March for Freedom : des peines de prison

Le tribunal est resté en deçà des demandes du parquet, et pourtant le jugement n’est pas anodin : cinq participant-e-s à la « March for Freedom » ont été condamnés à des peines de six mois de prison, assorties de sursis pour quatre d’entre eux, et à des amendes de 1.000 à 1.500 euros. Ils devront d’ailleurs payer des dommages et intérêts à hauteur de 4.500 euros à cinq policiers. La personne qui a écopé d’une peine de prison ferme ne s’était pas présentée au procès. En juin 2014, la marche de plusieurs dizaines de réfugiés et de leurs soutiens avait relié Strasbourg à Bruxelles et traversé le Luxembourg. mehr lesen / lire plus

France : Renouveau de façade

On connaît désormais le premier gouvernement de la présidence Macron. Les quelques « prises de guerre » ne sauraient camoufler son orientation très libérale.

(Photo : epa)

C’est une équipe de choc en vue des élections législatives de juin, ce premier gouvernement sous Emmanuel Macron présenté ce mercredi. À commencer par le premier ministre, Édouard Philippe. Âgé de 46 ans, issu de la droite « juppéiste », le maire du Havre pourrait s’avérer utile dans la lutte pour une majorité parlementaire qui opposera La République en marche, formation d’Emmanuel Macron, aux Républicains. Il en va de même pour Bruno Le Maire, candidat malheureux à la primaire de la droite (2,4 pour cent), dont la nomination au prestigieux ministère de l’Économie est qualifiée de « prise de guerre » par certains. mehr lesen / lire plus

Groupe Jost : esclavage moderne ?

(Photo : Jost Group)

L’OGBL parle d’une « deuxième affaire Kralowetz » : lundi matin, une quinzaine de sociétés du groupe de transport Jost, dont le siège administratif se trouve à Weiswampach dans le nord du Luxembourg, ont été perquisitionnées par des enquêteurs en Belgique, en Slovaquie, en Roumanie et au Luxembourg. Mardi, le chef d’entreprise ainsi que deux autres personnes ont été interpellés par la police belge. Les reproches ? L’entreprise aurait recruté plusieurs centaines de conducteurs de poids lourds en Europe de l’Est pour les faire travailler en Belgique – aux conditions de travail de leurs pays d’origines. Le groupe Jost serait soupçonné, au Luxembourg, d’avoir constitué une organisation criminelle visant à pratiquer la traite d’être humains et d’avoir enfreint le Code du travail. mehr lesen / lire plus

Emmanuel Macron : Président par défaut

Emmanuel Macron l’a emporté largement face à Marine Le Pen. Pourtant, il peut d’ores et déjà compter sur l’opposition d’une bonne partie de la population.

N’a été élu qu’avec les voix de 43,6 pour cent des inscrits : Emmanuel Macron. (Photo : © epa)

Il est président par défaut. Élu avec 66,1 pour cent des voix face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron peut pourtant prétendre avoir obtenu un bon score – à première vue. Avec 25,44 pour cent, l’abstention atteint un chiffre historique. Le plus élevé depuis 1969, année qui avait vu le candidat du Parti communiste français Jacques Duclos, à la manière d’un Jean-Luc Mélenchon, refuser d’appeler à voter pour l’un des deux candidats du second tour. mehr lesen / lire plus

Forum 373: Das Wahlsystem unter der Lupe

Nach der US-amerikanischen und der französischen Präsidentschaftswahl stehen bald auch in Deutschland und vor allem in Luxemburg Wahlen an – im Großherzogtum sogar gleich zwei. Grund genug für forum, dem Thema Wahlen, beziehungsweise „Wahlsystem“, ein ganzes Dossier zu widmen. Wie man dem fortschreitenden Demokratiedefizit trotz des Referendums von 2015 etwas entgegensetzen kann, darüber sinniert Jürgen Stoldt im gelungenen Einstieg zum Dossier. Gleichstellungsministerin Mutsch gibt in einem Interview Auskunft über die Einführung von Geschlechterquoten für KandidatInnenlisten bei Wahlen, während woxx-Mitarbeiterin Renée Wagener die Demokratisierung des Wahlrechts in Luxemburg unter die Lupe nimmt. Neben dem spannenden Dossier finden sich auch noch eine ganze Reihe anderer lesenswerter Artikel in forum 373; hervorgehoben sei hier vor allem die Auseinandersetzung Vincent Artusos mit dem „Tabu der Resistenz“ in Luxemburg und der Art und Weise, wie jene Resistenz im Anschluss an die Befreiung gewissermaßen verraten wurde. mehr lesen / lire plus

