture et au dessin combinés sous la forme du livre d’artiste. (Photo : woxx)

Voilà bientôt 20 ans qu’elle est établie au Luxembourg. Pourtant, rien ne prédestinait la jeune femme à s’installer ici : « C’est en fait un pur hasard. J’étais déjà partie du Pérou et j’avais voyagé un peu partout, puisque je travaillais sur un bateau de croisière. Mon idée de départ était de rester à Toulon, mais ça ne s’est pas réalisé. mehr lesen / lire plus

Théâtre : Ingeborg Bachmann et ses voix


Pour son deuxième spectacle au Théâtre national du Luxembourg (TNL) cette saison, l’auteur en résidence Pierre Joris s’est donné le défi de passer à l’écriture théâtrale. La semaine prochaine sera donc créé « The Agony of I. B. ».

1375event« Cela faisait déjà quelques années que j’essayais de me sortir de la petite machine lyrique du poème d’une page, que je peux d’une certaine manière composer automatiquement. J’en ai quand même commis quelques-uns ces dernières semaines, mais cette résidence au TNL m’a permis de m’aventurer dans l’écriture d’un véritable drame classique en trois actes. » Trois actes conçus comme une trilogie que Pierre Joris décrit comme « un enfer, puis un purgatoire et enfin un paradis ». mehr lesen / lire plus