Dans les salles : Ghostbusters: Afterlife

Après un reboot féminin récent plutôt lourdingue, cet épisode orienté jeune public est bien plus subtil et amusant. S’il ne convaincra pas forcément un nouveau public, il a des chances de charmer les cinéphiles nostalgiques qui ont vu en salles le premier opus de 1984.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Aline

Celles et ceux qui aiment l’humour habituel de Valérie Lemercier en seront pour leurs frais… et tant mieux : dans ce biopic librement inspiré de la vie de Céline Dion, l’actrice-réalisatrice, aidée par une belle distribution québécoise (épatant Sylvain Marcel en producteur notamment), propose un regard plein d’empathie sur la vie d’artiste.

L’évaluation du woxx : XX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Im Kino: The Power of the Dog

Der neue Streifen der neuseeländischen Filmemacherin Jane Campion hinterlässt einen zwiespältigen Eindruck: Handwerklich ist das Psychodrama durchweg herausragend, das Drehbuch lässt jedoch zu wünschen übrig.

Phil und George sind sehr verschieden, die Zusammenarbeit auf der Farm klappt jedoch gut. (Fotos: © Netflix)

Montana, 1925: George (Jesse Plemons), der mit seinem Bruder Phil (Benedict Cumberbatch) eine Rinderfarm betreibt, lernt eine Frau namens Rose (Kirsten Dunst) kennen und heiratet sie. Letztere zieht zusammen mit ihrem Sohn Peter (Kodi Smit-McPhee) auf die Farm – eine Entscheidung, die, wie die Zuschauer*innen an dieser Stelle schon ahnen, in einer Tragödie enden könnte.

George und Phil lernten Rose und Peter am gleichen Abend kennen. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Tre piani

Sur trois étages d’un immeuble romain, un film choral où la qualité Moretti prime : le soin apporté à la mise en scène, à l’interprétation, aux décors et à la musique fait du bien à l’œil, parce qu’il est parfois agréable de se laisser emporter sans pour autant se faire secouer.

L’évaluation du woxx : XXX
Tous les horaires sur le site. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : The French Dispatch

Wes Anderson réunit sur son nom une belle brochette de stars, dont la plupart sous-utilisées dans un fouillis narratif de sketches pour le moins inégaux. Heureusement, la patte visuelle du maître et l’humour décalé sauvent le film du fiasco. À réserver cependant aux enthousiastes de ses autres opus.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site.

 

  mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Eiffel

Il y a bien de la grandiloquence dans le film, ainsi que des facilités de scénario sur les difficultés du projet de tour pour l’Exposition universelle de 1899. Si le film se regarde avec un certain plaisir coupable, c’est grâce à la petite histoire, celle de la relation interdite entre Eiffel et son amour de jeunesse.

L’évaluation du woxx : X
Tous les horaires sur le site.

  mehr lesen / lire plus

Im Kino: No Time to Die

„No Time to Die“ sticht innerhalb der Bond-Reihe heraus: Nie zuvor zeigte sich der Held so verletzlich und war der Cast so divers; die Dialoge sind überraschend humorvoll. Ansonsten aber funktioniert der handwerklich einwandfreie Actionstreifen nach gewohnten Mustern. Ein gebührender Abschluss für den aktuellen Bond-Darsteller Daniel Craig.

Bewertung der woxx: XX

Alle Uhrzeiten finden Sie auf unserer Internetseite. mehr lesen / lire plus

Dans les salles : Io sto bene

L’Italie d’aujourd’hui et le Luxembourg d’hier, ou bien est-ce le contraire ? La coproduction italo-luxembourgeoise « Io sto bene », de Donato Rotunno, mêle avec tendresse les époques et les intrigues de façon plus ou moins réussie.

La vie devant eux : Mady et Antonio s’apprêtent à commencer une vie de couple au Luxembourg, pays d’accueil de ce dernier. (Photo : Tarantula)

La première scène est d’importance : Antonio, son cousin Vito et leur ami Giuseppe se rendent en train vers le nord de l’Europe, et c’est le contrôleur qui leur apprend que le Luxembourg et la Belgique ne sont pas un seul et même pays. mehr lesen / lire plus

Im Kino: Dune

Langsamer Spannungsaufbau, ästhetische Bilder und Frauenfiguren, die es in sich haben: Diese für Denis Villeneuves Filme mittlerweile typischen Elemente zeichnen auch den ersten Teil seiner „Dune“-Verfilmung aus.

Mindestens genau so wichtig für die Handlung wie Paul, ist seine Mutter Jessica. (© 2021 Warner Bros. )

Die Trailer von Denis Villeneuves „Dune“ führen in zweierlei Hinsicht in die Irre: Der 155-minütige Streifen ist weder eine Aneinanderreihung von Kampfszenen, noch sind es ausschließlich Männer, die die Handlung vorantreiben. Auch die Information, dass es sich hierbei nur um den ersten Teil von „Dune“ handelt, ist in den Trailern auffallend abwesend.

Die Handlung von „Dune“, dessen Kinostart pandemiebedingt mehrfach verschoben werden musste, beruht auf dem gleichnamigen Roman von Frank Herbert aus dem Jahr 1965. mehr lesen / lire plus

Raoul Peck
 : Engagement total


Explorant en images les mots forts et profonds de James Baldwin, le documentaire « I Am Not Your Negro », déjà diffusé sur Arte il y a quelques semaines, est un exemple réussi de cinéma engagé qui ne néglige pas la forme pour le fond.

James Baldwin (au milieu) apporte la puissance de ses écrits à « I Am Not Your Negro ». (Photo : © Dan Budnick)

Le documentaire à charge et la qualité cinématographique peuvent-ils faire bon ménage ? Lorsque Quentin Tarantino, en remettant la Palme d’or à Michael Moore en 2004 pour « Fahrenheit 9/11 », avait affirmé sans sourciller que le jury avait récompensé les qualités formelles du film et pas particulièrement son message, on avait pu en douter. mehr lesen / lire plus

McGuire Sharon: Bridget Jones’s Diary

„Bridget Jones’s Diary“ de Sharon McGuire est une comédie qui sait convaincre durant … 45 minutes.

Bridget trouve rapidement l’amour
dont elle rêve …

FEMINISTES S’ABSTENIR

Mais quand vont-ils baiser enfin?

(gk) – Le film commence bien: Bridget Jones est une héroïne qui n’a rien du physique d’une top-modèle. Elle boit trop, fume trop et tient un journal intime pour pouvoir s’avouer ouvertement ses défauts, premier pas pour devenir une personne meilleure. Durant trois quarts d’heure on suit ainsi la radieuse Renée Zellweger de gag en gag et l’on rigole beaucoup. L’humour est parfois plutôt limite – le pire exemple étant la mère de Bridget qui lui conseille de ne plus s’habiller comme si elle sortait tout juste d’Auschwitz -, mais il faut bien avouer que cette presqu’heure passe de manière assez agréable. mehr lesen / lire plus