L’Asti donne une mauvaise note à Bettel

« Et le vivre-ensemble, monsieur le premier ministre ? » s’interroge l’Asti dans un communiqué de presse à propos du discours sur l’état de la nation (voir aussi Thema) de Xavier Bettel. « On aurait pu imaginer que, dans un pays où la moitié de la population résidente n’a pas la nationalité luxembourgeoise, les questions du vivre-ensemble seraient évoquées », se lit le communiqué. Or, les sujets de l’immigration et de l’intégration n’auraient été qu’à peine évoqués. En ce qui concerne les élections communales, l’Association de soutien aux travailleurs immigrés s’offusque du fait que Bettel n’ait à aucun moment abordé la question de l’inscription des étrangers sur les listes électorales. mehr lesen / lire plus

Catalogne : « Dynamiter les bases de l’État espagnol »

Issue des milieux libertaires, Anna Gabriel est aujourd’hui députée au Parlement catalan pour la formation indépendantiste de gauche CUP (Candidature d’unité populaire), qui joue un rôle clé dans le « processus d’indépendance » de la Catalogne. Le woxx a eu l’occasion de s’entretenir avec elle.

(Photo : woxx)

woxx : Aux élections autonomes catalanes de septembre 2015, convoquées par le président du gouvernement autonome catalan Artur Mas en tant que plébiscite sur la question de l’indépendance, « Junts pel Sí », alliance de plusieurs formations indépendantistes n’a pas eu de majorité absolue, faisant de la CUP, qui avait obtenu huit pour cent des voix, le « faiseur de rois ». mehr lesen / lire plus

France : Le jeu avec le feu

Le second tour de l’élection présidentielle française verra s’opposer Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Faut-il faire barrage au FN ou s’abstenir devant le choix entre néolibéralisme et fascisme ?

618.608 voix. C’est ce qui aura manqué en fin de compte à la gauche pour figurer au second tour de l’élection présidentielle. À moins de deux pour cent de Marine Le Pen (21,3 pour cent), Jean-Luc Mélenchon (19,58 pour cent) aura raté de peu le face-à-face avec Emmanuel Macron (24,01 pour cent), arrivé en tête du scrutin. De quoi comprendre son visage amer le soir de l’élection…

Il a de quoi se réjouir pourtant : il a réussi son pari, celui de se placer au centre de la recomposition, inévitable, de la gauche française. mehr lesen / lire plus

France
 : Les derniers mètres

Au terme d’une campagne électorale haletante, les quatre favoris font tout pour ne pas s’effondrer lors du sprint final. Petit tour de table.

Il aura semé le trouble jusqu’au bout : Jean-Luc Mélenchon et ses hologrammes. (Photo : EPA / Ian Langsdon)

« Où suis-je ? » C’est accompagné de ces trois mots qu’il est apparu simultanément dans six villes de France : tandis qu’il se trouvait en chair et en os à Dijon, l’hologramme de Jean-Luc Mélenchon faisait campagne à Clermont-Ferrand, Grenoble, Nantes, Montpellier, Nancy et à la Réunion. 37.000 personnes étaient venues l’écouter à travers l’Hexagone, et beaucoup n’avaient pas trouvé place à l’intérieur des salles pleines à craquer. mehr lesen / lire plus

„Pulse of Europe“: Leeres Geschwätz

Unpolitisch Europa abfeiern und keinerlei Forderungen nach Veränderung stellen: willkommen bei „Pulse of Europe“.

(Foto: Martin Kraft)

„Freibier und Kuchen für die EU“ – ungefähr das sieht der Gründer des luxemburgischen Ablegers von „Pulse of Europe“ als die wesentliche Aktivität dieser neuen Bewegung an. Man wolle die europäische Idee wieder „mit positiver Energie füllen“, so Jonathan Ponchon im Interview mit Radio 100,7 – und zwar durch Feiern und „Spaß haben“.

