ADR : S’indigner ne suffit pas

Grande tempête sur les réseaux sociaux ce weekend. À l’instar d’un post Facebook de la présidente de l’ADR-Femmes, Sylvie Mischel, la gauche caviar rose et verte ainsi qu’une partie du CSV découvrent avec stupeur que l’ADR est un parti populiste de droite. Il faudra bien plus qu’un écœurement en ligne pour combattre ce fléau.

Comme celles du seigneur, les voies du buzz médiatique sont impénétrables. Comment expliquer autrement que le post de Sylvie Mischel – une photo de Jean Asselborn avec des réfugié-e-s qu’elle dénonce comme propagande électorale socialiste – ait soulevé une telle tornade, et non pas la relativisation du national-socialisme perpétrée sur le même réseau social quelques semaines plus tôt par l’ex-candidat et futur député ADR Fred Keup ? Ce dernier avait en effet prétendu que les nazis n’auraient pas été de droite, mais bel et bien des gauchistes. Les survivant-e-s des camps de Dachau et autres, les déporté-e-s et leurs familles lui sont sûrement reconnaissants pour sa révélation… même pas originale, car l’argumentation est copiée-collée d’une certaine Erika Steinbach, ex-membre du CDU et transfuge vers l’AfD, dont elle préside la fondation (sans jusqu’à présent être membre du parti).

(©FB – Screenshot woxx)

Et ce n’est pas la première fois que le woxx parmi autres, a révélé que l’ADR utilisait des méthodes similaires à celles de l’AfD pour se placer à droite du CSV sur l’échiquier politique luxembourgeois. Déjà en juin 2012, l’auteur de ces lignes avait disséqué le milieu d’extrême droite luxembourgeoise dans le magazine forum et établi des liens évidents avec l’ADR.

Donc, rien de bien nouveau dans le post de Mme Mischel, si ce n’est la clarté de la manœuvre sortie directement du manuel des populistes de droite parfait-e-s. Pour réussir sa recette, il faut une photo comme celle du ministre des Affaires étrangères avec les réfugié-e-s. On y ajoute un petit texte qui passe sous silence les faits avérés, comme celui que ces personnes ont été choisies par les autorités luxembourgeoises dans le cadre de la coopération internationale et que le grand-duché, en les accueillant, ne fait que son devoir. Saupoudrez le tout d’une petite provocation, comme la fausse indication que cette photo serait l’affiche électorale des socialistes pour 2023 – et regardez le beau monde s’étriper dans les commentaires.

Cette façon de procéder a été utilisée des milliers de fois par l’AfD, le Rassemblement national et d’autres partis de la même sorte. Et elle marche à tous les coups. Même le fait que le comité exécutif du parti va en discuter et les menaces du secrétaire général Alex Penning de démissionner font partie du jeu – c’est ainsi que l’AfD par exemple vient de se débarrasser de tous ses membres dits « modérés » lors du Parteitag à Braunschweig.

L'“humour“ de droite se définit en ce qu’il tape toujours sur celles et ceux qui ne peuvent pas se défendre… la photo de Sylvie Mischel qui a provoqué les flots d’indignation (©FB – Screenshot woxx)

Le « White Trash » existe et il faut le reconquérir

Car ce que Sylvie Mischel a accompli vaut bien quelques changements de postes : elle a divisé encore plus la population luxembourgeoise et a attisé non seulement la haine contre la population étrangère mais aussi contre les prétendues élites de la coalition au pouvoir. Les Luxembourgeois-e-s visé-e-s par l’ADR sont celles et ceux qui se retrouvent au bas de l’échelle sociale et donc susceptibles d’envier ces réfugié-e-s auxquel-le-s on donnerait tout et rien à elles et eux. C’est le « white trash » qui existe bel et bien. Et il ne faut pas le laisser aux populistes, non seulement parce qu’ils et elles ne sont pas en position de le représenter (rappelons que la fraction ADR comporte un avocat d’affaires mentionné dans les Panama Papers, un diplomate et haut fonctionnaire et bientôt un prof de lycée, rappelons que l’auteure du post incriminé Sylvie Mischel était aussi haute fonctionnaire à la Banque centrale), mais parce que c’est l’avenir sociétal luxembourgeois qui en dépend.

Que faire alors ? Il faut s’approcher le plus possible de cette population en détresse et lui faire sentir que ses problèmes sont pris au sérieux. Augmenter les allocations pour enfants par exemple (qui sont gelées depuis 2006) ou prendre à bras-le-corps le problème du logement en s’attaquant au marché qui n’a rien réglé du tout, cesser d’ignorer enfin tou-te-s les Luxembourgeois-e-s qui quittent leur pays chaque année pour aller vivre en Grande Région à cause du coût exorbitant pour se loger et démocratiser le plus possible la société avec de vraies consultations sur la Constitution et autres questions brûlantes. Bref, la maxime bettelienne « Quand le pays va bien, les gens vont bien aussi » n’est pas valable pour tout le monde. Il faudra descendre de la tour d’ivoire et se rendre sur le terrain, car c’est là où cette bataille se joue et elle ne sera sûrement pas gagnée avec des post consternés sur Facebook, Instagram ou Twitter.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.