2016 in Frankfurt am Main gegründet, versteht sich „Pulse of Europe“ als eine europaweite, pro-europäische „Bürgerbewegung“, deren Ziel das Überleben des Projekts Europa ist, die sich ansonsten aber apolitisch gibt. In den meisten europäischen Städten gibt es mittlerweile Ableger, so auch in Luxemburg, erklärtermaßen das „Herz“ der europäischen Union. mehr lesen / lire plus

Élection présidentielle française : Sprint final à quatre

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu dans quelques jours et pourtant, rien n’est joué. La « dynamique Mélenchon » vient ébranler les certitudes.

(Photo : Pierre-Selim)

Presque personne ne l’a vu venir : le troisième homme de l’élection présidentielle française ne s’appelle plus François Fillon, mais…Jean-Luc Mélenchon. À moins de deux semaines du premier tour, le candidat de la France insoumise bouscule les certitudes et délivre une remontée impressionnante dans les sondages. Crédité d’à peine dix pour cent il y a quelques semaines de cela, l’ancien sénateur socialiste arrive dorénavant à plus de 18 pour cent et distancie largement le candidat du PS Benoît Hamon qui, lui, est crédité d’à peine huit pour cent. mehr lesen / lire plus

Éric Fassin : Gauche. Avenir d’une désillusion

Dans « Populisme : le grand ressentiment » (voir woxx 1418), Fassin estimait qu’il serait faux, pour la gauche, d’essayer d’adopter une rhétorique populiste, fut-elle de gauche. Pourtant, en 2014, il défendait à peu près les mêmes idées que les théoriciens du populisme de gauche – divergence due probablement au grand flou qui entoure le concept de populisme. Dans « Gauche. Avenir d’une désillusion », le sociologue français constate d’abord l’échec de la « gauche de gouvernement » – du Parti socialiste français, donc. À trop adhérer à « l’illusion de consensus » qui veut soustraire l’économie au champ politique, cette gauche en serait venue à se rendre obsolète. mehr lesen / lire plus

Bernd Stegemann: Das Gespenst des Populismus

Bernd Stegemann ist Dramaturg an der Berliner Schaubühne und hat sich vor allem mit seiner scharfzüngigen Kritik am postmodernen Theater einen Namen gemacht. Mit „Das Gespenst des Populismus“ greift er nun auch den politischen Postmodernismus an: Die Linke, so Stegemanns These, hat sich unter dem Deckmantel der „political correctness“ und der Beschäftigung mit Identitätsfragen mit dem Kapitalismus in seiner neoliberalen Variante arrangiert und die Befassung mit der Klassenfrage aufgegeben. Die VerliererInnen der Globalisierung – die, so Stegemann, infolge von Lohndumping und der Verlagerung von Produktionsstätten sehr real unter offenen Grenzen und der Migration zu leiden haben – werden derweil von der sogenannten „populistischen“ Rechten aufgefangen. mehr lesen / lire plus

Chantal Mouffe : L’illusion du consensus

Nous avions longuement parlé de Chantal Mouffe dans la première partie de notre article sur le populisme de gauche (woxx 1418). Ensemble avec son mari défunt, Ernesto Laclau, la philosophe belge, souvent qualifiée de « post-marxiste » compte parmi les théoriciens d’un tel populisme. « L’illusion du consensus » est la traduction française, parue en 2016, de « On the Political », paru il y a dix ans déjà en anglais. La thèse principale du livre de Mouffe est que le consensus – ou l’illusion d’un consensus – néolibéral qui s’est installé à la suite de l’effondrement du bloc soviétique représente un grave danger pour la démocratie. mehr lesen / lire plus

Populisme de gauche (2/2)
 : Les « gens » et 
l’« oligarchie »

Partout en Europe, des courants de la gauche radicale se revendiquent du « populisme de gauche » – pour certains avec succès. Un tel populisme est-il possible au Luxembourg ?

Déi Lénk, parti populiste de gauche ? 
Pas vraiment… ou pas encore. (Photo  : Déi Lénk)

Un spectre hante l’Europe : c’est le spectre du populisme. Employé à tort et à travers, le mot « populisme » désigne vaguement une approche politique faisant appel au « peuple » et se caractérisant, selon de nombreuses définitions, par le fait de livrer des « réponses simples » à des « questions complexes ». mehr lesen / lire plus